Accès directs |

Jean-Marie Petitclerc : « les accompagnateurs de jeunes sont révélateurs de talents »

IMG_JMPetitclerc223.04.2011 - Scout de longue date, religieux au sein des Salésiens – Don Bosco et aumônier du groupe de Tassin, Jean-Marie Petitclerc est aussi éducateur spécialisé depuis plus de 30 ans. Avec l’association le Valdocco, il accompagne des jeunes en difficultés des banlieues de Paris et Lyon.

Journee_ACC’est riche de cette belle expérience et avec sa triple casquette qu’il est venu s’adresser ce samedi matin aux accompagnateurs compagnons, présenter sa démarche et nous faire réfléchir sur la posture d’accompagnateur. Sans livrer de solution toute faite, il a réussi à capter l’attention de tous en donnant certains éléments clés de ce qu’il a lui-même appris au contact des jeunes. Il invite à distinguer trois moments dans l’accompagnement : « D’abord prendre le temps de rejoindre le ou les jeunes pour poser les bases d’une relation de confiance. Savoir ensuite cheminer ensemble, le temps de réaliser le projet défini, pour enfin s’effacer afin de laisser au jeune la possibilité de concrétiser son projet et de s’exprimer pleinement. »

IMG_ACDevant un auditoire concerné et concentré, il insiste sur la possibilité qu’ont les accompagnateurs de devenir des révélateurs de talents : pour des jeunes qui ont vu leurs rêves brisés depuis l’enfance, l’accompagnateur peut être celui qui leur donne conscience de leur potentialité, tout en leur apprenant à savoir négocier avec les contraintes de la réalité. Il donne ainsi un écho à la conférence donnée par la sociologue Valérie Becquet, qui montrait la linéarité presque systématique des parcours aujourd’hui donnés en exemple, et dans lesquels nombre de jeunes ne se retrouvent pas. C’est justement le rôle de l’accompagnateur que de réussir à faire se concrétiser un projet qui sorte de l’ordinaire : « l’accompagnateur est celui qui permet de passer du rêve au projet ».

Mais pour cela, Jean-Marie Petitclerc insiste sur la nécessité d’instaurer une relation de confiance et de respect avec les jeunes, en leur montrant qu’ils ont un rôle à jouer et en leur faisant sentir que l’on a besoin d’eux.

À propos de Paris d’Avenir, il s’enthousiasme : « ce rassemblement, c’est l’occasion pour ces jeunes de prendre conscience qu’ils sont l’avenir de pays ». Il s’approprie alors le slogan de ces journées : « les jeunes incarnent le changement qu’ils veulent voir dans le monde, c’est aux adultes de leur montrer qu’ils leur font confiance ».

À sa sortie, ses paroles résonnent encore dans la tête des accompagnateurs compagnons venus l’écouter : « C’est motivant de l’entendre parler ainsi, ça nous stimule dans notre démarche et ça nous donne envie d’aller plus loin » réagit à chaud un groupe d’accompagnateurs de Bretagne. « Il faudra qu’il revienne ! » Comme quoi, on a tous besoin d’un bon accompagnateur…

Antoine Pollez,
Reporter SGTV