Accès directs |

Découvrir le scoutisme… Au Congo

bandeaulaurecongoLaure a 26 ans. Elle n’avait jamais fait de scoutisme jusqu’ici, et pourtant, elle est aujourd’hui en mission en service civique auprès des Scouts et Guides du Congo. Elle est sur place pour plusieurs mois afin de contribuer à la mise en place d’activités et de partenariats, ainsi qu’à la communication interne et web des Scouts et Guides du Congo. Elle témoigne.

[en-tete][titre]Découvrir le scoutisme...Au Congo[/titre][media image plein-ecran]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/bandeaulaurecongo.jpg[/media][/en-tete]

«Lorsqu’on arrive dans un pays étranger, ce n’est pas toujours simple, mais quand on part avec une association scoute, c’est plus facile. Vous ne pouvez pas vous sentir seul : dès que vous arrivez dans le pays, des gens sont là pour vous accueillir et pour vous épauler. J’ai la chance d’être tous les jours avec un scout et une guide du Congo qui m’aident dans ma mission, on est inséparables !


Je suis frappée par la générosité des personnes que je rencontre ici. Ici, tout le monde sourit tout le temps. La vie au Congo n’est pas toujours simple d’un point de vue pratique mais les Congolais rendent la vie quotidienne plus agréable. J’apprécie leur spontanéité, leur générosité, leur conversation facile… Paterne, mon tuteur, est toujours là quand j’ai besoin. Avec lui j’apprends beaucoup sur le scoutisme congolais, et il répond toujours à mes questions. Je vis en colocation avec 2 Français qui sont arrivés avant moi et me font bénéficier de leur expérience. »

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/imagelaure1.PNG[legende]Arnaud et Laure pendant la journée de la Saint George[/legende][/media]

[sous-titre]Une mission pour sensibiliser les jeunes à de nombreux enjeux de société[/sous-titre]

« Lorsque je suis arrivée, j’ai de suite été plongée au cœur de ma mission. J’ai assisté à une réunion visant à faire un bilan des activités réalisées et restant à réaliser dans le cadre d’un projet de lutte contre la radicalisation des jeunes. C’est un projet financé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) depuis 6 mois. J’ai participé à l’organisation de la dernière activité du programme.

J’ai ainsi contribué à l’organisation d’une journée pour 280 jeunes le 8 avril 2017. La matinée avait été consacrée à une action de nettoyage. L’après-midi, une conférence sur les valeurs citoyennes avec un concours de dessins autour des armoiries congolaises. Dans la même lignée, j’ai assisté à des ateliers de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme chez les jeunes et promotion de l’égalité entre les genres.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/laure2image.jpg[legende]Laure avec Anastasie, Commissaire Général et Medy Poaty Délégué Commissaire Général.[/legende][/media]

[insert gauche]

[/insert]


[sous-titre]Immersion au cœur de la société congolaise [/sous-titre]

Les scouts ont été invités pour animer deux ateliers de formation sur la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent des jeunes : sources de prévention et sur la promotion de l’égalité de genres et la lutte contre les violences basées sur le genre : définition, état des lieux, bonnes pratiques et mesures prises au niveau national.

J’ai aussi pris part à une collecte de sang organisée pour la Journée Mondiale de la Pensée, en collaboration avec le Centre National de Transfusion Sanguine. Cela a été l’occasion de sensibiliser à l’importance de ce geste.

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/laure3image.PNG[legende]Journée Mondiale de la Pensée sur Donne ton sang, tu en sortiras plus grand.[/legende][/media]

Dernièrement, j’ai également organisé d’une journée sur l’histoire de la saint George et qui visait aussi à former des jeunes aux gestes de premier secours. »

[sous-titre]A la découverte de la gestion de projet, et de soi-même[/sous-titre]

« Avec cette expérience, j’ai commencé à mettre en pratique les théories que j’ai apprises à la fac notamment toute la procédure pour monter un projet. J’ai par exemple pris conscience de la difficulté de travailler à plusieurs, et puis ce n’est pas facile de s’adapter aux besoins des bénévoles.

Cette mission m’apprend aussi sur moi-même, je me découvre une force d’adaptation que je ne me connaissais pas.

J’aimerais par la suite continuer à travailler dans une organisation non gouvernementale de la jeunesse. Cela fait quelques temps que je souhaite travailler au sein d’une ONG, cette expérience me le confirme. Je suis heureuse de ces mois avec les scouts et guides car c’est une école de la vie dans bien des domaines. »

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/laurevsccongo.jpg[legende]Laure avec Vince et Persiano[/legende][/media]

[sous-titre]Rencontre avec Paterne, le tuteur de Laure au Congo[/sous-titre]

« L’Association des Scouts et Guides du Congo compte plus de 6 000 adhérents. Membre de l’Association Mondiale des Guides et éclaireurs, elle bénéficie de l’appui de partenaires nationaux et internationaux. Parmi eux, les Scouts et Guides de France, qui proposent notamment l’aide volontaires en service civique.

 

En ce moment, nous vivons une 1ère expérience avec Laure, qui ne connaissait pas le scoutisme avant sa mission. Au début, certains avaient un peu peur de cette absence d’expérience dans le monde du scoutisme. Mais l’expérience se passe très bien. Laure a une grande capacité d’adaptation, elle s’est vite habituée aux conditions de travail, très différentes de celles de l’hexagone. Sa présence apporte beaucoup à notre structure qui n’a plus de salariés depuis un bon bout de temps, et permet de répondre à de nombreuses urgences. On a l’impression qu’elle a toujours été chez nous. Il n’y en a pas deux comme elle ! »

[media image]https://www.sgdf.fr/images/stories/images/stories/paterne.jpg[/media]

 

Laure a 26 ans. Elle n’avait jamais fait de scoutisme jusqu’ici, et pourtant, elle est aujourd’hui en mission en service civique auprès des Scouts et Guides du Congo. Elle est sur place pour plusieurs mois afin de contribuer à la mise en place d’activités et de partenariats, ainsi qu’à la communication interne et web des Scouts et Guides du Congo. Elle témoigne.

Découvrir le scoutisme...Au Congo

publié le

«Lorsqu’on arrive dans un pays étranger, ce n’est pas toujours simple, mais quand on part avec une association scoute, c’est plus facile. Vous ne pouvez pas vous sentir seul : dès que vous arrivez dans le pays, des gens sont là pour vous accueillir et pour vous épauler. J’ai la chance d’être tous les jours avec un scout et une guide du Congo qui m’aident dans ma mission, on est inséparables !


Je suis frappée par la générosité des personnes que je rencontre ici. Ici, tout le monde sourit tout le temps. La vie au Congo n’est pas toujours simple d’un point de vue pratique mais les Congolais rendent la vie quotidienne plus agréable. J’apprécie leur spontanéité, leur générosité, leur conversation facile… Paterne, mon tuteur, est toujours là quand j’ai besoin. Avec lui j’apprends beaucoup sur le scoutisme congolais, et il répond toujours à mes questions. Je vis en colocation avec 2 Français qui sont arrivés avant moi et me font bénéficier de leur expérience. »

Arnaud et Laure pendant la journée de la Saint George

Une mission pour sensibiliser les jeunes à de nombreux enjeux de société

« Lorsque je suis arrivée, j’ai de suite été plongée au cœur de ma mission. J’ai assisté à une réunion visant à faire un bilan des activités réalisées et restant à réaliser dans le cadre d’un projet de lutte contre la radicalisation des jeunes. C’est un projet financé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) depuis 6 mois. J’ai participé à l’organisation de la dernière activité du programme. J’ai ainsi contribué à l’organisation d’une journée pour 280 jeunes le 8 avril 2017. La matinée avait été consacrée à une action de nettoyage. L’après-midi, une conférence sur les valeurs citoyennes avec un concours de dessins autour des armoiries congolaises. Dans la même lignée, j’ai assisté à des ateliers de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme chez les jeunes et promotion de l’égalité entre les genres.

Laure avec Anastasie, Commissaire Général et Medy Poaty Délégué Commissaire Général.


Immersion au cœur de la société congolaise

Les scouts ont été invités pour animer deux ateliers de formation sur la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent des jeunes : sources de prévention et sur la promotion de l’égalité de genres et la lutte contre les violences basées sur le genre : définition, état des lieux, bonnes pratiques et mesures prises au niveau national.

J’ai aussi pris part à une collecte de sang organisée pour la Journée Mondiale de la Pensée, en collaboration avec le Centre National de Transfusion Sanguine. Cela a été l’occasion de sensibiliser à l’importance de ce geste.

Journée Mondiale de la Pensée sur Donne ton sang, tu en sortiras plus grand.

Dernièrement, j’ai également organisé d’une journée sur l’histoire de la saint George et qui visait aussi à former des jeunes aux gestes de premier secours. »

A la découverte de la gestion de projet, et de soi-même

« Avec cette expérience, j’ai commencé à mettre en pratique les théories que j’ai apprises à la fac notamment toute la procédure pour monter un projet. J’ai par exemple pris conscience de la difficulté de travailler à plusieurs, et puis ce n’est pas facile de s’adapter aux besoins des bénévoles.

Cette mission m’apprend aussi sur moi-même, je me découvre une force d’adaptation que je ne me connaissais pas.

J’aimerais par la suite continuer à travailler dans une organisation non gouvernementale de la jeunesse. Cela fait quelques temps que je souhaite travailler au sein d’une ONG, cette expérience me le confirme. Je suis heureuse de ces mois avec les scouts et guides car c’est une école de la vie dans bien des domaines. »

Laure avec Vince et Persiano

Rencontre avec Paterne, le tuteur de Laure au Congo

« L’Association des Scouts et Guides du Congo compte plus de 6 000 adhérents. Membre de l’Association Mondiale des Guides et éclaireurs, elle bénéficie de l’appui de partenaires nationaux et internationaux. Parmi eux, les Scouts et Guides de France, qui proposent notamment l’aide volontaires en service civique.

 

En ce moment, nous vivons une 1ère expérience avec Laure, qui ne connaissait pas le scoutisme avant sa mission. Au début, certains avaient un peu peur de cette absence d’expérience dans le monde du scoutisme. Mais l’expérience se passe très bien. Laure a une grande capacité d’adaptation, elle s’est vite habituée aux conditions de travail, très différentes de celles de l’hexagone. Sa présence apporte beaucoup à notre structure qui n’a plus de salariés depuis un bon bout de temps, et permet de répondre à de nombreuses urgences. On a l’impression qu’elle a toujours été chez nous. Il n’y en a pas deux comme elle ! »