Accès directs |

Actualités

Vidéo - Des représentants de 16 ans et plus à l'assemblée générale

photodillustration

Floriane et Quentin ont 17 et 16 ans. Ils sont représentants des jeunes de 16 ans et plus à l’assemblée générale. En effet, chez les Scouts et guides de France, le droit de vote c’est à partir de 16 ans. Cette année, ils étaient plus de 130 jeunes de 16 ans et plus à participer aux débats et au vote des résolutions qui vont engager l’avenir du mouvement.

 

Retour sur l'assemblée générale en photos et en vidéo

L’assemblée générale réunit chaque année plus de 1 000 personnes de l’association venues de toute la France pour débattre et voter les grandes orientations du mouvement. Elle constitue ainsi l’aboutissement du processus démocratique du mouvement.

Cette année, pour la 1ère fois, des jeunes de 16 ans et plus ont voté grâce à la réforme abaissant l’âge du droit de vote adoptée l’an passée. Trois grands sujets étaient à l’ordre du jour : un point d’étape sur les résolutions votées l’an passé, des propositions autour des enjeux de développement de notre mouvement, et la suite des modifications de nos statuts et de notre règlement intérieur. 

20 et 21 mai 2017 : assemblée générale des Scouts et Guides de France

vote photo 2

Les 20 et 21 mai 2017 plus de 1 000 représentants des groupes Scouts et Guides de toute la France métropolitaine et outremarine se retrouveront pour l’assemblée générale annuelle à Jambville, dans les Yvelines. Pour la 1ère fois cette année, des jeunes de 16 ans et plus pourront voter, grâce à la réforme abaissant l’âge du droit de vote adoptée l’an passée. Trois grands sujets seront à l’ordre du jour : un point d’étape sur les résolutions votées l’an passé, des propositions autour des enjeux de développement de notre mouvement, et la suite des modifications de nos statuts et de notre règlement intérieur. 

Découvrir le scoutisme… Au Congo

bandeaulaurecongoLaure a 26 ans. Elle n’avait jamais fait de scoutisme jusqu’ici, et pourtant, elle est aujourd’hui en mission en service civique auprès des Scouts et Guides du Congo. Elle est sur place pour plusieurs mois afin de contribuer à la mise en place d’activités et de partenariats, ainsi qu’à la communication interne et web des Scouts et Guides du Congo. Elle témoigne.

Allons voter, le pire est possible - Déclaration du Scoutisme Français

sgdf logo coul

Chers chefs, chères cheftaines, chers responsables scouts,

Nous sommes à un moment important de l'histoire de notre pays, un de ces tournants dont on ne connait pas toutes les conséquences, dont on identifie à peine une partie des risques mais dont on pressent qu'il peut y avoir un Avant et un Après. En tant que scout, guide, éclaireurs et éclaireuses, nous passons du temps à éduquer des enfants et des jeunes à devenir des citoyens libres, heureux, utiles, actifs et artisans de Paix et l’ambition du projet scout s’oppose à la vision défendue par le front national C'est là tout le sens de notre engagement scout, de notre engagement de responsables scouts.

La fédération du scoutisme français a été créée en 1941, en pleine seconde guerre mondiale, en partie pour défendre l’un de ses membres : les éclaireurs israélites. Fédération porteuse de convictions et de spiritualités différentes qui se retrouve autour de la méthode scoute pour porter un projet éducatif qu'elle pense sans cesse d'actualité et aujourd'hui toujours plus. Il y a 70 ans, en 1947, le jamboree de la Paix nous rassemblait à Moisson. Deux ans après la guerre, le scoutisme posait les jalons de la réconciliation et de la paix. Contre l’opinion générale, il invitait une délégation allemande montrant ainsi que l'on ne construit rien par l'opposition et le rejet mais que l'on peut tout par l'intégration et la connaissance de l'autre.

Fidèle à lui-même, le Scoutisme éduque à la paix, à la citoyenneté, et à la rencontre interculturelle. Nos valeurs, notre projet, nos activités éducatives font de nous un acteur de la construction d’un monde plus juste, plus apaisé où la fraternité, la protection de l'environnement, le respect de chacun ne sont pas que des mots. Chacun de nos actes de scout, de guide, d'éclaireur et d'éclaireuse porte cet engagement et ces valeurs.

Avec plus de cinquante millions d’autres scouts et guides dans le monde, lutter contre la haine, la peur, le repli sur soi, le rejet de l’autre, nous le faisons tous les jours et nous apprenons aux enfants et aux jeunes à se construire un esprit critique, à être fidèle à la promesse scoute. Le 7 mai prochain il ne s'agira pas juste d'une élection présidentielle, il s'agira d'un choix de société, d'un choix décisif, d'un choix qui nous engage. Une société ne se construit pas uniquement par les hommes et les femmes politiques, elle se construit aussi parce que chacun de nous prend une part active dans la construction de notre avenir.

Notre démocratie, nous oblige à faire tous les 5 ans un vote qui dans la configuration que nous connaissons ne nous laisse peu d’alternative.

S'abstenir c'est refuser de choisir et renvoyer dos à dos ce qui n’est pas de même nature. L'alternative du second tour ne permet pas ce "non choix".

Nous ne pouvons choisir ce qui nous renferme, ce qui stigmatise, ce qui rejette la diversité des pensées et des cultures pour l'unicité d'une vision identitaire et nostalgique. Nous ne pouvons choisir ou laisser choisir une autre forme de laïcité que celle de notre République qui garantit la liberté de croire, et de ne pas croire, de pratiquer sa religion, librement, en privé et en public, dans le vivre ensemble. Nous ne pouvons choisir ou laisser choisir de déconstruire l'Europe, au risque de réveiller tous les nationalismes qui ont plongé l’Europe dans tant de guerres, quand bien même nous souhaitons qu’elle évolue et se transforme. Nous ne pouvons choisir ou laisser choisir de vivre dans une société qui ne place pas l'espoir d'un monde plus fraternel au cœur de ses préoccupations, dont personne ne serait exclu, pour quelque raison que ce soit. Nous ne pouvons choisir ce qui, au mépris des leçons de notre histoire, risque de plonger notre pays, une nouvelle fois, dans des divisions fratricides. Nous nous devons d'être à la hauteur de notre engagement, de notre promesse et de ceux qui ont été prononcés par ceux et celles qui nous ont précédés.

Nous, élus ou nommés à la tête de notre association, nous n'avons pas dans le passé envoyé un tel message. La fidélité que nous avons à l’histoire de notre scoutisme, aux convictions qui le forgent, nous pousse à mobiliser la défense de ses valeurs lorsque des politiques peuvent les remettre en cause. Notre scoutisme s’est engagé après-guerre en invitant des jeunes Allemands au jamboree, et il y avait des hostilités. Dans le cadre du choix grave qui s’offre à nous, nous considérons qu’il est de notre devoir de prendre la parole au milieu de notre communauté éducative. Nous prenons nos responsabilités et le faisons en Scoutisme Français avec le doute de réussir à porter une parole rassembleuse et à la fois la certitude que le silence serait coupable. C’est en pensant particulièrement à nos frères et sœurs des Eclaireuses Eclaireurs Israélites de France et des Scouts Musulmans de France, c’est en pensant particulièrement aux associations scoutes et guides au Rwanda, en Syrie et ailleurs, qui s’engagent sans faiblir pour reconstruire la paix sur les ruines des conflits, que nous appelons chacun d'entre vous, chacun d'entre nous, à poursuivre son engagement dans ces circonstances particulières. Le scout, transforme le « droit de vote » en un devoir personnel à aller voter. Particulièrement lors de cette échéance. Il n’est pas possible de s’en remettre aux autres pour écarter l’inacceptable. Que l’on soit partisan de l’autre projet présent au second tour ou pas du tout, il n’y a aujourd’hui qu’une solution sûre pour repousser celui du FN : voter pour son adversaire le 7 mai. Directement ou par procuration. En juin, les élections législatives pourront rouvrir alors d’autres choix.

Le 2 Mai 2017

 

Image1



Le jamboree de la paix 1947 : le début d’une longue amitié scoute franco-allemande

moissonphoto1

27 aout 1948 : Johannes Hoffmann, chef du  gouvernement sarrois, en compagnie du Haut commissaire de France en Sarre, Gilbert Grandval, à sa gauche, salue les chefs du camp scout franco-allemand

Août 1947 : 25 000 scouts du monde entier se retrouvent à Moisson dans les Yvelines pour le 6ème jamboree mondial, le Jamboree de la Paix. A cette occasion, malgré les drames récents de la seconde guerre mondiale, des scouts français et des scouts allemands se rencontrent. Ce jamboree marque le début de l’amitié scoute franco-allemande, spécialement entre les Scouts et Guides de France (SGDF) et leur homologue allemand, la Deutsche Pfadfinderschaft Sankt Georg (DPSG).

Elections présidentielle et législatives 2017

carte electorale volee quelles demarches 4919557

En avril, mai et juin prochain, nous sommes appelés à remplir notre devoir de citoyen. Les campagnes électorales sont des moments particuliers qui suscitent le débat national, sans être forcément le moment le plus serein. Pour nous qui voulons former des citoyens actifs, utiles, heureux et artisans de paix, cette période peut avoir une influence sur nos activités.

Prévenir les feux de forêts en Méditerranée à vélo

natureenvronnement2Depuis 1980, les Scouts et Guides de France font partie intégrante du dispositif de prévention des incendies sur la côte méditerranéenne durant l’été. En 2016, une nouveauté est apparue : les patrouilles à vélo pour parcourir la garrigue et les calanques et ainsi éviter les feux.

5 compagnons dans les Balkans à la rencontre de l’Histoire

Le 23 août 2016, après 3 semaines d’aventures, le voyage est terminé pour David, Grégoire, Antonin, Clément et David, qui forment une équipe compagnons (jeunes de 18 à 21 ans). Ils reviennent d’Europe de l’Est où ils avaient pour projet de découvrir la culture et de travailler autour de la paix et des droits de l’Homme. Ils ont choisi de partir en Bosnie Herzégovine, avec l’association Optimisti 2004 partenaire du CCFD Terre Solidaire, qui se trouve à Kozarac, au nord du pays. Celle-ci se donne pour objectif la réconciliation entre les communuautés croates, serbes et bosniaques, et mène plusieurs projets autour de la paix et de la mémoire.

Marie, cheftaine : « je souhaite contribuer à faire de ces jeunes des adultes responsables »

mariecheftaine

Raconte nous comment tu es devenue cheftaine

Depuis 2 ans et demi, je suis cheftaine scouts-guides (jeunes de 11 à 14 ans) à Metz.

J’ai commencé cette aventure par hasard mais finalement je me dis que quelque part c’était écrit. A l’époque, j’entrais en Prépa. J’avais validé mon BAFA grâce à un camp durant l’été. Je ne voulais pas m'engager en tant que cheftaine, car je craignais de ne pas pouvoir avoir assez de temps pour les jeunes durant l’année.

Mais les feux de Camps, les activités en plein air, les nuits sous tente, la vie en équipe, les 15 jours de camps me manquaient énormément… Finalement, je me suis dit que c’était important d’avoir une pause dans mes révisions chaque semaine, et je ne voulais pas laisser tomber les 27 scouts-guides du groupe !

Et puis je me suis dit que c’était à mon tour de transmettre les valeurs de partage, de solidarité ou encore de respect que j’avais reçues durant mes 10 années de scoutisme.

Qu’est-ce que cela t'apporte dans la vie de tous les jours ?

Le scoutisme m’a appris à devenir plus autonome et à me surpasser mais aussi à être tolérante. Cela m’aide dans des moments difficiles.

Aujourd’hui encore, si j’essaie d’apporter beaucoup aux jeunes, eux nous rendent bien plus que ce que nous pouvons imaginer et ça c’est aussi important.

En mars 2016, j’ai donc fait mon engagement scout * car je souhaitais apporter ma contribution à ce qui va permettre à nos jeunes de grandir, de devenir des adultes responsables et autonomes en s’appuyant sur les valeurs du scoutisme.

Quels sont tes moments scouts préférés ?

J’adore voir quand les jeunes reviennent d’une activité en autonomie et qu’ils me disent «  on l’a fait » : je suis très fière d’eux !

Je suis aussi très heureuse lorsqu’en revenant de Camp, je vois des sourires, des rires sur leur visage et qu’ils ont un peu de mal à nous quitter.

Je garde aussi un très fort souvenir du jamboree mondial en Suède où nous étions des milliers de Scouts à partager la même envie de vivre.

marichef2

Enregistrer

Lucy, cheftaine australienne en France

lucyphoto1Vivre le scoutisme en Australie, mais aussi à Strasbourg, Lyon, en Nouvelle-Calédonie et au Canada ? Lucy l’a fait ! Cette jeune australienne de 23 ans a continué l’aventure scoute en arrivant en France : mission de cheftaine, formations… Rencontre avec une bénévole sans frontières au parcours bien rempli.

Transmettre la Paix à tout le monde

10617La lumière de la Paix de Bethléem a été rapportée en France, dimanche 11 Décembre. Depuis, elle est diffusée sur tout le territoire par des jeunes et des groupes scouts, en symbole de paix. Elle a été partagée dans des lieux de culte, lors de rencontres interreligieuses, sur la place publique, auprès de migrants et de personnes en situation d’exclusion…

Le scoutisme : une éducation à l'engagement

photoroverway

Le scoutisme et le guidisme ont pour but de former des citoyennes et des citoyens actifs et engagés. Cette vidéo réalisée par la Fédération du Scoutisme Français montre l'impact que les 50 millions de scouts et guides ont dans la société et le rôle que la jeunesse peut jouer dans le monde.

Passer son BAFA chez les scouts : acquérir des compétences et découvrir le scoutisme

Les Scouts et Guides de France sont habilités par le ministère de la Jeunesse à former au BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateurs). Plus de 70 stages ont ainsi lieu chaque année durant les vacances scolaires. Tous reposent sur 2 principes-clés : la vie en pleine nature, l’utilisation de pédagogies actives et ludiques, qui placent les stagiaires en véritables acteurs de leur formation. Rencontre avec des stagiaires.

P1040614

La formation des bénévoles : une stratégie pensée avec les associations scoutes et guides du monde entier

SGDF Jambville Formations Adultes 405

La formation des bénévoles a toujours été une priorité du scoutisme. La formation, c’est l’occasion pour les bénévoles d’acquérir toujours plus de compétences et de proposer des projets et des activités plus qualitatifs aux jeunes. C’est donc l’un des piliers vitaux du scoutisme. C’est pourquoi, le Stage International de Formateurs (STIF), réunit des formateurs scouts et guides expérimentés du monde entier pour optimiser le système de formation proposé aux bénévoles scouts et guides à travers le monde. Le Centre National de Formation de Jambville en a accueilli un cet été. Explications.