Accès directs |

Aller à l'essentiel

[en-tete] [titre]Aller à l'essentiel[/titre] [media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/1W1A3735-half.jpg[/media] [/en-tete]

La sobriété heureuse était l’une des thématiques du rassemblement You’re Up!, mais comment a-t-elle été mise en place concrètement? Retrouvons Oriane du groupe de Dieppe en Haute-Normandie qui en a fait l’expérience.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/7402-med.jpg[legende]Oriane, de Dieppe a expérimenté la sobriété heureuse à You're Up![/legende][/media]

Quelle nouvelle définition de la sobriété heureuse donnerais-tu après ce rassemblement?

J’ai vécu différentes expériences durant ces 8 jours, aujourd’hui je pense que la sobriété heureuse c’est vivre avec le minimum nécessaire, mais vivre heureux.

Quelles sont les nouvelles raisons pour lesquelles il te semble important de faire ce choix aujourd’hui?

Pour être plus vrai et aller à l’essentiel !

Qu’as tu vécu de concret à You’re Up qui s’inscrive dans cet idéal de sobriété heureuse?

L’épisode orageux que nous avons vécu explique ma vision actuelle de la sobriété. Il m’a montré qu’on n’avait pas besoin d’artifices et d’une multitude de choses pour vivre bien. On a passé 2 jours avec le strict minimum, on était tous présent les uns pour les autres, un véritable moment de sobriété heureuse. Pour résumer, on s’en sort bien sans duvet et avec un bon pull !

[citation]On n'a pas besoin d'artifices et d'une multitude de choses pour vivre bien[/citation]

Que vas tu appliquer, mettre en place de retour chez toi sur ce sujet?

De manière générale, mettre de côté le superflu, me concentrer sur ce qui m’entoure et ce qui m’importe le plus!

Qu’as tu envie de faire avec ta caravane sur ce sujet l’an prochain ou dans les années à venir?

Il faut se laisser toucher par des moments simples comme les vraies rencontres, celles qui nous font grandir. Par exemple, le moment où j’ai rencontré de jeunes handicapés moteurs au sein d’une association, et où j’ai su aller vers les autres simplement, sans aucun a priori. C’est ce genre de rencontres que je souhaite vivre avec ma caravane durant l’année prochaine.

[media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/1W1A3825-half.jpg[legende]La simplicité et la sobriété à 15 000, ils l'ont vécu.[/legende][/media]

As-tu découvert des engagements, actions sur ce sujet qui t’ont inspirés et que tu souhaiterais partager ?

Lors de notre journée dans Strasbourg, des jeunes scouts sont allés donner une partie de leur pique-nique à des SDF, un geste simple qui m’a beaucoup touché. Plutôt que de gâcher notre nourriture, j’ai trouvé ça normal qu’ils la distribuent à d’autres.

Le scoutisme te rend-il plus sensible à ces sujets? Pourquoi?

C’est souvent grâce au scoutisme que j’assiste à de tels moments de partage. J’ai l’impression que ces gestes simples se font rare dans la vie quotidienne. C’est lorsque je porte ma chemise et mon foulard que j’ose agir, partir à la rencontre et partager avec les autres.

[media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/banners/youreup/IMG_7759-half.jpg[legende]« Il faut se laisser toucher par des moments simples »[/legende][/media]

Aller à l'essentiel

publié le

La sobriété heureuse était l’une des thématiques du rassemblement You’re Up!, mais comment a-t-elle été mise en place concrètement? Retrouvons Oriane du groupe de Dieppe en Haute-Normandie qui en a fait l’expérience.

Oriane, de Dieppe a expérimenté la sobriété heureuse à You're Up!

Quelle nouvelle définition de la sobriété heureuse donnerais-tu après ce rassemblement?

J’ai vécu différentes expériences durant ces 8 jours, aujourd’hui je pense que la sobriété heureuse c’est vivre avec le minimum nécessaire, mais vivre heureux.

Quelles sont les nouvelles raisons pour lesquelles il te semble important de faire ce choix aujourd’hui?

Pour être plus vrai et aller à l’essentiel !

Qu’as tu vécu de concret à You’re Up qui s’inscrive dans cet idéal de sobriété heureuse?

L’épisode orageux que nous avons vécu explique ma vision actuelle de la sobriété. Il m’a montré qu’on n’avait pas besoin d’artifices et d’une multitude de choses pour vivre bien. On a passé 2 jours avec le strict minimum, on était tous présent les uns pour les autres, un véritable moment de sobriété heureuse. Pour résumer, on s’en sort bien sans duvet et avec un bon pull !

On n'a pas besoin d'artifices et d'une multitude de choses pour vivre bien

Que vas tu appliquer, mettre en place de retour chez toi sur ce sujet?

De manière générale, mettre de côté le superflu, me concentrer sur ce qui m’entoure et ce qui m’importe le plus!

Qu’as tu envie de faire avec ta caravane sur ce sujet l’an prochain ou dans les années à venir?

Il faut se laisser toucher par des moments simples comme les vraies rencontres, celles qui nous font grandir. Par exemple, le moment où j’ai rencontré de jeunes handicapés moteurs au sein d’une association, et où j’ai su aller vers les autres simplement, sans aucun a priori. C’est ce genre de rencontres que je souhaite vivre avec ma caravane durant l’année prochaine.

La simplicité et la sobriété à 15 000, ils l'ont vécu.

As-tu découvert des engagements, actions sur ce sujet qui t’ont inspirés et que tu souhaiterais partager ?

Lors de notre journée dans Strasbourg, des jeunes scouts sont allés donner une partie de leur pique-nique à des SDF, un geste simple qui m’a beaucoup touché. Plutôt que de gâcher notre nourriture, j’ai trouvé ça normal qu’ils la distribuent à d’autres.

Le scoutisme te rend-il plus sensible à ces sujets? Pourquoi?

C’est souvent grâce au scoutisme que j’assiste à de tels moments de partage. J’ai l’impression que ces gestes simples se font rare dans la vie quotidienne. C’est lorsque je porte ma chemise et mon foulard que j’ose agir, partir à la rencontre et partager avec les autres.

« Il faut se laisser toucher par des moments simples »