Accès directs |

Vis tes rêves!, intégrateur de handicap

illustration-handicap-vis-tes-reves-lucile-besnard-HDEtre fier, rêver et oser en équipe sont les mots d’ordre de Vis tes rêves ? Les organisateurs du rassemblement ont souhaité permettre aux jeunes porteurs de handicap moteur, sensoriel ou mental accueillis de vivre cette démarche comme les autres, en équipe. Pari réussi !

Vis tes rêves! : rassemblement accessible
L’objectif pour les responsables handicap était de rendre ce grand rassemblement accessible. Le rêve de Sophie, équipière nationale, était de « permettre aux jeunes porteurs d'un handicap de venir et de s’amuser comme les autres ». C’est un grand chantier qui a été lancé sur l’année : en effet, il fallait à la fois communiquer sur l’accessibilité du jamboree, rassurer les groupes qui hésitaient à venir, mais également travailler avec les différentes commissions afin qu’elles prennent en compte cette dimension dans leurs activités. L’organisation du rassemblement, en leur réservant un très bon accueil, a tout fait pour réaliser le rêve de Sophie : les espaces talents "forme" et "créativités & astuces" sont pensés pour que chaque jeune puisse rester avec son équipe, réaliser les mêmes activités qu’eux et vivre ses rêves.
Sur le talent "nature", où les jeunes marchent 10 km, un grand jeu de l’oie est réalisé pour les jeunes en situation de handicap moteur : ils vivent le même jeu de piste. Afin d’accéder au talent forme, une goélette est mise à disposition et des rôles stratégiques sont prévus. Les besoins des jeunes ont été recensés au préalable et chaque éducateur reçoit au début du rassemblement une fiche de route pour son jeune.

L’aide des compagnons
Ils sont au nombre de 11, de régions différentes (Gard, Nord et Rhône-Ouest) et leur mission est de préserver l’autonomie des équipes. En effet, ils sont là pour accompagner un jeune en situation de handicap. Grand frère, grande sœur, ils jouent, rigolent et vivent avec l’équipage lors des talents et sans les chefs. A la fois présents pour soulager les chefs, ils permettent aussi au jeune d’oublier son handicap et de s’éclater comme les autres et avec les autres. Pour Louis, 18 ans, c’est un « nouveau regard sur le handicap » que lui offre cette expérience humaine. Des liens se créent et leur mission est d’être « leur jambe, bras, yeux, oreilles ou tête » (Inès, 18 ans). Briefés depuis avril, ils sont impressionnés par les équipages où sont ces jeunes : « ils sont aux petits soins et se connaissent très bien », mais aussi par les jeunes eux-mêmes.
Au final, ils ressortent avec cette expérience inoubliable, plus soudés que jamais et envisagent tous de renouveler l’expérience. Ils remercient l’équipe nationale pour l’accompagnement avant et pendant le rassemblement. Le plus dur est de quitter ces jeunes auxquels ils se sont attachés...

Des jeunes dynamiques qui vivent leurs rêves
20120729_illustrations-talents_creativites_astuces-lucie_robin-HDParmi la petite quinzaine de scouts en situation de handicap, il y a Philippe, Albane et Oriane. 3 jeunes, 3 caractères différents, 3 histoires, 3 portraits :
L’équipage de Philippe, 14 ans, a amené au rassemblement leur invention : un chariot pour transporter des jerricanes qu’ils ont réalisé lors d'un week-end d’équipe. Avec Philippe comme pilote, c’est toute l’équipe qui est de bonne humeur, et ce, quoiqu’il se passe. « Les insurgés », comme ils s’appellent entre eux, ont eu la chance de faire des courses en « vélos pour les handicapés », nous disent-ils. Chacun a pu, à tour de rôle, tester le bolide et ils comptent bien avoir fait le meilleur temps…

Et il y a de quoi : s’ils gagnent, ils ont droit à une semaine de séjour au ski pour toute la tribu ! Dans le scoutisme depuis ses 6 ans, Philippe a un rêve pour les Pionniers-Caravelles (14-17 ans), qu’il rejoint l’année prochaine : descendre la Dordogne ou un autre fleuve en bateau. Et il est déterminé à amener les 14-17 ans de Saint Joseph de Balma (son groupe) au bout de tous leurs futurs rêves !

Oriane et Albane font partie du même équipage dans la tribu de Boos, en Haute-Normandie. Oriane est sourde mais aussi artiste : son rôle est de faire l’animation de son équipe et elle est fière de dire que les filles de son équipage adorent ses veillées. Le jamboree lui a permis de faire des choses qu’elle n’avait jamais réalisées, notamment tenir un vrai faucon sur sa main. Albane quant à elle, atteinte d’une trisomie 21 a comme rôle l’intendance en binôme avec une amie dans l’équipe. Le jamboree, pour elle, « c’était trop trop trop génial ». Elle a eu la chance de rencontrer des chiens de traîneau et de s’en occuper.
Pour les chefs, c’est une chance d’avoir ces jeunes dans leur unité : Florent, chef à Boss, observe que c’est une expérience difficile mais fantastique qui « apprend aux autres à être plus tolérants et plus patients ».



Marie Herbet,
Reporter web SGCom'