Accès directs |

Deux poules et une bonne dose d’anticipation

Photo 1Couv

L’été dernier, les pionniers et caravelles du groupe Don Bosco d’Ambert (63) se sont lancés dans l’aventure du “zéro-déchet”. Accompagné de leurs chefs, ce groupe d’adolescents des Scouts et Guides de France a tenté l’expérience pendant leur camp estival de quinze jours dans le nord de l’Ardèche. Une démarche qui s’inscrit dans l’engagement des Scouts et Guides de France à atteindre les 17 Objectifs du Développement Durable. Recette pour réduire ses déchets en camp.


12 kg de déchets au lieu de 90 kg en moyenne pour 20 personnes en deux semaines de camp : c’est le résultat du défi relevé par cette caravane d’Auvergne. Proposé de manière impromptue, le projet a rapidement séduit les jeunes qui pensaient pourtant devoir faire de nombreuses concessions.

« On pensait qu’on allait se priver »

Changer ses habitudes alimentaires est un sacré défi. En début de camp, « réduire ses déchets » revenait à « se priver de bonnes choses ». Mais grâce à la créativité des jeunes, de la maîtrise et de leur four au feu de bois, leur cuisine a rapidement rassuré les plus inquiets pour leurs papilles. Pizzas, quiches, gratins, un gâteau par jour, des cookies et des fondants au chocolat pour le goûter ont été autant de bons plats « faits maison », ou plutôt « faits en camp ». « J’ai fait beaucoup de camps scouts mais je n’avais jamais aussi bien mangé » témoigne Fred, l’un des chefs. Pour ce camp « zéro-déchet », le choix de ne pas partir trop loin de chez eux a permis des économies reportées sur l’intendance. Avec un budget de 8,5€ par jour et par personne, ils ont pu consommer des produits de qualité.
 

Photo 2

Outre le budget intendance généreux, les énormes quantités de bois ramassées et les longues heures à cuisiner, vivre deux semaines en réduisant un maximum la production de déchets, c’est avant tout une bonne organisation en amont.

Anticiper l’approvisionnement

Lors du choix du lieu de camp, les jeunes ont repéré des marchés de producteurs à proximité. Cela garantissant leur approvisionnement en produits frais et sans emballages pour la durée du camp, et allier ainsi le « zéro-déchet » au « consommer local ». Un frigo leur permettait de conserver leurs provisions entre les deux marchés hebdomadaires. Pour les condiments, chaque scout a apporté des bocaux en verre pour stocker le riz, les pâtes, les cacahuètes et autres produits achetés en vrac. Et pour une cuisine plus savoureuse, ils ont apporté des petits plants d’herbes aromatiques.

Photo 3

Au final, les courses au supermarché n’étaient indispensables que pour le papier hygiénique, le lait, le matériel pédagogique et les tablettes de chocolat (emballées dans du papier uniquement)!

Anticiper le devenir des déchets

Malgré toute cette organisation, certains déchets sont inévitables. Pour les restes et épluchures, le groupe a acheté deux poules qui ont ensuite été offertes aux propriétaires. Cette pratique traditionnelle du groupe Don Bosco d’Ambert convenait davantage qu’un compost, car elle était plus durablement utile aux propriétaires après le camp. Pour ce qui est des pots en verre des yaourts, ils ont été réutilisés pour faire des verrines.

Photo 4

Au final, les déchets restants provenaient de l’infirmerie, des plastiques transparents des briques de lait et du papier hygiénique.

Le défi du zéro-déchet en camp scout et … à la maison ?

« On peut vivre comme ça sans se priver », « on peut tout faire nous-mêmes », telles ont été les révélations de nombreux jeunes pendant ce camp. Cuisiner des gâteaux, découper un poulet, imaginer de bonnes recettes à partir des restes ou de peu d’ingrédients, voilà différentes actions que les scouts ont apprises et mises en place pour réduire leur production de déchets.

Cette initiative leur a aussi permis de rencontrer quelques personnes qui consomment et vivent de manière responsable. Grâce à leurs témoignages, les scouts ont réalisé que consommer de manière responsable et réduire ses déchets au quotidien, ce n’est finalement pas si compliqué !

Photo 5

Après ce camp, les jeunes sont rentrés chez eux avec l’intention de prolonger cette expérience à la maison : participer aux courses, éviter tout emballage inutile et empêcher le gaspillage en imaginant des recettes à base de restes pour ainsi consommer mieux et responsable !