Accès directs |

"Au-delà de nos différences, créer du lien" : une journée pour «vivre ensemble » à Metz

photo chapo vivreensem lorraine 2Après les attentats contre Charlie Hebdo, les scouts et guides de Lorraine se sont demandés comment éduquer au vivre ensemble. Une journée de réflexion sur ce thème a donc vu le jour le 11 novembre. Après la stupeur des attentats du 13 novembre, une telle initiative trouve un écho bien particulier. Les Scouts et Guides de France ambitionnent d’éduquer à toujours plus de paix dans une fraternité mondiale, comme en témoigne le plan d’orientation 2015-2020*. Retour sur les grandes réflexions menées à Metz.

L’indispensable « vivre ensemble »


Le 11 novembre, à Metz, ce sont des scouts, des « non-scouts », des catholiques, des musulmans, des juifs, des vivreensemblelorraine 2non-croyants, des parents, un sociologue, une psychologue, et bien d’autres, qui étaient présents pour savoir comment faire naître cet indispensable vivre ensemble. Kamal Mouheb, Aumônier des Scouts Musulmans de France à Mulhouse a ainsi déclaré : « La journée de réflexion de ce jour se passe au centenaire de l'année 1915, celle du cataclysme de la guerre 14/18, celle de tous les déchirements et des morts par milliers qui s'en suivirent. Or on est « condamné » à vivre ensemble en évitant ce genre de conflit meurtrier. Il faut donc savoir vivre ensemble en entretenant la flamme des lumières et de l'espérance. »

Une réflexion sur la place des religions, des différences sociales et culturelles dans l’espace public a été menée durant la journée. Vivre sa foi, est-ce incompatible avec la liberté de l’autre, avec la laïcité? Les différents intervenants de cette journée ont répondu à la négative : la laïcité ne suppose pas de gommer tous les différences. "Vivre ensemble c'est savoir rechercher le lien entre tous en dépit de qui nous oppose. Ainsi le condamné, l'infracteur, doit pouvoir échanger avec sa victime par le média de la société (…) », souligne Marianne Renaud, Pasteur. Dominique Rolin, Ancien membre de l'Institut Régional du Travail Social, va même plus loin : « Les extrémistes de tout bord souhaitent aussi un monde meilleur circonscrit autour de leur seul vision. Il faut prêter attention à ce que l'apprentissage de la laïcité ne se résume pas à aller à la rencontre de la croyance d'un autre. C'est autant aller à la rencontre des croyances que des incroyances, apprendre à coexister, apprendre à faire vivre ensemble le culturel et le cultuel.»

« Si tu es différent de moi, loin de me léser, tu m'enrichis » Saint Exupéry.

vivreen lorraine3L’un des messages clés de cette journée est que la différence de l’autre ne menace pas notre propre identité. Elle la renforce, elle l’enrichit. « Il faut du désaccord pour progresser soi-même et collectivement, le doute fait progresser c'est le contraire d'une position dogmatique. » constate ainsi Dominique Rolin.Vivre ensemble suppose d’être d’accord sur le fait que nous ne sommes pas toujours d’accord !

Ainsi, vivre ensemble, ce n’est pas renoncer à sa propre identité. C’est l’affirmer pleinement sans l’imposer et accepter celle des autres. Les convictions ne doivent être que des points d’interrogation et non des points finaux, au risque de se transformer en dogmes. « Le scoutisme doit convaincre de la question de la communauté, sans agresser, pour affirmer l'identité de valeurs, liée au besoin d'appartenir à une grande famille. » analyse Francis de Backer, prêtre.

C’est riches de ces réflexions que les bénévoles sont repartis de cette journée, prêts à éduquer à toujours plus de tolérance !

*"Dans chaque territoire et au niveau national, développons et soutenons les partenariats locaux, européens et internationaux, et mobilisons aussi les anciens du mouvement, afin de susciter et diffuser des initiatives de paix, localement ou par des réseaux plus larges."

EnregistrerEnregistrer