Accès directs |

Retour d’expérience – Les enjeux du projet de groupe dans le Val de Marne

projet de groupeUn projet de groupe calé sur l’année civile

Les responsables de groupe de Cachan, dans le Val de Marne, ont démarré leur mandat en septembre 2015. Entre le lancement de l’année, l’opération calendriers, l’accompagnement des maîtrises, le week-end de rentrée, et puis leur vie familiale, la possibilité de se pencher sur le projet du groupe n’est apparue que fin décembre. Pourquoi alors ne pas envisager l’élaboration de ce projet sur l’année civile plutôt que sur l’année scolaire ? « De toute façon, quoi qu’il se passe, arrivé en juin, nous ne pourrons pas évaluer grand-chose… »

La projection sur l’année civile a permis de véritablement se projeter à long terme, d’anticiper les hausses d’effectifs, les départs de maîtrises, les formations à envisager de manière à ce que toutes les unités du groupe puissent vivre du scoutisme à la rentrée 2016/2017.

Un projet construit à partir de conversations informelles

Si les années précédentes, le travail autour du projet de groupe avait toujours été amené de manière ludique, les responsables de groupe ont voulu cette année innover : échanger de manière informelle sur les envies de chacun, les rêves ; partager les convictions, les enjeux…

L’abord informel de ce projet a été bénéfique : les maîtrises, un peu méfiante, ont ici trouvé l’occasion de s’exprimer librement sur ce dont ils avaient envie. C’est ainsi que tout naturellement, l’ensemble du conseil de groupe s’est mis d’accord sur les priorités du projet, les échanges informels ayant permis d’aboutir à une conclusion simple, à laquelle chacun s’est rallié.

Seul bémol, même si les chefs et les cheftaines s’accordent sur les enjeux et les priorités, ils sont toujours un peu réticents à la démarche même de ce projet, qui ne leur semble pas toujours utile.

Les responsables de groupe notent que ce principe permet, même pris dans le tourbillon de l’année, alors qu’il reste difficile de tenir les objectifs du projet de groupe, d’avoir une sonnette d’alarme qui rappelle les rêves du début. Il permet également d’anticiper le départ des maîtrises, le recrutement éventuel de chefs et de cheftaines, le remerciement à faire aux chefs passés par le groupe. Le projet de groupe devient alors motivant, tout en obligeant chacune et chacun à se projeter en avant. « Et surtout, conclut le responsable de groupe, le faire sur l’année civile permet d’assurer la continuité ! »

Contact pour en savoir plus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.