Accès directs |

5 questions à Caroline, 20 ans, compagnon à Saint Etienne

carolinephotochapoChez les Scouts et Guides de France, les compagnons sont des jeunes de 17 à 21 ans qui décident de construire et vivre des projets en équipe. Caroline est compagnons à St-Etienne St Roch depuis 3 ans, après son projet en Bulgarie, son équipe s'apprête à vivre le Roverway, un rassemblement de compagnons européens, cet été, en France.

1. Peux-tu nous présenter rapidement ton équipe ?

Nous sommes 4 dans l’équipe, 3 filles et un garçon. Florence et Clémentine, je les connais depuis toutes petites, on a fait toutes nos années scoutes ensemble, et c’était une évidence pour nous d’être ensemble aux compagnons (équipe de jeunes de 17 à 21 ans). Vincent a rejoint notre groupe aux pionniers-caravelles (jeunes de 14 à 17 ans des Scouts et Guides de France), du coup on a fait équipe tous ensemble.

Cet été, nous avons réalisé notre expériment long (projet de solidarité internationale). Nous sommes allés dans un orphelinat en Bulgarie, en partenariat avec l’association « Bonne mine ». Notre projet initial était d’aider à la rénovation et au jardinage dans cet orphelinat. Le projet a changé en cours d’année et nous avons finalement fait de l’animation auprès des jeunes. La barrière de la langue nous a beaucoup freiné au début. Heureusement, les jeunes que nous avons rencontrés parlaient un peu anglais.

2. C’est quoi pour toi, un projet compagnon ?

Un projet compagnon, c’est un projet de solidarité à l’étranger, entre jeunes du même âge. C’est une expérience incroyable pour vivre en équipe, monter un projet qui demande du temps, découvrir un pays et d’autres cultures. C’est génial !

3. Pourquoi avoir choisi de te lancer dans cette aventure ?

Pour moi, le projet compagnon est dans la continuité des années scoutes. Depuis les Louveteaux-Jeannettes (enfants 8-11 ans des Scouts et Guides de France), on entend parler des grands qui partent à l’étranger ! Comme ma sœur et mon frère en ont aussi vécu un, je me suis dit « pourquoi pas moi ». De toute façon, je ne me sentais pas encore prête à être cheftaine (animatrice).

4. Qu’est-ce que ça t’apporte dans la vie de tous les jours ?

Ma vision de la Bulgarie a changé : on y a découvert le pays, la langue, et pas mal de tziganes. Ce projet m’a aussi permis de prendre conscience de l’importance de la communication avec les partenaires, et même si la langue est une sacrée barrière, on a réussi à partager plein de choses avec les jeunes.

5. Qu’attends-tu du Roverway ?

Dans quelques mois, nous irons tous les 4 au Roverway. J’espère fait pleins de rencontres, découvrir le fonctionnement des autres scouts des autres pays, apprendre pleins de choses. La première semaine, des actions concrètes sont proposées et ça nous plait bien. Et puis on a hâte de vivre un jamborée (rassemblement scout) car on n’en n’a jamais eu l’occasion !