Accès directs |

Ëzlem « je me suis sentie accueillie pour ce que je suis »

ezlemEn 2016, Ëzlem quittait l’Albanie pour rejoindre la France. En septembre 2017, elle découvre le scoutisme en rejoignant le groupe du Haut-Bugey Nantua-Oyonnax, dans l’Ain. L’occasion d’un véritable nouveau départ, symbolisé par sa chemise bleue et son sourire quand elle évoque son groupe d’adoption. Nous l’avions rencontrée en mai 2018, entre deux ateliers, alors qu’elle participait au parcours « éducateurs et éducatrices », pour recueillir son témoignage.

Comment as-tu découvert le scoutisme ?

Je suis arrivée en France janvier 2016, pour déposer une demande d’asile. J’ai attendu très longtemps les résultats de cette procédure, car je souhaitais m’intégrer en France pour vivre ma vie. Comme j’étais demandeuse d’asile, j’ai eu le sentiment d’être bloquée, de ne pouvoir rien faire en attendant ce résultat qui n’arrivait pas. Alors que je voulais agir, transmettre ce que j’avais reçu et m’engager pour me sentir utile.

J’ai décidé de me lancer. Grâce à des cours de français, j’ai été capable de faire du bénévolat. J’ai commencé par faire des missions de traduction au Secours catholique, ce qui m’a donné l’occasion de sortir de chez moi et de ne pas rester dans l’attente. J’ai aussi assuré de l’aide aux devoirs en anglais et en mathématiques avec l’assistance sociale auprès des familles défavorisées. C’est finalement ma référente au Secours catholique qui m’a orientée vers le scoutisme, car cette association est partenaire des Scouts et Guides de France.
Je n’avais encore jamais porté de chemise ni de foulards, mais je n’ai pas hésité et j’ai intégré le groupe du Haut-Bugey à la rentrée 2017.

Et aujourd’hui ? Tu n’as pas de regrets d’avoir tenté l’aventure ?

Aucun ! Je m’y suis sentie tout de suite bien car je me suis vraiment sentie accueillie, pour ce que je suis. Depuis que j’étais arrivée en France, je vivais isolée, mais j’ai trouvé ici une véritable famille d’adoption. Et j’ai commencé ma toute première activité le jour même de mon anniversaire ! Le groupe et mon unité m’ont organisé une véritable fête, ça m’a beaucoup touchée. Mes débuts dans le scoutisme sont comme un nouveau départ dans ma vie. Je le vois comme une grande famille, chaleureuse et accueillante.

Aujourd’hui j’encadre 8 jeunes dans mon unité. Nous avons participé à la transmission de la lumière de la paix en décembre et à la veillée pascale en avril. Tout ça était aussi une grande découverte pour moi car je suis de confession musulmane.

Tous les scouts et toutes les guides n’ont pas été demandeurs et demandeuses d’asile… Comment vis-tu aujourd’hui avec cet héritage ?

Pour avoir été dans cette situation, je sais que la solitude et l’incertitude dans lesquelles on se trouve quand on attend le résultat de la procédure peuvent être pesantes et douloureuses. Et je suis aujourd’hui heureuse car je peux aider les jeunes qui se trouvent dans cette situation. Mon histoire me permet de mes comprendre, et le scoutisme me permet de les aider.

Avec mon groupe, j’ai participé à une journée appelée « Bouge ta planète ». Elle était organisée en partenariat avec de nombreuses associations, dont le Secours catholique. J’ai rencontré une vingtaine de jeunes demandeurs d’asile lors de cette journée, et je leur ai proposé de vivre le scoutisme à travers plusieurs activités: ils ont tous adoré. Dans le foyer où j’habite, on a aussi des réunions avec les femmes demandeuses d’asile. Je leur ai expliqué leurs différents droits. Je voulais leur partager ce que j’avais vécu, pour les aider, car je me souviens bien ce que cela fait d’être perdue sans connaître ses droits.

Et ce week-end, tu découvres Jambville ? Comment te sens-tu au milieu de 2 000 chemises ?

Oui, c’est la première fois que je viens ici, et je trouve ça super et je ne pensais pas qu’il y avait autant de monde ! Je suis venue suivre le parcours « éducateurs et éducatrices » pour me former, car j’ai toujours autant envie d’apprendre et je sens que j’ai aujourd’hui besoin d’expérience. J’ai découvert de nouveaux jeux pédagogiques en regardant les ateliers, tout ça me donne plein d’idées à proposer à mes jeunes. A chaque fois que j’ai fait une sortie scoutes ces derniers mois, j’ai beaucoup appris, ça me donne envie de continuer, de tester de nouvelles idées pour mes jeunes.

Cet été, je pars pour mon premier camp d’été dans la Loire. Ce sera mon premier camp scout, j’ai hâte d’y être !

[Ëzlem poursuit aujourd’hui sa mission de cheftaine scoute-guide dans le groupe Haut-Bugey Nantua-Oyonnax, pour la deuxième année consécutive.Après une année de préparation intense, elle passe cette année le Bac en candidat libre. Et elle sera cet été à Connecte, au milieu de 20 000 chemises bleues ndlr].