Accès directs |

Marie : “Le scoutisme m’apporte un regard”

Marie

Le 5 décembre est marqué par la journée mondiale du bénévolat. Chez les Scouts et Guides de France, ce sont plus de 25 000 bénévoles qui s’engagent au service de l’éducation. Ils sont chef, cheftaine, accompagnateur pédagogique, chargée de mission dans le mouvement, et boulanger, enseignant, cheffe de chantier dans leur vie professionnelle. Portrait.

Marie a 27 ans. Dans la vie, elle est professeure de danse contemporaine dans un conservatoire.

Chez les scouts, elle est chargée de mission dans le centre de ressource Centre-Est et active chez les Foulards blancs, une communauté interscoute et internationale qui regroupe les scouts et guides engagées au service des malades.

Comment associes-tu vie professionnelle et associative dans ton quotidien ?

J’ai un métier facilitant la conciliation entre vie professionnelle et vie associative. Mon rythme de travail est coordonné avec le rythme scolaire. Pour les petites vacances, je consacre entre deux et trois semaines, en fonction des besoins, pour être formatrice sur des formations.

L’été également, je garde environ quatre ou cinq semaines pour mon engagement associatif.

Qu’est-ce que les scouts t’apportent dans ta vie professionnelle ?

Dans ma vie professionnelle, le scoutisme m’apporte un regard, une attention sur chaque élève que j’accompagne : enfant, adolescent ou adulte. Savoir là où il en est en tant que personne mais aussi au service de son art.

Le scoutisme m’a aussi permis de savoir comment chaque individu grandi dans un groupe et comment celui-ci fait grandir le groupe.

Quel est l’impact de ton métier sur ta mission chez les scouts ?

Au sein du scoutisme, ma vie professionnelle m’apporte une meilleure connaissance du rythme du jeune. On oublie facilement qu’ils sont sollicités de toutes part, par l’école, les activités extra scolaires, les parents. C’est un atout qui me permet d’adapter mon travail.

Est-ce-que tu as vu ta mission évoluer au fur et à mesure de ton évolution professionnelle ?

Bien sûr ! La vision de ma mission de cheftaine a évolué et s’est enrichie au fil de mon évolution professionnelle. Ce qui m’a amené à la réflexion que les chefs et cheftaines ont un mérite énorme et sont un peu comme mes héros !

Accompagner les plus jeunes demande une patience accrue, un calme et une plus grande maîtrise de soi.