Accès directs |

Amandine, Représentante Associative Compagnons du Territoire Val d'Yvelines

amandine ra

Tu étais représentante associative l'année dernière, comment ça s'est passé ?

Tout a commencé pendant le week-end de rentrée des compagnons du territoire, avec l'élection des représentants des 17/21 ans. J'avais déjà rempli cette mission de représentante associative les deux dernières années, et j'ai décidé de poser ma candidature : deux années, c'est bien pour découvrir puis connaitre la mission, et une troisième année pour l'approfondir, c'est encore mieux ! Lors de ce week-end, j'ai pu détailler cette mission, partager mon expérience et j'ai été élue avec un autre compa qui était en 1er temps, pour représenter les 16 ans et plus de notre territoire.

C'est important d'être représentant ou représentante associative dès la rentrée ?

Oui, car ça permet de vivre vraiment toute la richesse de la mission. Si on a des questions et qu'on se sent un peu perdu au début, on a tout le temps d'échanger avec les représentants qui l'ont déjà vécue. On peut aussi préparer les sujets des assemblées territoriales plusieurs mois à l'avance, pour bien les comprendre, saisir les enjeux et être force de proposition. Par exemple, cette année, on a beaucoup appuyé la démarche pour le conseil des jeunes : pour la première fois un conseil des jeunes s'est mis en place sur le territoire, on a participé à la sensibilisation au niveau des groupes pour le faire connaitre et on a fait un retour complet au moment de l'assemblée territoriale. Bien sûr, il restait beaucoup de choses à améliorer mais l'expérience était très intéressante.

Prendre le temps de vivre la mission dès la rentrée, c'est une manière de vivre vraiment la démocratie des SGDF : on ne vient pas participer à une ou deux réunions seulement pour dire oui ou non, mais on vit de vrais temps d'échanges, on s'empare des sujets. On a pu vivre tout ça lors de plusieurs après-midi et soirées de débat les mois précédant l'assemblée territoriale, et lors de deux réunions organisées avant l'assemblée générale. Il faut aussi prendre le temps d'échanger aux ceux et celles qui nous ont élus, et avec les autres bénévoles du territoire : une représentante associative peut découvrir et s'imprégner des avis de tout le monde, c'est passionnant et valorisant !

Est-ce que tu as des conseils à donner à celles et ceux qui seraient tentés pour cette année ?

Je leur dirai de ne pas hésiter à tenter l'expérience justement ! J'en garde un très bon souvenir : on s'entendait bien entre représentants, la mission nous a permis de mieux se connaitre les uns les autres au sein du territoire, d'avoir de vrais échanges avec les groupes locaux comme avec les Délégués territoriaux. L'assemblée générale est aussi un moment intense, une occasion de prendre de la hauteur et du recul sur l'association et son avenir. La mission de représentant est top pour mieux comprendre le fondement des dynamiques qui se mettent en place à l'échelle nationale, pour voir des personnes de l'échelon national (Conseil d'administration, Délégation Générale...) et échanger avec elles.

Après il ne faut pas avoir peur de demander des conseils, de prendre de infos des uns et des autres car les sujets ne sont pas toujours évidents à saisir, surtout lorsqu'on est représentant des 16 ans et plus. Pendant l'AG, il faut aussi veiller à ne pas se laisser influencer au moment de voter, car on peut vite se laisser impressionner par l'assemblée.

Quels sont les qualités pour bien remplir cette mission ?

Il faut être curieux de découvrir d'autres facettes du mouvement, pas seulement ce qu'on vit en tant que chef ou jeune : avoir envie de voir plus loin que l'échelle locale, pour comprendre ce qui fait vivre l'association. Il faut être réactif, moteur et surtout positif ; cela permet de mieux vivre et intégrer les différents éléments à assimiler au cours de la mission. Et, bien sûr, il faut avoir envie de faire vivre la démocratie dans le mouvement !