Accès directs |

“Nous nous sommes retrouvés chef et cheftaine par hasard à 40 ans, et ça a duré 10 ans !”

Groupe bisDenis et Anne sont impliqués depuis des années en tant que chef et cheftaine dans le groupe de Bagnols sur Cèze, dans le Gard.

Mariés et aujourd’hui âgés de 53 ans, ils ont décidé d’arrêter l’animation, mais de continuer leur engagement en accompagnant une équipe compagnons. Denis nous partage leur expérience.

Il y a une dizaine d’années, nous avons participé à la relance du groupe de Bagnols sur Cèze. La première année, avec Anne, nous étions surtout là en soutien. Le groupe a redémarré avec les 8-11 ans, et des jeunes chefs et cheftaines motivés.

Au bout d’un an, il n’y avait plus de chefs pour cette tranche d’âge. Il n’y avait donc plus personne pour encadrer les plus jeunes. Lors d’un conseil de groupe, on nous a demandé si nous pouvions prendre en charge les 8-11 ans. Et c’est ainsi que, un peu par hasard, nous nous sommes retrouvés chef et cheftaine. 

Chef et cheftaine à 43 ans !

Nous sommes restés près de 5 ans chez les Louveteaux-Jeannettes, puis la maîtrise des scouts et guides s’est un peu dissoute. Nous sommes alors devenus chefs et cheftaines pour les 11-14 ans pour épauler une maman de notre âge, qui était engagée dans le groupe scout depuis de nombreuses années.

Au bout de trois ans, il s’est passé la même chose chez les 14-17 ans, les pionniers-caravelles : leurs chefs et cheftaines sont partis, et nous avons changé de tranche d’âge.
De fil en aiguille, nous sommes ainsi passés d’unité en unité ces dix dernières années ! Dans notre groupe, dans d’autres unités comme les louveteaux et jeannettes, ce sont aussi des couples d’adultes qui sont chefs et cheftaines.

Accompagner les jeunes chefs et cheftaines

La difficulté que nous avons observée pour les chefs et cheftaines en étude ou en début de parcours professionnel, c’est l’organisation de l’année et la préparation des camps. Après, pour vivre les camps, ils sont super bons, sans l’ombre d’un doute !

Les derniers camps que nous avons faits, nous avons eu la chance d’avoir soit des étudiants, soit des jeunes professionnels avec nous, et Anne et moi avons vraiment pu nous mettre en retrait, et les laisser animer. Il faut aider les jeunes chefs à prendre leur place et leurs responsabilités, c’était notre souci permanent.
Notre groupe a vu la naissance et la montée en puissance d’un groupe de jeunes chefs, qui a suivi tout le cursus de louveteaux/jeannettes à compagnon, et qui a pris l’entière responsabilité de l’unité scout et guide. C’est notre plus grande joie !

Il peut y avoir d’autres solutions pour permettre au plus grand nombre de jeunes de vivre le scoutisme, grâce à des parents engagés : ce n’est pas du tout incompatible qu’il y ait des chefs et cheftaines plus jeunes et plus âgés dans les mêmes unités. Il n’y a jamais une formule idéale et qui va durer. Chaque groupe construit son modèle en fonction des ressources qu'il a, de l'année, des jeunes qui sont confiés...

Anne bisDenis bis

“C’est notre choix d’être restés en situation d’animation”

Nous n’avons jamais voulu être responsables de groupe car nous pensons que notre charisme est plus dans l’animation avec les jeunes que dans la gestion d’un groupe ou une responsabilité territoriale.
C’est notre choix d’être restés chefs et cheftaines et de ne pas avoir de mission en dehors de cet engagement. Nous venons de passer trois ans avec les pionniers et caravelles et nous arrêtons cette année.

Nous partons en laissant l’unité à un jeune professionnel, avec lequel nous avons œuvré pendant 3 ans, et nous avons entièrement confiance dans l‘avenir…
Bien sûr, notre départ créé un vide, et ce vide appelle déjà des nouvelles vocations de chefs et cheftaines talentueux. Bien sûr, ce sera différent, mais c’est toute la beauté du scoutisme ! »