Accès directs |

Conseil des jeunes : un bilan prometteur

Les 25 et 26 mai, en parallèle de l'Assemblée Générale, le Conseil National des jeunes a réuni à Jambville une cinquantaine de représentants âgés de 6 à 17 ans. Après avoir été choisis par les conseils des jeunes dans leur territoire, ils sont venus débattre et réfléchir à leurs envies et ambitions pour le mouvement.

Dans une ambiance effervescente, les trois porte-paroles du Conseil montent sur scène pour présenter l'expérience à toute l'Assemblée Générale. « Ce week-end a été l'occasion de faire de nouvelles rencontres, et même si le voyage a pu être super long, ça en vaut la peine car c'est une expérience super cool », explique Morgane, 10 ans. « Nous pris conscience de l'importance qu'on nous accorde, et nous avons pu nous exprimer, tout cela dans le but d'améliorer notre mouvement ! »

Une expérimentation de 3 ans

« Ask the boys » : était l'une des maximes bien connue de Baden Powell, fondateur du scoutisme. Le Conseil des Jeunes est basé sur cette même vision : permettre aux jeunes d'être acteurs et impliqués dans les décisions qui les concernent. L'Organisation Mondiale du Mouvement Scout a intégré cette ambition dans sa politique mondiale sur la participation des jeunes. Celle-ci invite toutes les associations de scoutismes à faire participer les jeunes de 16 à 26 ans aux décision du mouvement.

Les Scouts et Guides de France ont décidé d'aller plus loin avec une proposition destinée aux jeunes de 6 à 17 ans. La résolution sur l'expérimentation du conseil des jeunes a été votée en mai 2016. Elle laissait la liberté à chaque groupe et territoire d'organiser leurs propres conseils. Pour Claire, chargée de mission sur la démarche, le résultat est prometteur : «l'année dernière 15 territoires s'étaient saisis de cette expérimentation, et cette année il y en a une trentaine ! ».

Écouter la voix des jeunes

Cette démarche a deux objectifs. Le premier est éducatif : il permet aux jeunes de confronter leurs opinions, expérimenter le débat et découvrir l'engagement citoyen au service du mouvement. Et les débats peuvent être animés dans un groupe de Louveteaux-Jeannettes, de 8-11 ans ! « Pour la pollution, il faut convaincre les gens d'utiliser moins de plastique » affirme Zoé, 7 ans.

« Oui, mais n'oublions pas aussi qu'il faut d'abord nous améliorer pour donner l'exemple » renchérit Maeylis, 10 ans.

Un débat qui porte ses fruits : parmi les résolutions proposées par le Conseil National des Jeunes, les représentants demandent la création de postes de responsable environnement à toutes les échelles du mouvement. C'est également la fierté et un sentiment de responsabilité qui habite Simon 12 ans : « être ambassadeur, pour moi, c'est porter l'opinion majoritaire avant de mettre en avant son propre avis. C'est penser collectif avant tout. »

cnj2019

L'autre objectif est de permettre aux jeunes de participer aux décisions qui les touchent. Toutes les échelles sont concernées, et les impacts se font déjà ressentir. Sophie, déléguée Territoriale de Marseille témoigne : « le conseil des jeunes a demandé à ce que l'on s'améliore dans notre impact sur l'environnement. Nous avons donc intégré une politique zéro déchet à notre projet territorial ».

Les jeunes ont également conscience de l'importance de ce conseil et ils n'hésitent pas à exprimer qu'ils en ont besoin, comme Chloé, 15 ans : « au Conseil des Jeunes, on a l'occasion de s'exprimer au niveau national, notre parole compte vraiment ».

Elle insiste aussi sur le besoin d'avoir un espace consacré : « nous avons besoin d'être entendus parce que nous pouvons proposer autant de bonnes idées que les plus âgés. Nous avons une autre vision des choses à notre âge. »

 

L'avenir sourit au Conseil des Jeunes

Le bilan est donc très positif pour Claire : « on rentre dans la boucle démocratique, on peut impliquer les jeunes dans les réflexions qui mènent à l'assemblée générale ». Elle insiste sur l'un des succès de cette expérimentation : l'évolution des mentalités dans les groupes et territoires qui se sont saisis de l'expérimentation. Du travail reste à faire cependant : « il faut améliorer l'intérêt pédagogique, et le développer plus dans les groupes et territoires »

La fin de cette expérimentation est marquée par le vote de la résolution pour pérenniser le Conseil des Jeunes. La parole des jeunes représentants exprimée devant toute l'Assemblée Générale porte cette volonté : « nous pensons qu'il est important que la parole des jeunes soit entendue car nous sommes les principaux concernés par les décisions prises. Pour cela nous demandons le maintien du Conseil National des Jeunes. »

La résolution a été ensuite votée avec une grande majorité sous un tonnerre d'applaudissements. C'est donc décidé, les Conseils des Jeunes continueront, et les groupes et territoires pourront toujours plus s'en saisir, avec d'autres jeunes qui auront l'opportunité de venir représenter leurs pairs.

 cnj2019 2