REJOIGNEZ LE PEUPLE LIBRE !

Accès directs |

« A l’assemblée générale, les chefs aussi peuvent faire émerger les problématiques qu'ils rencontrent »

Itw RA Julie2Julie, 23 ans, a participé pour la première fois cette année à l’assemblée générale, du 19 au 21 mai 2018. Cheftaine pionniers-caravelles, elle était représentante de son groupe Ancenis Porte de Bretagne, dans le territoire Atlantique Vendée. Une occasion unique de participer aux décisions prises lors de ces trois jours, et découvrir une autre dimension de la démocratie au sein de l’association.

Pourquoi as-tu voulu être représentante associative ?

Cela fait 5 ans que je suis cheftaine et je n'avais encore jamais participé à l'assemblée générale. Tous les amis me disaient que c'est génial et j'ai voulu découvrir ce que c’est. J'ai tenté le coup et j'ai pu y aller pour représenter mon groupe.

Tu connaissais le fonctionnement démocratique de l'association ? Comment fais-tu vivre la démocratie dans ton unité ?

Je savais qu'on y vote les résolutions, notamment sur le plan financier. Même si c'est un peu long, c'est très intéressant et ce sont des sujets importants. C'est différent de la démocratie que je fais vivre à mes jeunes : avec eux on ne vote pas d'amendements, mais plutôt des sujets du quotidien, comme l'utilisation du téléphone portable.

Qu'est-ce que ça change que tu sois cheftaine par rapport aux autres représentants associatifs ?

En tant que cheftaine, je n'ai pas la même vision qu'un responsable de groupe, un responsable de pôle pédagogique, un pionnier en 3ème année ou un compagnon. Cette diversité est une vraie richesse qui apporte des regards différents, on le voit dans les questions qui sont posées lors des débats pour discuter des résolutions. C'est bien d'avoir cette mixité dans les représentants associatifs.

Le chef et la cheftaine, c'est celui et celle qui est sur le terrain : c'est nous qui sommes avec les jeunes, c'est nous qui faisons avec les jeunes. L’organisation de l’association nous permet de pouvoir faire vivre un scoutisme de qualité pour tous. Et ce n’est pas un processus à sens unique, qui serait descendant depuis le conseil d'administration ou l'échelon national. Les chefs aussi peuvent faire émerger et remonter les problématiques qu'ils rencontrent. 


Comment encourager d’autres chefs/cheftaines à être représentant associatif ?

Je leur parlerai de l'assemblée générale, c'est génial ! C'est vraiment intéressant de découvrir son fonctionnement. Par exemple, sur la politique d'achat responsable des chemises, il y avait beaucoup de débat de notre côté avant ces trois jours sur les réseaux sociaux.

On a eu plein de réponses dimanche matin, et je vais pouvoir les transmettre à mes amis, car c'est un sujet qui nous tenait vraiment à cœur. La résolution "Dans ma gamelle" m'a aussi beaucoup plu, car elle permet de relancer une dynamique en faveur de l’alimentation durable et responsable. 

Comment s’est passé ton année en tant que représentant associative ?

Dans mon groupe, on a voté au mois d'octobre pour savoir qui irait nous représenter. Ensuite, j'ai participé à l'assemblée territoriale où on a échangé et réfléchi sur les textes "Semeurs de scoutisme" et "Audace et Citoyenneté". C'est une étape incontournable pour bien préparer l'assemblée générale. J'ai aussi été sur la plateforme petitions.sgdf.fr pour voir ce qui était proposé et voter pour celles qui m'intéressent.

Manque de chance, on n’était pas assez nombreux donc aucune des résolutions proposées n'a été retenue (NDLR : il faut qu'une proposition soit soutenue par 10% des adhérents de 16 ans et plus venant d'au moins 10% des territoires). Mais c'est très facile à utiliser : on peut s’y connecter quand on veut, et poser des questions ou réagir aux textes proposés. C'est un outil qui permet d’élargir notre démocratie et de pouvoir aussi dire des choses qui ne seraient pas dites par un territoire, où seules quelques personnes vont écrire une résolution.

On nous laisse la possibilité au sein des Scouts et Guides de France de pouvoir s'exprimer, ce qui n’est pas toujours le cas ailleurs. Même si, en tant que citoyen et citoyenne, on élit notre président, on ne nous demande pas notre avis sur tous les sujets. Ici, on nous donne cette possibilité, mais aussi celle de discuter et d’exprimer notre voix, comme pour la prolongation du plan d'orientation.

Qu’attendais-tu de l’Assemblée Générale de cette année ?

Je venais pour découvrir l’assemblée générale. J'avais aussi entendu parler du parcours Educateurs et Educatrices et j’attendais avec impatience d'y participer pendant les temps libre.

Je suis responsable d'unité et je fais régulièrement des camps, donc l'accompagnement des chefs et cheftaines fait partie intégrante de ma mission.

Les jeunes scouts et guides que tu encadres savent-ils que tu es représentante associative ?

Les jeunes que j’encadre ne savent pas encore que j’ai été représentante associative. Ça sera intéressant de leur en parler, qu'ils découvrent qu'il n'y a pas que dans l'unité qu'on fait vivre la démocratie, qu'on le fait aussi au niveau de l'ensemble de l'association et de ses 80 000 membres, même si ça demande de l'organisation !

L'année prochaine, certains d’entre eux auront 16 ans et plus, et donc l'âge d'être représentants associatifs, ce sera l'occasion de leur parler de mon rôle cette année. Il faut qu'ils sachent ce qu'est l'AG et à quoi elle sert.

 

Dans la peau d'un votant à l'assemblée générale