Accès directs |

5 questions à Aurane, nouvelle cheftaine, qui voulait donner du sens à son rôle d’animatrice

photochapoauranePrès de 35% des chefs et cheftaines Scouts et Guides de France n'ont pas vécu l'aventure du scoutisme dans leur enfance. Ils rejoignent le mouvement à l’âge adulte, pour accompagner les jeunes et les aider à grandir. Aurane, 22 ans, de Cergy, est l'une de ces nouvelles cheftaines. Elle a découvert dans le scoutisme un nouveau cadre d'animation qui lui correspondait complètement.


[en-tete][titre]5 questions à Aurane, nouvelle cheftaine, qui voulait donner du sens à son rôle d’animatrice[/titre][media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/photochapoarane.PNG[/media][/en-tete]

[sous-titre]Pourquoi es-tu devenue cheftaine ?[/sous-titre]

J'ai été invitée sur un camp d'été et j'ai découvert une espèce d'autre monde complètement surprenant dans le sens où c'est pas du tout l'image que j'avais du scoutisme. Ça a déconstruit tous les clichés que je pouvais avoir et c'était super, ça m'a plu à tel point que j'ai voulu m'y engager. Par le bénévolat et la transmission, j’ai trouvé le sens que je voulais donner à mon rôle d’animatrice. Ce coté transmission je trouve ça génial, parce que les enfants, contrairement à un cadre d'animation classique, te voient comme un modèle. C'est une relation beaucoup plus forte qu'on crée avec les jeunes.

[citation] Par le bénévolat et la transmission, j’ai trouvé le sens que je voulais donner à mon rôle d’animatrice. [/citation]

[sous-titre]Qu'as-tu découvert sur le scoutisme que tu ignorais ?[/sous-titre]

J'avais l'impression que le cadre était plus strict, notamment en termes de confession religieuse et surtout je ne comprenais pas. Pourquoi s'isoler une semaine faire un camp ? S’embêter à faire la vaisselle dans une bassine alors qu'on pourrait utiliser un robinet, à dormir dans une tente quand on pourrait avoir un dortoir ? Avant de le vivre je ne voyais pas l’intérêt de vivre dans la nature.

[sous-titre]Concrètement être cheftaine c'est quoi ?[/sous-titre]

C'est donner un cadre aux jeunes dont tu t'occupes, c'est-à-dire avoir un programme, leur proposer différents temps dans une journée, des jeux, des temps d'expression, d'introspection. C'est aussi être là tout simplement, être un appui. Quand un enfant vient me poser une question profonde je suis souvent perturbée parce que je sais pas forcément y répondre. Mais juste le fait qu'il vienne me la poser, qu'il décide de venir me parler à moi de quelque chose qui me prend aux tripes, je trouve ça génial.

[sous-titre]Qu'est-ce que ça t'apporte dans la vie de tous les jours ?[/sous-titre]

J'ai pris pas mal d'assurance, quand j'ai commencé le camp je m'imposais moins. Maintenant j'arrive à dire quand quelque chose va bien ou pas. J'ai gagné de la confiance en moi dans le fait de m'exprimer et le fait de dire j'ai une place et avec cette place j'ai le droit de dire telle chose et j'ai le droit de m'exprimer sur tel sujet. Ça m'a permis aussi de sortir de ma zone de confort et de me dire que finalement il n’y a pas tant de choses que ça qui sont nécessaires pour passer de bons moments. Ça peut être très sommaire et très riche à la fois et ça m'a permis de faire la part des choses entre ce qui est essentiel ou pas.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/arianephoto2.PNG[/media]

[sous-titre]Que dirais-tu à quelqu'un qui hésite à s'engager ?[/sous-titre]

Ce qui a marché pour moi c'est « essaye ».Je ne dis pas qu'on accroche forcément mais c'est pas vraiment descriptible sans le vivre. Le meilleur moyen c'est de se faire sa propre opinion. Moi je suis allée sur ce camp parce que j'avais une amie qui faisait du scoutisme depuis toujours. Ça faisait longtemps qu'elle m'en parlait mais ce n’était pas très concret, donc en essayant on se convainc soi-même de s'engager !

[media video youtube]jwq388E791s[/media]

Près de 35% des chefs et cheftaines Scouts et Guides de France n'ont pas vécu l'aventure du scoutisme dans leur enfance. Ils rejoignent le mouvement à l’âge adulte, pour accompagner les jeunes et les aider à grandir. Aurane, 22 ans, de Cergy, est l'une de ces nouvelles cheftaines. Elle a découvert dans le scoutisme un nouveau cadre d'animation qui lui correspondait complètement.

5 questions à Aurane, nouvelle cheftaine, qui voulait donner du sens à son rôle d’animatrice

publié le

Pourquoi es-tu devenue cheftaine ?

J'ai été invitée sur un camp d'été et j'ai découvert une espèce d'autre monde complètement surprenant dans le sens où c'est pas du tout l'image que j'avais du scoutisme. Ça a déconstruit tous les clichés que je pouvais avoir et c'était super, ça m'a plu à tel point que j'ai voulu m'y engager. Par le bénévolat et la transmission, j’ai trouvé le sens que je voulais donner à mon rôle d’animatrice. Ce coté transmission je trouve ça génial, parce que les enfants, contrairement à un cadre d'animation classique, te voient comme un modèle. C'est une relation beaucoup plus forte qu'on crée avec les jeunes.

Par le bénévolat et la transmission, j’ai trouvé le sens que je voulais donner à mon rôle d’animatrice.

Qu'as-tu découvert sur le scoutisme que tu ignorais ?


J'avais l'impression que le cadre était plus strict, notamment en termes de confession religieuse et surtout je ne comprenais pas. Pourquoi s'isoler une semaine faire un camp ? S’embêter à faire la vaisselle dans une bassine alors qu'on pourrait utiliser un robinet, à dormir dans une tente quand on pourrait avoir un dortoir ? Avant de le vivre je ne voyais pas l’intérêt de vivre dans la nature.

Concrètement être cheftaine c'est quoi ?


C'est donner un cadre aux jeunes dont tu t'occupes, c'est-à-dire avoir un programme, leur proposer différents temps dans une journée, des jeux, des temps d'expression, d'introspection. C'est aussi être là tout simplement, être un appui. Quand un enfant vient me poser une question profonde je suis souvent perturbée parce que je sais pas forcément y répondre. Mais juste le fait qu'il vienne me la poser, qu'il décide de venir me parler à moi de quelque chose qui me prend aux tripes, je trouve ça génial.

Qu'est-ce que ça t'apporte dans la vie de tous les jours ?

J'ai pris pas mal d'assurance, quand j'ai commencé le camp je m'imposais moins. Maintenant j'arrive à dire quand quelque chose va bien ou pas. J'ai gagné de la confiance en moi dans le fait de m'exprimer et le fait de dire j'ai une place et avec cette place j'ai le droit de dire telle chose et j'ai le droit de m'exprimer sur tel sujet. Ça m'a permis aussi de sortir de ma zone de confort et de me dire que finalement il n’y a pas tant de choses que ça qui sont nécessaires pour passer de bons moments. Ça peut être très sommaire et très riche à la fois et ça m'a permis de faire la part des choses entre ce qui est essentiel ou pas.

Que dirais-tu à quelqu'un qui hésite à s'engager ?

Ce qui a marché pour moi c'est « essaye ».Je ne dis pas qu'on accroche forcément mais c'est pas vraiment descriptible sans le vivre. Le meilleur moyen c'est de se faire sa propre opinion. Moi je suis allée sur ce camp parce que j'avais une amie qui faisait du scoutisme depuis toujours. Ça faisait longtemps qu'elle m'en parlait mais ce n’était pas très concret, donc en essayant on se convainc soi-même de s'engager !