Accès directs |

60 millions de jeunes formés à la paix par le scoutisme

paixchapoLe scoutisme et le guidisme, ce sont 60 millions de jeunes de plus de 165 pays à travers le monde, partageant des valeurs et appartenant à grande fraternité mondiale. Aujourd’hui, plus que jamais, le scoutisme et le guidisme appellent ces millions de jeunes à être des acteurs de paix. Les bénévoles éduquent les enfants et jeunes à devenir des citoyens du monde, solidaires et responsables, qui vont à la rencontre de l’autre, dans sa différence.

[en-tete][media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/stories/educationalapaixcouverture.jpg[/media][titre]60 millions de jeunes formés à la paix par le scoutisme[/titre][/en-tete]

[sous-titre]Eduquer à la simplicité de la rencontre et à l’accueil de l’autre, dans sa différence et sa complémentarité[/sous-titre]

L’éducation à la rencontre internationale joue un rôle particulièrement important dans le processus d'éducation à la paix. "Souvent, nous avons des préjugés sur la manière de vivre des gens d’autres pays. En tant qu’organisation mondiale, notre rôle est de faciliter la rencontre pour casser ces stéréotypes et faire comprendre que l’échange est toujours plus simple qu’on ne pouvait le penser. Le jamboree mondial est une de ces opportunités. Ce n’est pas seulement montrer qu’on peut faire une ville à 35 000 personnes (…) c’est prouver aux jeunes que vivre ensemble sur une seule et même planète, c’est possible." témoigne João Armando, président de l’Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS).

[citation]Notre rôle est de faciliter la rencontre pour casser ces stéréotypes et faire comprendre que l’échange est toujours plus simple qu’on ne pouvait le penser.[/citation]

Chez les Scouts et Guides de France, dès le plus jeune âge dans les groupes, les jeunes sont invités à la rencontre interculturelle, dans sa simplicité. Ils sont ainsi appelés à être curieux des autres, selon une pédagogie adaptée de l’enfance à l’âge adulte en passant par l’adolescence. L’âge des Louveteaux-Jeannettes (8-11 ans) est propice à la découverte de l’autre et l’éveil à la tolérance. Les enfants s’ouvrent au monde en correspondant avec des enfants d’autres pays, par exemple. Les 11-14 ans accueillent des jeunes d’autres pays ou vivent la solidarité avec des associations de migrants. De 14 à 17 ans, il est possible d’être un acteur engagé de la citoyenneté européenne, comme ce fut le cas à You’re up !, en juillet 2015 lorsqu’ils se sont retrouvés à 15 000 jeunes de toute l’Europe et qu’ils ont présenté une Résolution pour l’Europe de Demain au Parlement européen. Les 17-21 sont encouragés à vivre un projet de solidarité internationale…

Par ces rencontres, les jeunes se rendent compte que chacun est unique, dans toutes les dimensions qui le composent (famille, spiritualité, caractère…). Ils constatent aussi qu’il n’est pas difficile de composer avec ces différences, qui sont une richesse à partager. Elles renforcent même leur propre identité.


[intercalaire][media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/stories/parlementeuropeennew.jpg[/media][/intercalaire]

[sous-titre]Vivre la fraternité et devenir des ambassadeurs de paix : des expériences fortes et engageantes[/sous-titre]

L’expérience de la paix se vit de mille et une façons dans les associations de scoutisme et de guidisme. Après les terribles attentats du 13 novembre, un grand concert réunissant 1300 personnes de religions différentes a été organisé à Bussy (77). Par ce rassemblement, chacun a voulu montrer qu’il est possible de puiser dans les différentes religions pour construire la paix. Au Congo, le scoutisme évite aux enfants de devenir des enfants soldat, car les jeunes y apprennent qu’il existe des alternatives à la violence qui touche leur pays. Chaque année, des scouts et guides allemands de 11 à 14 ans se rencontrent pour vivre des camps ensemble et ainsi découvrir des cultures différentes. Cette année, les Scouts et Guides de France soutiennent un projet de formation à la cohésion sociale et la paix pour les louveteaux (8-11 ans) scouts centrafricains musulmans et catholiques. Pour qu’ils deviennent des ambassadeurs de paix à l’école, dans leur famille et donc dans la vie de tous les jours.

Ces expériences de rencontres, les jeunes en parlent souvent comme des moments riches et structurants dans la construction des personnes qu’ils sont aujourd’hui. Elles les aident à forger leur identité, à devenir des adultes engagés. 

[citation]Ces expériences de rencontres, les jeunes en parlent souvent comme des moments riches et structurants dans la construction des personnes qu’ils sont aujourd’hui. Elles les aident à forger leur identité, à devenir des adultes engagés.[/citation]

Ainsi, Adrien, scout de 12 ans, raconte ce qu’il a ressenti après avoir distribué des chocolats et cartes de vœux à des réfugiés : « Nous sommes allés dans des maisons-containers, un endroit devant lequel je passe souvent, mais je ne savais pas qu’il y avait des migrants et ne m’imaginais pas leur vie dedans ! Jusque-là, chaque fois que je croisais des personnes avec une valise, dans le métro, je croyais que c’était des migrants ! Cette rencontre m’a fait du bien, et j’ai mieux compris. Ils n’étaient pas avertis de notre venue et pourtant ils nous ont accueilli gentiment ».

Quant à Paola, 17 ans, qui a participé au jamboree mondial au Japon à l’été 2015, elle partage ce constat : « Avant le jamboree, la paix signifiait pour moi l’absence de conflit. Maintenant, je peux affirmer que la paix a un tout nouveau sens. Je la vois comme un devoir qu’a chaque homme et chaque scout. Comme une nécessité réalisable. Car 33 848 personnes de 150 nationalités et de toutes religions peuvent vivre en harmonie pendant 10 jours, alors le monde peut vivre en paix ».

[diaporama][media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/imagepaixreduite2.jpg[/media][media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/imagereduitediapopaix44.jpg[/media][media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/diaporamapaixpaix.jpg[/media][/diaporama]

Le scoutisme et le guidisme, ce sont 60 millions de jeunes de plus de 165 pays à travers le monde, partageant des valeurs et appartenant à grande fraternité mondiale. Aujourd’hui, plus que jamais, le scoutisme et le guidisme appellent ces millions de jeunes à être des acteurs de paix. Les bénévoles éduquent les enfants et jeunes à devenir des citoyens du monde, solidaires et responsables, qui vont à la rencontre de l’autre, dans sa différence.

60 millions de jeunes formés à la paix par le scoutisme

publié le

Eduquer à la simplicité de la rencontre et à l’accueil de l’autre, dans sa différence et sa complémentarité

L’éducation à la rencontre internationale joue un rôle particulièrement important dans le processus d'éducation à la paix. "Souvent, nous avons des préjugés sur la manière de vivre des gens d’autres pays. En tant qu’organisation mondiale, notre rôle est de faciliter la rencontre pour casser ces stéréotypes et faire comprendre que l’échange est toujours plus simple qu’on ne pouvait le penser. Le jamboree mondial est une de ces opportunités. Ce n’est pas seulement montrer qu’on peut faire une ville à 35 000 personnes (…) c’est prouver aux jeunes que vivre ensemble sur une seule et même planète, c’est possible." témoigne João Armando, président de l’Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS).

Notre rôle est de faciliter la rencontre pour casser ces stéréotypes et faire comprendre que l’échange est toujours plus simple qu’on ne pouvait le penser.

Chez les Scouts et Guides de France, dès le plus jeune âge dans les groupes, les jeunes sont invités à la rencontre interculturelle, dans sa simplicité. Ils sont ainsi appelés à être curieux des autres, selon une pédagogie adaptée de l’enfance à l’âge adulte en passant par l’adolescence. L’âge des Louveteaux-Jeannettes (8-11 ans) est propice à la découverte de l’autre et l’éveil à la tolérance. Les enfants s’ouvrent au monde en correspondant avec des enfants d’autres pays, par exemple. Les 11-14 ans accueillent des jeunes d’autres pays ou vivent la solidarité avec des associations de migrants. De 14 à 17 ans, il est possible d’être un acteur engagé de la citoyenneté européenne, comme ce fut le cas à You’re up !, en juillet 2015 lorsqu’ils se sont retrouvés à 15 000 jeunes de toute l’Europe et qu’ils ont présenté une Résolution pour l’Europe de Demain au Parlement européen. Les 17-21 sont encouragés à vivre un projet de solidarité internationale…

Par ces rencontres, les jeunes se rendent compte que chacun est unique, dans toutes les dimensions qui le composent (famille, spiritualité, caractère…). Ils constatent aussi qu’il n’est pas difficile de composer avec ces différences, qui sont une richesse à partager. Elles renforcent même leur propre identité.

Vivre la fraternité et devenir des ambassadeurs de paix : des expériences fortes et engageantes

L’expérience de la paix se vit de mille et une façons dans les associations de scoutisme et de guidisme. Après les terribles attentats du 13 novembre, un grand concert réunissant 1300 personnes de religions différentes a été organisé à Bussy (77). Par ce rassemblement, chacun a voulu montrer qu’il est possible de puiser dans les différentes religions pour construire la paix. Au Congo, le scoutisme évite aux enfants de devenir des enfants soldat, car les jeunes y apprennent qu’il existe des alternatives à la violence qui touche leur pays. Chaque année, des scouts et guides allemands de 11 à 14 ans se rencontrent pour vivre des camps ensemble et ainsi découvrir des cultures différentes. Cette année, les Scouts et Guides de France soutiennent un projet de formation à la cohésion sociale et la paix pour les louveteaux (8-11 ans) scouts centrafricains musulmans et catholiques. Pour qu’ils deviennent des ambassadeurs de paix à l’école, dans leur famille et donc dans la vie de tous les jours.

Ces expériences de rencontres, les jeunes en parlent souvent comme des moments riches et structurants dans la construction des personnes qu’ils sont aujourd’hui. Elles les aident à forger leur identité, à devenir des adultes engagés. 

Ces expériences de rencontres, les jeunes en parlent souvent comme des moments riches et structurants dans la construction des personnes qu’ils sont aujourd’hui. Elles les aident à forger leur identité, à devenir des adultes engagés.

Ainsi, Adrien, scout de 12 ans, raconte ce qu’il a ressenti après avoir distribué des chocolats et cartes de vœux à des réfugiés : « Nous sommes allés dans des maisons-containers, un endroit devant lequel je passe souvent, mais je ne savais pas qu’il y avait des migrants et ne m’imaginais pas leur vie dedans ! Jusque-là, chaque fois que je croisais des personnes avec une valise, dans le métro, je croyais que c’était des migrants ! Cette rencontre m’a fait du bien, et j’ai mieux compris. Ils n’étaient pas avertis de notre venue et pourtant ils nous ont accueilli gentiment ».

Quant à Paola, 17 ans, qui a participé au jamboree mondial au Japon à l’été 2015, elle partage ce constat : « Avant le jamboree, la paix signifiait pour moi l’absence de conflit. Maintenant, je peux affirmer que la paix a un tout nouveau sens. Je la vois comme un devoir qu’a chaque homme et chaque scout. Comme une nécessité réalisable. Car 33 848 personnes de 150 nationalités et de toutes religions peuvent vivre en harmonie pendant 10 jours, alors le monde peut vivre en paix ».