Accès directs |

Agora 2017 : « l'engagement est quelque chose de très abordable ! »

Photo 1
Pendant trois jours, une centaine de compagnons se sont rassemblés à Toulouse pour l'Agora 2017. Ils venaient de tous les territoires de France, désignés, élus ou tirés au sort pour être représentants. Et pour les réunir et réfléchir, une thématique : Moi, l'Autre, le Monde. Je prends ma place !

« Regardez le monde avec un joli regard, c'est ce qui le rendra beau ! ». C'est sans doute cet appel que retiendront les représentants compagnons présents à l'Agora 2017. Ces mots sont de Tim Guénard, un des témoins de ce rassemblement, venu éclairer la thématique « Moi, l'Autre, le Monde.Je prends ma place ! »

Regarder l'autre

Il a raconté son parcours : abandonné enfant par sa mère, accroché à un poteau, il est récupéré par son père, alcoolique et violent. Sauvé par une assistante sociale, il a ensuite vécu dans la rue, un passage par la case prison, avant de rencontrer le « Big Boss ». « J'ai grandi pour tuer mon père, et grâce aux personnes que le Big Boss a mis sur mon chemin, j'ai quitté la violence » a confié l'homme de 59 ans, aujourd'hui apiculteur, marié et père de 4 enfants.

Photo 2

Cette rencontre avec Dieu lui a permis d'apprendre à lire grâce à une rencontre, de trouver un emploi grâce à un juge bienveillant. Son témoignage, il l'a livré pour encourager les jeunes, les compagnons « Dire à un jeune qu'on est fier de lui, c'est lui donner la force de faire une tentative de vie » a-t-il poursuivi. Combattre la haine, regarder l'autre et privilégier l'amour, autant de messages qui ont touchés les compagnons.

« Ca m'a permis d'apprendre à mieux me connaître et de réfléchir sur la façon dont nous nous percevons comme individu et la place que nous laissons à l'autre dans la discussion » explique Céline, compagnon 1er temps, qui représentait le territoire Poitou-Charente. « Les témoignages que j'ai pu écoutés m'ont touchée et m'ont permis de me rendre compte qu'il y avait des moyens concrets et à portée de main pour s'engager ». Pour Louis, compagnon 1er temps et représentant du territoire Badéo, ces témoignages l'ont aidé « à mieux cerner l'importance d'écouter l'autre, de forger son opinion sur l'écoute de l'autre, d'être plus ouvert à l'autre et de ne pas lui imposer son opinion et donc rester ouvert au débat ».

S'engager concrètement

Photo 3
L'Agora, c'est aussi le moment où les compagnons rencontrent des personnes engagées et inspirantes. Anne-Marie par exemple, engagée dans le mouvement Alternatiba, qui souhaite promouvoir une société plus écologique, ou encore un représentant de l'association Causons, qui propose à des personnes migrantes de devenir professeurs, dans leur langue maternelle, pour obtenir un emploi et s'intégrer.

tweet agoraLà encore, ces rencontres ont aidé à les compagnons à se projeter. « Finalement l'engagement est quelque chose de très abordable ! » confie Céline, du territoire Poitou-Charente. Des échanges qui ont été révélateurs pour Benoît, compagnon 2e temps, du territoire Somme. « J'ai aussi maintenant la conviction que j'ai l'associatif dans le sang. J'ai envie de m'investir encore plus dans notre mouvement ». Ce temps d'échange autour d'acteurs engagés, les compagnons de l'Agora l'ont immédiatement mis en application le dimanche après-midi, dans la rues de Toulouse : animation dans une Maison de retraite, service aux Petits Soeurs des Pauvres mais aussi à la Banque Alimentaire.

Photo 4

Mais l'Agora 2017, c'est aussi un évènement démocratique. Agora Européenne, Fonds de Solidarité International Jeunes, représentants internationaux ou encore lecteurs de la Parole Compagnons à l'Assemblée Générale, les possibilités de prendre de nouveaux engagements étaient multiples. L'Agora fut aussi l'occasion d'expérimenter des modes de scrutins originaux, comme le jugement majoritaire pour l'élection des représentants pour l'Agora Européenne !
tweet2 bis

Des projets plein la tête !

Des rencontres, des échanges, des débats, autant d'ingrédients qui ont fait naître des projets dans l'esprit des compagnons présents. « Avec Jean-Baptiste nous avons eut l'idée de créer une "agora territoriale" » explique Benoît. « J'ai aussi envie d'essayer de rejoindre mon équipe territoriale. Je sais que nous compagnons sommes dans un entre deux entre le jeunes et l'adulte, il est important pour moi d'essayer de créer une dynamique et de donner une importance, une place à la branche compagnon ». Cécile et Timothée ont aussi décidé de continuer l'Agora bien au-delà de ces trois jours passés ensemble. « Nous allons témoigné de ce que nous avons vécu et de ce que cela nous a apporté au week-end de rentrée territorial de l'année prochaine (ou même peut-être avant!) et nous souhaitons parler de l'Agora aux pionniers et caravelles en troisième année pour faire connaître l'événement à un plus grand nombre ».

Enfin, comme chaque année, les jeunes présent à l'Agora ont rédigé la parole Compagnons, qui synthétise les réflexions et les engagements de ces jeunes adultes engagés. Écrire une parole commune à 100, une belle expérience collaborative. Pour clôturer l'Agora, cette parole a été remise à Nicole Miquel-Belaud, conseillère municipale de Toulouse à la solidarité internationale. Elle sera bien sur lue à l'Assemblée Générale, mais aussi à l'Agora, l'année prochaine, pour inspirer les futurs représentants compagnons !