Accès directs |

Transmettre la Paix à tout le monde

10617La lumière de la Paix de Bethléem a été rapportée en France, dimanche 11 Décembre. Depuis, elle est diffusée sur tout le territoire par des jeunes et des groupes scouts, en symbole de paix. Elle a été partagée dans des lieux de culte, lors de rencontres interreligieuses, sur la place publique, auprès de migrants et de personnes en situation d’exclusion…

[en-tete][titre]Transmettre la Paix à tout le monde[/titre][media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/stories/10617.jpg[/media][/en-tete]

« Ce qui nous intéresse, c'est que cet élan autour de la Lumière de la Paix de Bethléem se prolonge par la suite. » commence Lou, 17 ans. Avec son équipe de compagnons (jeunes de 17 à 21 ans), elle a mis en place un partenariat avec JRS-France, à Bordeaux. « Nous avons invité des familles de réfugiés à la messe de réception de la lumière qui a été suivie par une marche pour la transmettre largement, explique-t-elle. On a voulu impliquer tout notre groupe dans cette démarche autour de réfugiés syriens, y compris les louveteaux-jeannettes et les scouts-guides (jeunes de 8-11 ans et 11-14 ans). De jeunes réfugiés syriens devraient bientôt rejoindre le groupe et il y a des Syriens dans notre lycée donc ce projet nous est venu assez naturellement. Pour nous, c'était une manière de leur apporter un peu d'espoir. Je veux contribuer à porter la parole de ces personnes, montrer qu'on peut faire des choses à notre échelle. » Comme Lou et ses amis, de nombreuses équipes de compagnons se sont mobilisées en décembre autour de la Lumière de la Paix de Bethléem. En effet, cette année, c'est cette tranche d'âge qui était en charge de sa diffusion. C'est donc une délégation de jeunes de 17-21 ans, Eclaireurs Unionistes de France (mouvement protestant ouvert à tous) et Scouts et Guides de France, qui est partie à Vienne chercher la Lumière pour la rapporter en France dans leurs différentes régions.


[sous-titre]Des partenariats tournés vers ceux qui en ont le plus besoin[/sous-titre]

Les jeunes étaient ensuite invités à la distribuer à ceux qui en avaient le plus besoin. Ainsi, Amandine et son équipe se sont rendues dans une prison de femmes des Yvelines. «  On a organisé un moment d'échange avec ceux qui en avaient envie, développe Amandine, cela a été une pause dans leur quotidien. Il n'y avait pas forcément de message religieux : on peut transmettre la paix à tout le monde et tout le monde en a besoin. Pour nous cette action était un peu un pas vers l’inconnue » Au-delà des équipes de compagnons qui ont organisé ces évènements, la transmission de la Lumière de la Paix de Bethléem est l'occasion de vivre des moments forts pour tous les Scouts et Guides de France. Le groupe La Rencontre de Villeneuve d'Ascq a partagé la Lumière, dimanche 11 décembre, avec de jeunes réfugiés irakiens qui sont accueillis sur la paroisse depuis l'été. C'était une belle occasion pour les responsables de groupe de montrer aux jeunes qu'ils peuvent être acteurs de Paix dans cette crise des migrants dont ils entendent tant parler. Les enfants ont fabriqué des lumignons pour les Irakiens réfugiés en France, accueillis depuis cet été dans la Paroisse. Puis, ils ont partagé un gouter avec Mariana, Khudur et Steven pendant lequel la lumière a été offerte. « Elle est le signe de cette paix qu’ils sont venus chercher chez nous », affirme Marie-Laure, responsable de groupe. Lors de la messe paroissiale, à laquelle beaucoup des familles scoutes étaient présentes un Notre Père en araméen et en français a été récité...

[citation]On peut transmettre la paix à tout le monde, et tout le monde en a besoin - Amandine[/citation]

[sous-titre]Un moment fort pour tous les groupes en France[/sous-titre]

Maxime, jeune animateur, témoigne également du très beau moment passé autour de cette lumière : « J'ai vécu une journée formidable avec mon groupe. Après la distribution à l'Église évangélique, direction le jardin interreligieux de la Meinau. Pour la prière de midi nous sommes allés à la mosquée. » Il y a été accueilli par Karim qui lui a dit : « voilà, Maxime, tu enlèves tes chaussures et tu te mets là en attendant la fin de la prière et surtout tu fais comme chez toi, tu te mets à l'aise ! » À la fin de la prière il a rencontré l'imam qui leur a dit qu'ils étaient des artisans de paix et la lumière du monde. Il a remercié les chefs de donner de leur temps pour les jeunes du quartier. « Nous avons un seul Dieu, a-t-il conclu, et je suis musulman, juif et chrétien. » Partout en France ont été montés des projets et des actions portés par les jeunes, comme celui de Jade et son équipe. A Aubenas, ils ont mis sur pied un partenariat avec le CCFD local, en organisant un grand repas au profit de cette association. « On a souvent participé à la Lumière de la Paix de Bethléem dans notre groupe se souvient la jeune fille. On trouvait ça intéressant de faire quelque chose à une échelle plus vaste, on en profitera pour proposer des cartes postales, offrir des signets de prière et bien sûr des bougies.»

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/mosqueeldbjanvier2017.PNG[/media]


[sous-titre]Des projets et des actions portés par les jeunes[/sous-titre]

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/lumiere2017janvier.PNG[/media]

Hugo et son équipe ont eux voulu organiser une discosoupe à Antony pour transmettre la lumière de la Paix de Bethléem. « Nous avons eu l'idée lors de notre premier week-end de formation, raconte le jeune homme. Normalement, le principe, c'est de récupérer les invendus des magasins d'alimentation et d'en faire une soupe géante. On invite ensuite les passants, les personnes qui vivent dans la rue, d'autres associations à partager cette soupe sur un stand que l'on installe dans la rue. C'est devenu compliqué avec Vigipirate, donc on a transformé l'idée, on a pris contact avec une association locale pour distribuer la soupe dans leur locaux.». Enfin, Louise, 17 ans et son équipe ont organisé durant le mois de Décembre plusieurs actions pour diffuser la lumière à Beauvais. « La cathédrale étant un lieu très touristique nous avons réalisé des affiches pour expliquer ce dont il s'agissait, raconte la jeune fille. L'idée c'était qu'elle reste allumée jusqu'à Noël,les paroissiens et les touristes pouvaient déposer un nouvelle bougie pour raviver la flamme et laisser leur message de paix pour le monde dans le livre d'or de l'équipe. Nous sommes aussi allés dans un hôpital voir des enfants grâce à un contact avec l'aumônerie, ajoute Louise. Nous leur avons proposé un atelier de dessin avec des mots à transmettre avec la Lumière et quelques jeux. Cette Lumière, c'est un vrai signe de fraternité, elle devient commune à tous ceux qui la reçoivent et la font passer ».»

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/16368.jpg[/media]

La lumière de la Paix de Bethléem a été rapportée en France, dimanche 11 Décembre. Depuis, elle est diffusée sur tout le territoire par des jeunes et des groupes scouts, en symbole de paix. Elle a été partagée dans des lieux de culte, lors de rencontres interreligieuses, sur la place publique, auprès de migrants et de personnes en situation d’exclusion…

Transmettre la Paix à tout le monde

publié le

« Ce qui nous intéresse, c'est que cet élan autour de la Lumière de la Paix de Bethléem se prolonge par la suite. » commence Lou, 17 ans. Avec son équipe de compagnons (jeunes de 17 à 21 ans), elle a mis en place un partenariat avec JRS-France, à Bordeaux. « Nous avons invité des familles de réfugiés à la messe de réception de la lumière qui a été suivie par une marche pour la transmettre largement, explique-t-elle. On a voulu impliquer tout notre groupe dans cette démarche autour de réfugiés syriens, y compris les louveteaux-jeannettes et les scouts-guides (jeunes de 8-11 ans et 11-14 ans). De jeunes réfugiés syriens devraient bientôt rejoindre le groupe et il y a des Syriens dans notre lycée donc ce projet nous est venu assez naturellement. Pour nous, c'était une manière de leur apporter un peu d'espoir. Je veux contribuer à porter la parole de ces personnes, montrer qu'on peut faire des choses à notre échelle. » Comme Lou et ses amis, de nombreuses équipes de compagnons se sont mobilisées en décembre autour de la Lumière de la Paix de Bethléem. En effet, cette année, c'est cette tranche d'âge qui était en charge de sa diffusion. C'est donc une délégation de jeunes de 17-21 ans, Eclaireurs Unionistes de France (mouvement protestant ouvert à tous) et Scouts et Guides de France, qui est partie à Vienne chercher la Lumière pour la rapporter en France dans leurs différentes régions.

Des partenariats tournés vers ceux qui en ont le plus besoin

Les jeunes étaient ensuite invités à la distribuer à ceux qui en avaient le plus besoin. Ainsi, Amandine et son équipe se sont rendues dans une prison de femmes des Yvelines. «  On a organisé un moment d'échange avec ceux qui en avaient envie, développe Amandine, cela a été une pause dans leur quotidien. Il n'y avait pas forcément de message religieux : on peut transmettre la paix à tout le monde et tout le monde en a besoin. Pour nous cette action était un peu un pas vers l’inconnue » Au-delà des équipes de compagnons qui ont organisé ces évènements, la transmission de la Lumière de la Paix de Bethléem est l'occasion de vivre des moments forts pour tous les Scouts et Guides de France. Le groupe La Rencontre de Villeneuve d'Ascq a partagé la Lumière, dimanche 11 décembre, avec de jeunes réfugiés irakiens qui sont accueillis sur la paroisse depuis l'été. C'était une belle occasion pour les responsables de groupe de montrer aux jeunes qu'ils peuvent être acteurs de Paix dans cette crise des migrants dont ils entendent tant parler. Les enfants ont fabriqué des lumignons pour les Irakiens réfugiés en France, accueillis depuis cet été dans la Paroisse. Puis, ils ont partagé un gouter avec Mariana, Khudur et Steven pendant lequel la lumière a été offerte. « Elle est le signe de cette paix qu’ils sont venus chercher chez nous », affirme Marie-Laure, responsable de groupe. Lors de la messe paroissiale, à laquelle beaucoup des familles scoutes étaient présentes un Notre Père en araméen et en français a été récité...

On peut transmettre la paix à tout le monde, et tout le monde en a besoin - Amandine

Un moment fort pour tous les groupes en France


Maxime, jeune animateur, témoigne également du très beau moment passé autour de cette lumière : « J'ai vécu une journée formidable avec mon groupe. Après la distribution à l'Église évangélique, direction le jardin interreligieux de la Meinau. Pour la prière de midi nous sommes allés à la mosquée. » Il y a été accueilli par Karim qui lui a dit : « voilà, Maxime, tu enlèves tes chaussures et tu te mets là en attendant la fin de la prière et surtout tu fais comme chez toi, tu te mets à l'aise ! » À la fin de la prière il a rencontré l'imam qui leur a dit qu'ils étaient des artisans de paix et la lumière du monde. Il a remercié les chefs de donner de leur temps pour les jeunes du quartier. « Nous avons un seul Dieu, a-t-il conclu, et je suis musulman, juif et chrétien. » Partout en France ont été montés des projets et des actions portés par les jeunes, comme celui de Jade et son équipe. A Aubenas, ils ont mis sur pied un partenariat avec le CCFD local, en organisant un grand repas au profit de cette association. « On a souvent participé à la Lumière de la Paix de Bethléem dans notre groupe se souvient la jeune fille. On trouvait ça intéressant de faire quelque chose à une échelle plus vaste, on en profitera pour proposer des cartes postales, offrir des signets de prière et bien sûr des bougies.»


Des projets et des actions portés par les jeunes


Hugo et son équipe ont eux voulu organiser une discosoupe à Antony pour transmettre la lumière de la Paix de Bethléem. « Nous avons eu l'idée lors de notre premier week-end de formation, raconte le jeune homme. Normalement, le principe, c'est de récupérer les invendus des magasins d'alimentation et d'en faire une soupe géante. On invite ensuite les passants, les personnes qui vivent dans la rue, d'autres associations à partager cette soupe sur un stand que l'on installe dans la rue. C'est devenu compliqué avec Vigipirate, donc on a transformé l'idée, on a pris contact avec une association locale pour distribuer la soupe dans leur locaux.». Enfin, Louise, 17 ans et son équipe ont organisé durant le mois de Décembre plusieurs actions pour diffuser la lumière à Beauvais. « La cathédrale étant un lieu très touristique nous avons réalisé des affiches pour expliquer ce dont il s'agissait, raconte la jeune fille. L'idée c'était qu'elle reste allumée jusqu'à Noël,les paroissiens et les touristes pouvaient déposer un nouvelle bougie pour raviver la flamme et laisser leur message de paix pour le monde dans le livre d'or de l'équipe. Nous sommes aussi allés dans un hôpital voir des enfants grâce à un contact avec l'aumônerie, ajoute Louise. Nous leur avons proposé un atelier de dessin avec des mots à transmettre avec la Lumière et quelques jeux. Cette Lumière, c'est un vrai signe de fraternité, elle devient commune à tous ceux qui la reçoivent et la font passer ».»