REJOIGNEZ LE PEUPLE LIBRE !

Accès directs |

5 questions à Jeanne et Romain, Compagnons à Paris

Chez les Scouts et Guides de France, les compagnons sont des jeunes de 17 à 21 ans  qui décident de construire et vivre des projets en équipe. Jeanne et Romain sont compagnons à Paris et s'apprêtent à vivre un projet de solidarité internationale cet été. Rencontre en 5 questions.

photochapojeanneromain

Pouvez-vous présenter votre équipe ?

Jeanne : On est une équipe de 5 compagnons : 3 filles et 2 garçons. Les 3 filles, nous avons fait du scoutisme depuis longtemps. On a connu Romain alors que nous étions pionniers-caravelles (14-17 ans) [lien vers la page des pionniers-caravelles] et Léonard nous a rejoints après. C'est comme ça qu'on a décidé de créer une équipe compagnons. On est tous super différents.

Romain : Oui et on est complémentaires aussi et ça c'est bien.

Concrètement c'est quoi un projet compagnon ?

Romain : C'est la fin des années jeunes de scoutisme, on va vraiment être autonomes et ça va nous préparer à la vie adulte. Avec le projet compagnons, on découvre un monde différent de celui qu'on voit tous les jours et on apprend plein de choses. Comme par exemple monter des dossiers de subvention, vivre en équipe et partager les points de vue.

Jeanne : C'est aussi se prouver que maintenant on est capables de faire quelque chose. On a 17-18 ans, on termine le lycée, on perd un peu tous nos repères et chez les scouts c'est pareil parce qu'on n'est plus encadré autant que les années précédentes. Mais on est capable de se prendre en main. C’est comme pour les études : on fait ce qu'on aime mais si on veut continuer c'est à nous de choisir. On organise tout, parfois on galère mais le fait de se connaître aide beaucoup, on peut se dire les choses. Et du coup, nous on a décidé de partir à Madagascar, de s'occuper d'enfants défavorisés.

Pourquoi avoir choisi de vous lancer dans cette aventure ?

Romain : Déjà parce qu'on est très potes, avec Jeanne aux Pionniers-caravelles on s'était dit qu'on le ferait ensemble même si j'ai un an de moins parce qu'on s'entend bien et on a un peu la même vision du monde. Et puis c'est pour s'ouvrir aux autres, découvrir et être acteur du monde dans lequel on vit. On va se surpasser, ça sera peut-être dur mais ça va nous faire grandir.

Jeanne : Pour moi c'était évident que j'allais continuer le scoutisme et je n’étais pas vraiment prête à être cheftaine (animatrice). Les compagnons c'était ce qui me restait, mes sœurs l'avaient fait, ça me faisait rêver, mais je ne savais pas trop dans quoi je m'engageais. Et puis on avait effectivement des affinités et pouvoir continuer avec ces personnes et vivre cette expérience dont on va être fiers c'est génial. On écrit le dossier de notre projet, on l'a créé, on va le financer et partir, avec du recul je me rends compte que ça m'apporte beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais. Ce n’est pas seulement porter une chemise verte et partir à l'étranger, c'est créer quelque chose.

Qu'est-ce que cela vous apporte dans la vie de tous les jours ?

Romain : Ça m'apporte une maturité et ça me fait prendre des responsabilités : je suis beaucoup plus critique et responsable. On a monté un projet de subvention très long et j'ai beaucoup appris au niveau de la rédaction, du budget, du contact avec le partenaire. Je me suis rendu compte que pour dialoguer il faut savoir ce que l'on veut et arriver à comprendre ce que l'autre veut aussi. Dans la vie de tous les jours ça va vraiment m'aider à avoir un regard critique et à appréhender le monde avec un peu de recul.

Jeanne : Oui ça apporte du recul, ça m'aide à me poser la question de ce qui est vraiment important, de ce dont j'ai vraiment besoin. Et le fait de partir avec de très bons amis fait que je vais souvent me remettre en question, parce que je les connais. Et puis ça apporte beaucoup de joie !

Qu'attendez-vous de votre projet ?

Jeanne : La fierté de l'avoir fait, l'expérience, aussi bien professionnelle, personnelle, collective… ça va surement m'apporter plein de réponses pour ma vie de tous les jours. Et puis être avec des enfants c'est toujours enrichissant, ça va forcément nous changer.

Romain : Les rencontres, la culture qu'on va découvrir et le choc de la pauvreté aussi je pense que ça va me rendre plus critique sur ma manière de vivre. Et puis je vais acquérir des compétences grâce à tous ceux qu'on va rencontrer là-bas, notamment notre partenaire.