Accès directs |

Actions dans la cité : les associations partenaires interpellent les participants à You're Up! sur les enjeux du rassemblement

[en-tete] [titre]Actions dans la cité : les associations partenaires interpellent les participants à You're Up! sur les enjeux du rassemblement[/titre] [media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/8645-half.jpg[/media] [/en-tete]

Olivier et Delphine sont bénévoles au sein de l'association « Artisans du monde ». Ils ont choisi d'être partenaires des demi-journées « Actions dans la cité » lors du rassemblement You’re Up! les 20 et 22 juillet à Strasbourg. Ils proposent aux pionniers-caravelles de tester un nouveau jeu de société sur le commerce équitable.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/8474-med.jpg[legende]Comment vendre sa production de café tout en respectant tous les partenaires de la chaine de production ? Une équipe de caravelles cherche la solution pendant le jeu.[/legende][/media] [insert droite]

Artisans du monde est une fédération nationale d’associations locales. Elle a plusieurs vocations : la vente grâce à des boutiques implantées localement, le plaidoyer, et l'éducation au commerce équitable auprès de la population la plus large possible.

Colecosolest une association régionale alsacienne qui a pour but de promouvoir le commerce équitable, la consommation responsable et l'économie solidaire

[/insert]

Pouvez-vous vous présenter, vous et votre association ?

Olivier : Je suis Olivier, membre de l'association « Artisans du Monde ». À ce titre je suis représentant auprès du Colecosol et je fais partie de la commission éducation de l’association.

Delphine : Je suis Delphine, je suis bénévole chez « Artisans du Monde » depuis plusieurs années, et comme Olivier je suis dans la commission éducation pour l’association.

Quelle activité proposez-vous aux équipes qui viennent vous voir ?

Delphine : Un jeu de rôles leur permettant d’expérimenter par eux-mêmes le commerce traditionnel, et de trouver des solutions alternatives, notamment le commerce équitable pour s’en sortir financièrement.

Pourquoi votre association a accepté d’être partenaire de cette journée « Action dans la cité » ?

Olivier : Nous souhaitons développer notre pôle éducation et sensibilisation auprès des classes dans lesquelles nous intervenons. Les jeux de rôles sont de bons moyens pour initier les jeunes au commerce équitable. Nous n’avions pas d’expérience d’animation de jeux de rôles. Que les pionniers-caravelles soient pour nous des testeurs est une très bonne idée !

Que retiendrez-vous de cette journée ?

Delphine : Nous avons pu dégager des points à améliorer dans le jeu de rôles : l’organisation matérielle, le fait de ne pas donner trop rapidement l’objectif final afin que les joueurs trouvent eux-mêmes les solutions.

Olivier : J’ai trouvé remarquable que des scouts soient disponibles pour se donner généreusement dans ce jeu, et faire preuve de clairvoyance dans son évaluation. La plupart des remarques faites par les jeunes ont été retenues, elles étaient intéressantes et constructives. Merci !

Que vous inspirent ces jeunes ?

Olivier : Leur ouverture d’esprit est remarquable, ils se sont rendus totalement disponibles pour cette expérience. J’ai retrouvé avec joie le dynamisme et la charité propres au scoutisme chez les jeunes ce matin.

Delphine :J’ai été surprise par leur réflexion, leur finesse d’esprit, et leur capacité à révéler les failles du jeu. Et face à l’échec, leur faculté à se remettre en question et trouver des solutions.

[citation]Que les pionniers-caravelles soient pour nous des testeurs est une très bonne idée ![/citation]

Quel message souhaitez-vous qu’ils retiennent de leur passage sur votre activité ?

Olivier :Certains ont été vraiment touchés par ce jeu. Je crois que la première chose que les jeunes vont retenir c’est qu’ils ont expérimenté la rudesse des échanges commerciaux.

[insert gauche]

Lors de ces deux journées d’actions citoyennes, les pionniers-caravelles ont pu rencontrer plus de 150 partenaires locaux pour mener des actions sur les transports éco-responsables, la préservation de l’environnement, la sensibilisation au recyclage... Les jeunes ont notamment aidé la Ligue de Protection des Oiseaux dans la fabrication de nichoirs, ils ont pu former aux premiers secours dans des quartiers de Strasbourg avec l’association 3 gestes pour une vie, ou rencontrer des tsiganes à Erstein avec l’association AVA Habitat et Nomadisme, et fabriquer avec eux du mobilier en palettes pour l’aire d’accueil.

[/insert]

En quoi cette activité peut-elle permettre de rendre le monde un peu meilleur ?

Delphine : Ça leur permet d’avoir une plus grande ouverture d’esprit

Olivier : Ils ont compris que devant l’iniquité des échanges économiques, il faut s’unir en coopérant, et trouver ensemble des solutions.

Quelles autres idées pourriez-vous partager avec ces jeunes ?

Olivier : Cultiver cette fibre solidaire qui est la vôtre, et comme le dit un précepte scout, faitesnous un monde un peu meilleur que celui que vous avez trouvé!

Que pensez-vous de ce rassemblement ?

Olivier :La logique européenne de ce rassemblement est extraordinaire, pour moi c’est fabuleux ! Elle permet une expérimentation de la rencontre, indispensable pour les adolescents. Je me réjouis que Strasbourg soit la ville de ce rassemblement. J’ai également pu parler du commerce équitable auprès de chefs et cheftaines les 17 et 19 juillet. J'ai été ravi de ces échanges.

Delphine :C’est un moment de communion intéressant : rencontrer et échanger sur les façons dont le scoutisme est vécu dans les différents coins de France et d’Europe.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/8475-med.jpg[legende] Les pionniers-caravelles font un bilan du jeu et proposent des améliorations, pour qu’il soit utilisé ensuite dans le cadre scolaire.[/legende][/media]

Actions dans la cité : les associations partenaires interpellent les participants à You're Up! sur les enjeux du rassemblement

publié le

Olivier et Delphine sont bénévoles au sein de l'association « Artisans du monde ». Ils ont choisi d'être partenaires des demi-journées « Actions dans la cité » lors du rassemblement You’re Up! les 20 et 22 juillet à Strasbourg. Ils proposent aux pionniers-caravelles de tester un nouveau jeu de société sur le commerce équitable.

Comment vendre sa production de café tout en respectant tous les partenaires de la chaine de production ? Une équipe de caravelles cherche la solution pendant le jeu.

Pouvez-vous vous présenter, vous et votre association ?

Olivier : Je suis Olivier, membre de l'association « Artisans du Monde ». À ce titre je suis représentant auprès du Colecosol et je fais partie de la commission éducation de l’association.

Delphine : Je suis Delphine, je suis bénévole chez « Artisans du Monde » depuis plusieurs années, et comme Olivier je suis dans la commission éducation pour l’association.

Quelle activité proposez-vous aux équipes qui viennent vous voir ?

Delphine : Un jeu de rôles leur permettant d’expérimenter par eux-mêmes le commerce traditionnel, et de trouver des solutions alternatives, notamment le commerce équitable pour s’en sortir financièrement.

Pourquoi votre association a accepté d’être partenaire de cette journée « Action dans la cité » ?

Olivier : Nous souhaitons développer notre pôle éducation et sensibilisation auprès des classes dans lesquelles nous intervenons. Les jeux de rôles sont de bons moyens pour initier les jeunes au commerce équitable. Nous n’avions pas d’expérience d’animation de jeux de rôles. Que les pionniers-caravelles soient pour nous des testeurs est une très bonne idée !

Que retiendrez-vous de cette journée ?

Delphine : Nous avons pu dégager des points à améliorer dans le jeu de rôles : l’organisation matérielle, le fait de ne pas donner trop rapidement l’objectif final afin que les joueurs trouvent eux-mêmes les solutions.

Olivier : J’ai trouvé remarquable que des scouts soient disponibles pour se donner généreusement dans ce jeu, et faire preuve de clairvoyance dans son évaluation. La plupart des remarques faites par les jeunes ont été retenues, elles étaient intéressantes et constructives. Merci !

Que vous inspirent ces jeunes ?

Olivier : Leur ouverture d’esprit est remarquable, ils se sont rendus totalement disponibles pour cette expérience. J’ai retrouvé avec joie le dynamisme et la charité propres au scoutisme chez les jeunes ce matin.

Delphine :J’ai été surprise par leur réflexion, leur finesse d’esprit, et leur capacité à révéler les failles du jeu. Et face à l’échec, leur faculté à se remettre en question et trouver des solutions.

Que les pionniers-caravelles soient pour nous des testeurs est une très bonne idée !

Quel message souhaitez-vous qu’ils retiennent de leur passage sur votre activité ?

Olivier :Certains ont été vraiment touchés par ce jeu. Je crois que la première chose que les jeunes vont retenir c’est qu’ils ont expérimenté la rudesse des échanges commerciaux.

En quoi cette activité peut-elle permettre de rendre le monde un peu meilleur ?

Delphine : Ça leur permet d’avoir une plus grande ouverture d’esprit

Olivier : Ils ont compris que devant l’iniquité des échanges économiques, il faut s’unir en coopérant, et trouver ensemble des solutions.

Quelles autres idées pourriez-vous partager avec ces jeunes ?

Olivier : Cultiver cette fibre solidaire qui est la vôtre, et comme le dit un précepte scout, faitesnous un monde un peu meilleur que celui que vous avez trouvé!

Que pensez-vous de ce rassemblement ?

Olivier :La logique européenne de ce rassemblement est extraordinaire, pour moi c’est fabuleux ! Elle permet une expérimentation de la rencontre, indispensable pour les adolescents. Je me réjouis que Strasbourg soit la ville de ce rassemblement. J’ai également pu parler du commerce équitable auprès de chefs et cheftaines les 17 et 19 juillet. J'ai été ravi de ces échanges.

Delphine :C’est un moment de communion intéressant : rencontrer et échanger sur les façons dont le scoutisme est vécu dans les différents coins de France et d’Europe.

Les pionniers-caravelles font un bilan du jeu et proposent des améliorations, pour qu’il soit utilisé ensuite dans le cadre scolaire.