Accès directs |

Une impulsion rafraîchissante pour les éducateurs et éducatrices

Bingo de la rencontre

Du 19 au 21 mai 2018, en parallèle de l'assemblée générale des Scouts et Guides de France, Jambville a accueilli un parcours entièrement consacré à l'accompagnement et au soutien des éducateurs et éducatrices. Trois jours d'échange de pratiques, de formation et d'apprentissage pour leur permettre de proposer toujours davantage de scoutisme de qualité.


Bingo ! C'est parti, chaque participant reçoit une « fiche mission » pour aller à la rencontre des uns et des autres et laisser place aux échanges. Selon les règles du jeu, chacun doit trouver une personne ayant déjà accompli une action précise dans sa vie scoute: « j'ai déjà fait un four pendant un camp d'été » ; « je sais faire un brêlage » ; « j'ai déjà mis des pâtes dans l'eau froide »...

Chaque case cochée rapproche un peu plus de la victoire, jusqu'à ce qu'une grille soit entièrement remplie et que son auteur soit désigné vainqueur.

Parmi les joueurs, Jérôme, membre du groupe de Tonnerre, a hâte de débuter la journée : « en tant que responsable développement et réseau, j'ai ce souci particulier dans le groupe de recruter des chefs et cheftaines, de les accompagner. Je suis venu pour apporter, partager et échanger de nouvelles idées, pour mutualiser ce qu'on fait ».

Des tables rondes pour écouter des histoires

Dès le samedi après-midi, les participants prennent place sous la grande tente pour assister à une première table ronde : « L'éducation change-t-elle la vie ? ».
Les intervenants répondent unanimement oui ! Pour Danielle Mérian, avocate, militante chrétienne et féministe, « l'histoire fait partie de notre éducation, et elle a changé ma vie. Les leçons que l'histoire nous donne pour mieux comprendre notre présent sont essentielles. Quand j'étais enfant, j'étais royaliste et mon père avait du mal à se séparer du passé. Heureusement qu'il y a l'école : elle est là pour apprendre à penser, à voir d'autres choses et d'autres idées. »

24824

« Franche et engagée », c'est ainsi qu'Audrey, accompagnatrice pédagogique dans le territoire du Bas-Rhin, décrit Danielle Mérian. « L'avocate m'a marquée, elle dit vraiment ce qu'elle pense, elle est impliquée dans l'éducation. Elle a raconté l'impact qu'elle peut avoir sur d'autres personnes grâce à ses actions bénévoles. C'est hyper enrichissant ! »

« Le scoutisme change-t-il l'individu ? » se sont demandé les intervenants de la deuxième table ronde.
Pour répondre à cette question, Pamela Akplogan, présidente du forum de la jeunesse du scoutisme africain, raconte son histoire. « J'ai commencé le scoutisme à huit ans. Cette année-là, j'ai perdu mon père. Ma mère voulait que je sois épanouie et m'a inscrite dans le mouvement. Grâce au scoutisme, j'ai appris à prendre des responsabilités, à rendre service mais j'ai surtout appris à aimer les autres. J'ai aussi réussi à m'exprimer, à sortir de ma zone de confort. Il a défini mon orientation académique !
J'ai été choisie pour être messagère de la paix et j'ai été élue pour être présidente du forum. Le scoutisme peut changer quelqu'un. Il m'a permis d'affirmer mes valeurs et aujourd'hui, je suis devenue une activiste : j'ai lancé une campagne dans mon pays pour une jeune fille athlète qui a eu un accident. J'ai pu le faire, j'ai pu m'affirmer parce que je suis scoute !
».

Pamela Akplogan et Danielle Mérian sont pour Noémie, accompagnatrice pédagogique dans le territoire de Haute-Bretagne, « deux grandes témoins, inspirantes, qui donnent de l'énergie et nous bousculent dans notre quotidien confortable ».

24892

Des ateliers pour discuter, jouer et réfléchir

Dimanche matin, dans le parc ensoleillé de Jambville, rythmé par l'ambiance du chapiteau au loin, les participants du parcours prennent part à différents ateliers. Noémie, a « adoré cette ambiance « kermesse », une belle fête qui pousse à la rencontre ! ».

24834
Plusieurs espaces sont aménagés : « méthode scoute », « accompagner, former et soutenir », « reconnaissance et valorisation de l'engagement », « animation du réseau »... Chacun a sa spécificité.
Le parcours autour de la méthode scoute est symbolisé par un système de roue de fête foraine et des jetons colorés pour pouvoir déambuler à l'intérieur : une couleur représente un des huit fondamentaux du scoutisme. Faire du dentifrice, débattre sur la loi et la promesse, s'exprimer sur le mur de l'expression, réagir, construire un bateau, entrer dans un rôle pour permettre une vie d'équipe avec plusieurs handicaps sont quelques exemples de stands proposés sur cet espace.
25130
David, chargé de développement sur le territoire de Haute Normandie déambule entre les stands. Il retient un point en particulier : « la reconnaissance. J'ai approfondi le sujet du comment remercier et reconnaître l'engagement ou la compétence des chefs dans le mouvement. C'est quelque chose que je connaissais peu. »

En se baladant dans le parc de Jambville, on peut aussi jouer au « dixit scout », qui permet d'échanger sur des pratiques scoutes, aller sur le cycle du bénévolat installé grâce à des perches, jouer au Molkky ou encore découvrir la fresque « souvenir de formation : et toi, tu as fait quoi comme formation ? ».

Cette journée est complétée par différents débats et interventions, comme celle des directeurs des ressources humaines venus donner des clés pour valoriser ses compétences scoutes. Des cubes sur lesquels sont inscrits des témoignages sont installés au milieu de l'espace, des photos permettent de s'arrêter 5 minutes pour lire les expériences de chacun.

25717
Sans oublier la petite halte à l'espace barbe à papa pour aller à la découverte du « défi Brownsea », de la nouvelle proposition pédagogique des Farfadets ou participer à des conférences se trouvant dans l'espace central. Un parcours qui permet à chacun de s'arrêter sur ce qui l'interroge ou sur ce qu'il souhaite approfondir, tout au long de cet après-midi.

Emilie, responsable du pôle animation dans le territoire Orléanais-Berry retient l'intervention de Marie Mullet, présidente des Scouts et Guides de France. « Je l'ai trouvé très accessible, prête à répondre à toutes nos questions. C'était intéressant d'avoir le point de vu d'une responsable des ressources humaines. J'étais convaincue sur le fait qu'il fallait dire à son entreprise qu'on est scout, ça m'a conforté. Et si l'entreprise n'accepte pas, c'est que ce n'est pas une entreprise pour nous ! »

Passer de 500 à 2000 !

A 17h, les représentants associatifs viennent à leur tour échanger sur leurs pratiques d'éducation.
Loïc, chef scouts-guides à Château Combert, représente son groupe à l'assemblée générale et découvre le parcours éducateurs et éducatrices. « On a eu peu d'échanges dans le chapiteau. J'aime pouvoir échanger, savoir comment communiquer avec les scouts-guides, discuter sur les problématiques que chacun peut avoir dans ses groupes, savoir comment les autres vivent le scoutisme. Ce temps m'a permis de me remettre en question : qu'est-ce que je tire des autres et qu'est-ce que je leur apporte ? »

25117
A 9h le lundi matin, c'est au tour des participants du parcours de rejoindre ceux et celles de l'assemblée générale sous le chapiteau !
Des chants, des annonces mais surtout, le bilan de tout ce qui a été échangé et appris. Les observateurs chargés de rapporter ce qui s'est passé durant ces trois jours retiennent notamment que « les chefs et cheftaines sont éducateurs et pas seulement des animateurs. On ressort de ce parcours avec des clés qui vont nous aider à accomplir encore mieux nos missions, qui vont nous guider, nous éclairer sur ce rôle d'éducateurs et éducatrices ».

24865
Romain, chef pionniers-caravelles à Auxerre repart avec « l'envie de continuer encore et encore de partager le scoutisme, de réfléchir à l'évolution de la pédagogie scoute mais aussi à l'éducation en général ! ».

Trois jours d'un parcours riches d'enseignements, d'apprentissages et d'échanges, qui ont été conclus par les mots d'Ahmad Alhendawi, secrétaire général de l'OMMS: « j'espère que quand vous rentrerez, quel que soit l'endroit d'où vous venez, vous serez en mesure de voir le changement que vous amenez, d'être à la hauteur de ce mouvement et des valeurs que nous portons ! » L'ovation qui lui répond ne laisse pas place au doute : le défi est accepté.

 25239