Accès directs |

S’engager contre les violences faites aux femmes : le témoignage de Julie

15384500 217836825288654 7070924393890168488 oJulie est allée au Rwanda avec son équipe compagnons (jeunes de 17 à 21 ans) en 2014. Elle y a découvert la campagne menée par les Guides du Rwanda contre les violences faites aux femmes. Avec son amie Pernelle, une autre membre de son équipe, elle a prolongé cet engagement en France grâce à un séminaire avec des lycéens. Elle raconte.

 

[en-tete][titre]S’engager contre les violences faites aux femmes : le témoignage de Julie[/titre][media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/stories/rwanda2.JPG[/media][/en-tete]

[sous-titre]Une sensibilisation aux violences faites aux femmes lors d’un projet compagnon au Rwanda[/sous-titre]

« En 2014, je suis partie en projet compagnons au Rwanda avec les Guides du Rwanda. J’ai découvert leur campagne « Stop the violence » tirée du programme de l’Association Mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE) en lien avec l’UNIFEM, agence de l’ONU pour les femmes. La campagne consiste à lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles, très répandues dans le monde.

[insert droite]



[/insert]

 

J’ai ainsi découvert que les Nations Unies estiment qu’une femme sur trois dans le monde a subi des violences physiques ou sexuelles. Cette violence est un obstacle majeur au développement des femmes et des filles, ainsi qu’au bien-être et au développement de leur communauté et des sociétés dans leur ensemble.

Après avoir découvert tout cela, nous avions pour mission avec Pernelle, de devenir les ambassadrices de ce programme en France. »

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/15443170_217836525288684_2313824468443216656_o.jpg[/media]

[sous-titre]Une campagne déclinée en France auprès de lycéens[/sous-titre]

« Du fait de nos études très prenantes, nous n’avons pas pu nous lancer dans des actions en France avant 2016. C’est en septembre dernier que nous avons choisi de travailler sur un projet en lien avec l’école européenne de droit de Toulouse et Erasmus +

Nos objectifs étaient multiples. Nous souhaitions amener les élèves à une prise de conscience et une réflexion sur les différentes formes de violences. Nous voulions également ouvrir le débat avec des intervenants et décideurs politiques pour que les jeunes jouent un rôle actif dans la mise en œuvre des politiques de jeunesse. Enfin nous avions pour but d’impliquer activement les jeunes dans toutes les étapes du projet et de parvenir ainsi à des solutions concertées.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/P1040807.JPG[/media]

Pour impliquer au maximum les élèves, nous avons organisé des séances de 2h de débats dans chaque classe (seconde, première et terminale) sur ce sujet, en amont d’un colloque en décembre. Le matin du colloque, les jeunes ont assisté à des présentations orales et théoriques d’experts sur l’état des lieux de la violence. L’après-midi ils ont pris part à des ateliers du programme « stop the violence », et ils ont rencontré l’experte des Guides du Rwanda sur le sujet, A. Nkurunziza, venue exprès pour cette journée.

Je suis allée aux sessions de toutes les classes et l’évolution de chaque élève, ainsi que leur implication ont été super gratifiantes ! Je suis vraiment fière du travail accompli avec eux et que nous ayons réussi à tous les impliquer ! Nous avons pris la mesure de combien l’éducation joue un rôle primordiale dans cette thématique."

[diaporama][media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/P1050162.JPG[/media][media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/15419677_217836688622001_8923363381306024564_o.jpg[/media][/diaporama]

Julie est allée au Rwanda avec son équipe compagnons (jeunes de 17 à 21 ans) en 2014. Elle y a découvert la campagne menée par les Guides du Rwanda contre les violences faites aux femmes. Avec son amie Pernelle, une autre membre de son équipe, elle a prolongé cet engagement en France grâce à un séminaire avec des lycéens. Elle raconte.

 

S’engager contre les violences faites aux femmes : le témoignage de Julie

Rédigé par , publié le

Une sensibilisation aux violences faites aux femmes lors d’un projet compagnon au Rwanda


« En 2014, je suis partie en projet compagnons au Rwanda avec les Guides du Rwanda. J’ai découvert leur campagne « Stop the violence » tirée du programme de l’Association Mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE) en lien avec l’UNIFEM, agence de l’ONU pour les femmes. La campagne consiste à lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles, très répandues dans le monde.

 

J’ai ainsi découvert que les Nations Unies estiment qu’une femme sur trois dans le monde a subi des violences physiques ou sexuelles. Cette violence est un obstacle majeur au développement des femmes et des filles, ainsi qu’au bien-être et au développement de leur communauté et des sociétés dans leur ensemble.

Après avoir découvert tout cela, nous avions pour mission avec Pernelle, de devenir les ambassadrices de ce programme en France. »

Une campagne déclinée en France auprès de lycéens

« Du fait de nos études très prenantes, nous n’avons pas pu nous lancer dans des actions en France avant 2016. C’est en septembre dernier que nous avons choisi de travailler sur un projet en lien avec l’école européenne de droit de Toulouse et Erasmus +

Nos objectifs étaient multiples. Nous souhaitions amener les élèves à une prise de conscience et une réflexion sur les différentes formes de violences. Nous voulions également ouvrir le débat avec des intervenants et décideurs politiques pour que les jeunes jouent un rôle actif dans la mise en œuvre des politiques de jeunesse. Enfin nous avions pour but d’impliquer activement les jeunes dans toutes les étapes du projet et de parvenir ainsi à des solutions concertées.

Pour impliquer au maximum les élèves, nous avons organisé des séances de 2h de débats dans chaque classe (seconde, première et terminale) sur ce sujet, en amont d’un colloque en décembre. Le matin du colloque, les jeunes ont assisté à des présentations orales et théoriques d’experts sur l’état des lieux de la violence. L’après-midi ils ont pris part à des ateliers du programme « stop the violence », et ils ont rencontré l’experte des Guides du Rwanda sur le sujet, A. Nkurunziza, venue exprès pour cette journée.

Je suis allée aux sessions de toutes les classes et l’évolution de chaque élève, ainsi que leur implication ont été super gratifiantes ! Je suis vraiment fière du travail accompli avec eux et que nous ayons réussi à tous les impliquer ! Nous avons pris la mesure de combien l’éducation joue un rôle primordiale dans cette thématique."