Accès directs |

Corentin de Chatelperron, témoin à You're Up! encourage les jeunes à s'engager pour un monde meilleur

[en-tete] [media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/7751-half.jpg[/media] [titre]Corentin de Chatelperron, témoin à You're Up! encourage les jeunes à s'engager pour un monde meilleur[/titre] [/en-tete]

Corentin de Chatelperron, manager du projet « Gold of Bengal », a témoigné de son expérience devant 500 jeunes de 14 à 17 ans lors de la veillée du 17 juillet sur le rassemblement You're Up !. Il a répondu à leurs questions et les a encouragé à s'engager pour un monde meilleur.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/7780-med.jpg[legende]Corentin de Chatelperron, manager du projet « Gold of Bengal » témoigne devant les 600 jeunes du village Edith Stein à You're Up![/legende][/media]

Corentin n’est pas du genre à rester chez lui pour se tourner les pouces : navigateur, aventurier, ingénieur naval au Bangladesh, marin autour du monde... À 32 ans, il a déjà eu plusieurs vies, il ne lui manquait plus qu’une participation à You’reUp ! Il explique aux pionniers-caravelles sa définition des nouveaux « Mac Giver » : « Répondre aux besoins de base avec les moyens du bord, grâce à des petits systèmes que j’appelle les low-tech, à l’inverse des high-tech. » Sur un de ses bateaux, avec lequel il a fait un tour du monde en 2010, il a installé une serre pour installer un petit potager, des poules pour nourrir le marin et les plantations (grâce aux œufs et à l’engrais), et un dessalinisateur d’eau de mer pour abreuver tout ce petit monde.

[sous-titre]Mettre ses compétences au service des autres : le projet « Gold of Bengal »[/sous-titre]

« Après avoir travaillé quelques temps sur un chantier naval au Bangladesh, j’ai eu l’idée de remplacer sur les bateaux la fibre de verre, très chère et polluante, par de la fibre de jute, matériau naturel, produite en grande quantité dans ce pays. J’ai voulu montrer que l’on peut fabriquer des objets, grands ou petits, avec l’or qui pousse dans les champs du Bangladesh.» raconte Corentin. Afin de démontrer le potentiel de cette fibre de jute et de trouver des partenaires pour son projet, il construit son premier petit voilier, le Tara Tari, bateau qui intègre pour la première fois de la fibre de jute (40% de fibre de jute et 60% de fibre de verre).

[citation]Vous devez garder cet esprit d’entraide, de dynamisme, d’enthousiasme pour votre vie future ![/citation]

Il décide de rejoindre la France avec son embarcation : 6 mois et 14 000 kilomètres plus tard, il convainc des entreprises de s’associer à son projet. Cela lui permet de trouver des budgets pour développer le projet « Gold of Bengal » : un centre de recherche installé au Bangladesh. En parallèle, Corentin développe un site internet pour recenser tous les nouveaux « Mac Giver » du monde, afin de fédérer les bonnes idées et proposer des solutions. « Ce qui manque en général ce sont des compétences pour trouver les solutions simples qui sont à portées de main. » explique-t-il.

[sous-titre]Rester solidaires et enthousiastes ![/sous-titre] [insert droite] [sous-titre]Les témoins à You're Up![/sous-titre]

De nombreux intervenants sont venus lors de la veillée du 17 juillet à You're Up pour témoigner de leur engagement et donner envie aux jeunes de s'engager :

  • Adrienne Charmet-Alix de la Quadrature du net sur le thème de la lutte contre la pollution numérique
  • Nathanael Molle et Foday Mamoud Janneh de Singa sur le thème de l'intégration des réfugiés
  • Marie Trellu Kane de Unis Cité sur le thème du service civique
  • Emmanuel Michel de Coexister sur le thème du dialogue inter-religieux
  • Guillaume Bapst du Réseau ANDES sur le thème des épiceries solidaires
  • Alexandre Jardin de Bleu Blanc Zèbre sur le thème du développement des énergies renouvelables et citoyennes
  • Philippe Guinaud sur le thème de la Cop 21
  • Jérémy Marie sur son tour du monde en auto-stop
[/insert]

Cet esprit de débrouillardise et de service, Corentin est heureux de le retrouver à You’re Up ! « J’ai découvert le campement et toutes les innovations faites avec les moyens présents. Vous devez garder cet esprit d’entraide, de dynamisme, d’enthousiasme pour votre vie future ! » recommande-t-il aux jeunes. À Sarah et Esther qui lui demandent comment il a géré la solitude sur son tour du monde en bateau, il explique : « C’est nécessaire de prendre des moments dans sa vie pour réfléchir. J’ai pu faire le point sur des sujets auxquels je n’avais jamais pris le temps de penser. » La relecture, moment primordial pour permettre à son projet de voir le jour, les pionniers-caravelles la vivent aussi au cours de leurs CAP (projets d’année ou d’été). Corentin repart ravi de sa soirée : « Parler pendant une heure avec 500 jeunes, c'est comme parler avec une personne pendant 500 heures ! »

[media image]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/7783-med.jpg[legende] Les participants à You're Up! écoutent Corentin raconter ses aventures autour du monde[/legende][/media]

Corentin de Chatelperron, témoin à You're Up! encourage les jeunes à s'engager pour un monde meilleur

publié le

Corentin de Chatelperron, manager du projet « Gold of Bengal », a témoigné de son expérience devant 500 jeunes de 14 à 17 ans lors de la veillée du 17 juillet sur le rassemblement You're Up !. Il a répondu à leurs questions et les a encouragé à s'engager pour un monde meilleur.

Corentin de Chatelperron, manager du projet « Gold of Bengal » témoigne devant les 600 jeunes du village Edith Stein à You're Up!

Corentin n’est pas du genre à rester chez lui pour se tourner les pouces : navigateur, aventurier, ingénieur naval au Bangladesh, marin autour du monde... À 32 ans, il a déjà eu plusieurs vies, il ne lui manquait plus qu’une participation à You’reUp ! Il explique aux pionniers-caravelles sa définition des nouveaux « Mac Giver » : « Répondre aux besoins de base avec les moyens du bord, grâce à des petits systèmes que j’appelle les low-tech, à l’inverse des high-tech. » Sur un de ses bateaux, avec lequel il a fait un tour du monde en 2010, il a installé une serre pour installer un petit potager, des poules pour nourrir le marin et les plantations (grâce aux œufs et à l’engrais), et un dessalinisateur d’eau de mer pour abreuver tout ce petit monde.

Mettre ses compétences au service des autres : le projet « Gold of Bengal »

« Après avoir travaillé quelques temps sur un chantier naval au Bangladesh, j’ai eu l’idée de remplacer sur les bateaux la fibre de verre, très chère et polluante, par de la fibre de jute, matériau naturel, produite en grande quantité dans ce pays. J’ai voulu montrer que l’on peut fabriquer des objets, grands ou petits, avec l’or qui pousse dans les champs du Bangladesh.» raconte Corentin. Afin de démontrer le potentiel de cette fibre de jute et de trouver des partenaires pour son projet, il construit son premier petit voilier, le Tara Tari, bateau qui intègre pour la première fois de la fibre de jute (40% de fibre de jute et 60% de fibre de verre).

Vous devez garder cet esprit d’entraide, de dynamisme, d’enthousiasme pour votre vie future !

Il décide de rejoindre la France avec son embarcation : 6 mois et 14 000 kilomètres plus tard, il convainc des entreprises de s’associer à son projet. Cela lui permet de trouver des budgets pour développer le projet « Gold of Bengal » : un centre de recherche installé au Bangladesh. En parallèle, Corentin développe un site internet pour recenser tous les nouveaux « Mac Giver » du monde, afin de fédérer les bonnes idées et proposer des solutions. « Ce qui manque en général ce sont des compétences pour trouver les solutions simples qui sont à portées de main. » explique-t-il.

Rester solidaires et enthousiastes !

Cet esprit de débrouillardise et de service, Corentin est heureux de le retrouver à You’re Up ! « J’ai découvert le campement et toutes les innovations faites avec les moyens présents. Vous devez garder cet esprit d’entraide, de dynamisme, d’enthousiasme pour votre vie future ! » recommande-t-il aux jeunes. À Sarah et Esther qui lui demandent comment il a géré la solitude sur son tour du monde en bateau, il explique : « C’est nécessaire de prendre des moments dans sa vie pour réfléchir. J’ai pu faire le point sur des sujets auxquels je n’avais jamais pris le temps de penser. » La relecture, moment primordial pour permettre à son projet de voir le jour, les pionniers-caravelles la vivent aussi au cours de leurs CAP (projets d’année ou d’été). Corentin repart ravi de sa soirée : « Parler pendant une heure avec 500 jeunes, c'est comme parler avec une personne pendant 500 heures ! »

Les participants à You're Up! écoutent Corentin raconter ses aventures autour du monde