Accès directs |

À Vaise, la diversité au naturel

Le groupe a été créé il y a trois ans, dans un quartier du nord de Lyon rassemblant des réalités sociales et économiques très diverses. Au cœur de la démarche, une volonté : proposer le scoutisme largement et sans barrières.

Vaise_la_diversité_au_naturel.jpg

Gris comme les immeubles et les usines du passé, bleu comme la Saône : le foulard voté est à l’image du quartier en pleine reconversion. Entre les barres d’immeubles et les pavillons se créent un bar associatif et une épicerie sociale… Et pourquoi pas un groupe scout? Pour Étienne et Florence, responsables de groupe, le projet se résume ainsi : « Être en dialogue, être accueillant et en diversité, c’est faire vivre à Vaise une lueur d’espérance ».

Accueillir chacun, là où il est

Ici, la diversité n’est même pas une question. Les actions de rentrée s’orientent vers les lieux grand public pour être visibles du plus grand nombre… « Parfois, on ne sait pas comment les familles ont entendu parler du groupe! » La démarche est proactive : aller spécifiquement à la rencontre des parents qui n’ont pas la culture scoute. Ainsi, les enfants viennent de tous les milieux sociaux et n’ont pas d’idées préconçues sur la vie du groupe. Cette vie de groupe se construit selon une logique : l’accueil de tous et de toutes. Anouchka, par exemple, est jeannette. Polyhandicapée, elle se déplace en fauteuil et ne peut pas parler. Elle participe aux rencontres de la peuplade, une heure à chaque fois, et a reçu une confiance magique avec son rôle de veilleur. On s’aperçoit alors que d’autres jeunes vivent avec un handicap (dyspraxie, dyslexie…) et que les efforts d’inclusion sont profi- tables pour eux aussi.


Pour les enfants: tous éducateurs!

 

Des chefs expérimentés intéressés par un nouveau défi sont rejoints par des jeunes adultes du quartier; ensemble, ils composent les trois maîtrises du groupe. Les RG ont accepté cette mission alors qu’ils ne connaissaient pas l’association, ils cherchent aujourd’hui à recruter leurs successeurs dans l’esprit de diversité du groupe. Les parents donnent un coup de main et sont heureux d’être reconnus pour le service rendu. Les entreprises du secteur se sont aussi investies dans le lancement de ce groupe en finançant des formations et du matériel.

Vaise.jpg
Tous ces acteurs mettent au cœur de leur investissement la qualité du lien social créé par le groupe. « Quand on épluche les légumes ensemble, il n’y a plus de différences», témoigne un parent. Florence ajoute: « On fait du scoutisme pour ces moments forts, ils nous apprennent la sobriété heureuse dans la richesse de la relation».
Trois bougies à peine soufflées, la peuplade est prête à se dédoubler pour accueillir convenablement les 29 louveteaux et jeannettes, et ceux qui attendent pour les rejoindre. Pour les scouts et guides, les parents ont été associés pour progresser en communication non violente. « Il faut les mettre dans la boucle, on est co-éducateurs», indique le chef d’unité. Le groupe prévoit de s’améliorer encore sur l’accueil d’enfants et de familles de tous les horizons grâce à des actions avec des associations partenaires.


Vaise_Musique.jpg

Un rêve, enfin : une animation de rue pour les plus grands qui « zonent». Entrer en relation avec les grands frères et grandes sœurs pour faire se rejoindre le potentiel du quartier et la capacité d’accueil du groupe…