Accès directs |

La démocratie en caravane, tout un débat !

Démocratie libre 1A la rentrée 2017, les pionniers et caravelles de Venoix à Caen se sont lancés un défi : vivre pleinement la démocratie pendant un an au sein de la caravane. Tous souhaitaient expérimenter un système plus horizontal et responsabilisant. Retour sur cette aventure.



Cet été, la caravane de Caen-Venoix est partie en Mayenne pour un camp vélo, zéro-déchet et, surtout, démocratique. Introduite par leurs chefs au début de l'année, cette idée a été d'abord accueillie avec un mélange d'enthousiasme et de doutes par les pionniers et caravelles. Très vite, de longs temps de débats et de réflexion ont clarifié l'impact de ce challenge. « On a réfléchi et parlé pendant tout un week-end sur la démocratie en caravane, jusque tard dans la nuit et dès le matin ! » s'enthousiasme Célestin, un pionnier de première année.

Un double système de vote adapté au quotidien

Du premier week-end de l'année est ressorti un double système de vote, lui-même voté par la caravane : « pour les grandes décisions, comme les caps ou le projet de camp, des temps de réflexion et de débats sont organisés par petits groupes avant un vote à bulletin secret. En revanche, pour les plus petites décisions, un vote à main levée suffit » explique Juliette, une caravelle de deuxième année.

Tout comme l'utilisation du téléphone, la vaisselle et certaines activités pendant le camp, la caravane a ainsi discuté de nombreux sujets du quotidien pour améliorer la répartition des tâches. Pendant l'année, si les discussions ont porté, comme dans toute caravane, sur le projet de camp et le « cap d'année » (le projet de la caravane), elles ont aussi été enrichies par les nombreux changements dans le fonctionnement du groupe, à l'approche de l'été.

Pendant le camp, au début de chaque journée, le temps forum est l'occasion de débattre et discuter de l'organisation lors d'un rituel bien huilé. Avant de commencer, une personne chargée de la coordination est tirée au sort parmi la caravane. Elle aura pour mission de gérer les tours de paroles ainsi que l'ordre du jour. Est également tiré au sort un ou une responsable « montre » qui sera chargée du respect des horaires tout au long de la journée. Au programme des débats de ce matin, une question très terre-à-terre: qui se charge du rangement? Une équipe « rangement » ? L'équipe « bois » ? L'équipe « eau » ? L'équipe « vaisselle » ? Chacun de sa propre initiative ?

Démocratie libre 3

Découvrir et accepter les limites d'un système imparfait

Ce projet a ainsi modifié le rythme quotidien : les temps d'échanges sont nombreux et laissent moins de temps pour d'autres activités. « C'est super intéressant mais on parle parfois très longtemps de détails » avouent quelques pionniers. En effet, tous les choix sont discutés par 30 personnes et non plus par 5 chefs et cheftaines. Se mettre d'accord prend donc plus de temps... « Pendant le camp, les temps forum nous prenaient parfois une bonne partie de la matinée, au détriment d'autres activités mais, le fait de constater que la démocratie prend du temps, c'est aussi instructif » explique un chef.

Vivre en parfaite démocratie n'est pas un long fleuve tranquille. « Alors que nous avions voté un camp en Suède, nous avons observé que le projet n'avançait pas et que cette idée allait à l'encontre de nos autres objectifs qui étaient de limiter les émissions de gaz à effet de serre et de faire un camp zéro-déchet. Lors d'une réunion en mars, nous avons donc dû prendre la décision, sans pouvoir consulter toute la caravane dont une partie était absente ce jour-là, de partir à vélo à 150 km de chez nous. ». Pour les chefs, cette anecdote résume bien tout l'enjeu de l'expérience : « En cours d'histoire, les jeunes étudient les grands principes de la démocratie. Mais grâce à cette expérience, ils peuvent la vivre... Et constater la nécessité de faire des compromis ! ».

Grâce à leur regard critique, les jeunes ont en effet pris conscience des limites du système. « Même si nous avons la possibilité de nous exprimer et de débattre sur chaque sujet, ce sont souvent les mêmes qu'on entend le plus, ce qui recrée une sorte de hiérarchie avec certains pionniers ou caravelles qui vont avoir une influence plus forte que d'autres » soulignent-ils lors du bilan de l'année. Pour certains sujets, qui relevaient de la maîtrise, le système démocratique a été volontairement mis de côté, souvent à la demande des jeunes eux-mêmes. Une caravelle rappelle que la répartition des équipes a été imposée par les chefs et cheftaines, « ce que je ne regrette pas, car j'ai pu faire de nouvelles rencontres ».

Des enseignements prometteurs

L'année prochaine, les premières et deuxièmes années comptent bien faire perdurer l'aventure, en mettant en place des règles pour que les débats ne durent pas trop longtemps. Pour que tous les choix soient faits de manière horizontale et démocratique, il faut aussi que les jeunes soient davantage porteurs d'initiatives pour que les activités et le planning ne soit pas uniquement gérés par les chefs et cheftaines. Même si, bien sûr, tous les sujets ne peuvent pas être gérés par les pionniers-caravelles, ce qui serait utopique. Une année qui s'annonce riche en débats afin d'approfondir la démarche, pour que chaque jeune renforce son rôle d'acteur au sein de la caravane mais aussi de la société !

Démocratie libre 5