Accès directs |

Une rentrée des activités en sécurité et sérénité

Malgré un contexte particulier marqué par l’application du protocole Covid, 2 300 camps ont rythmé les mois de juillet et d’août dans toute la France ; 84% des unités ont vécu un camp, pour le plus grand bonheur des jeunes qui ont pu ainsi se retrouver ensemble et au cœur de la nature après les longues semaines de confinement. Un résultat remarquable rendu possible par l’investissement et la capacité d’adaptation des chefs et cheftaines, aidés par les cadres et responsables des grouppes et territoires, pour que l’été 2020 soit marqué par les retrouvailles, les rires, les jeux et les feux de camps mais aussi l’écoute des situations plus difficiles. Dans la continuité des camps d’été, les chefs, cheftaines, cadres et responsables assurent aujourd’hui la reprise des activités pour démarrer une nouvelle année. Une rentrée à la fois sereine et vigilante, pour continuer à proposer du scoutisme tout en assurant la sécurité des jeunes et des adultes, grâce au nouveau protocole des activités SGDF pour l’année scolaire 2021/2021. Témoignages.

 

Heidi Waldmeyer, responsable du groupe Amani à Mayotte

Camp Mayotte 1Notre été s’est bien passé malgré la crise sanitaire, notre camp s’est tenu pendant 15 jours avec 8 jeunes. Ce camp était l’occasion pour les jeunes de se retrouver, ce qui était une bonne chose car la plupart d’entre eux ne s’étaient pas revus depuis le mois de mars. Son format était très petit à cause de la situation sanitaire, mais il était primordial de recommencer le scoutisme et de permettre aux jeunes de reprendre une vie normale. Nous avons pu voir, notamment via les réseaux sociaux, que les Pionniers- Caravelles attendaient avec impatience la reprise des activités.

Notre week-end de rentrée s’est déroulé le 12 septembre et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que les parents et les jeunes ont participé à cette reprise. Nous avons vu une réelle envie de participer aux activités, notamment lorsque nous avons envoyé le mail qui annonçait la date de rentrée : en deux heures, 95% des personnes contactées avaient répondu ! La situation sanitaire ne doit pas stopper le scoutisme : il est tout à fait possible de bien s’organiser tout en veillant au respect des gestes barrières. Il faut oser et aller de l’avant afin de faire vivre le mouvement. Dans ce contexte difficile, créer du lien et consolider les liens existants est très important pour nous tous.

 

Clarisse Bernard, responsable d’unité Scouts Guide Paris 17 Saint François de Sales

ClarisseNous avons passé un très bon camp cet été, c’était super de pouvoir se retrouver et surtout de retrouver la nature ! Pendant le confinement, notre principale occupation a été de tout organiser afin que le camp d’été puisse avoir lieu. Et c’était pour nous un vrai soulagement de se retrouver car nous avons été privés de scoutisme pendant plusieurs semaines !

Notre rentrée se fera le week-end du 26 et 27 septembre et nous avons fait beaucoup de briefs afin de maintenir le cap pour assurer les activités des unités. L’application des normes sanitaires ne nous empêche pas de continuer le scoutisme ; il faut être lucide fasse aux capacités du groupe et bien expliquer l’importance de la distanciation physique et du port du masque. Et, bien sûr, il faut apprendre à vivre avec ce virus tout en se protégeant et en protégeant les autres. Mais je pense que c’est essentiel de continuer le scoutisme et de donner la possibilité aux jeunes de retrouver une vie aussi normale que possible. Selon moi, l’organisation est la clé de la réussite : il faut réfléchir en amont et si jamais il y a un doute, on peut toujours se référer au protocole ministériel afin d’assurer la sécurité sanitaire de tous.

 

Ludovic et Marie-Agnès Arbaud, Délégués territoriaux du territoire Alpes Provence

Marie Agnès et Ludovic Camp Mélan 4Cet été nous avons vécu une nouvelle expérience pour les camps en raison de la crise sanitaire : près de 300 enfants ont été réunis en 6 unités qui ont campé pendant une semaine. Le retour des chefs et cheftaines a été très positif et les enfants attendaient avec impatience ces moments, nous avons ressenti un véritable besoin de retour à la nature.

Notre week-end de rentrée s’est tenu le 10 et 11 octobre prochain à Mélan. Cette rentrée est un véritable enjeu pour nous car nous commençons l’année avec un nouveau fonctionnement : notre territoire s’est divisé en deux car nous avions atteint le seuil des 20 groupes. Ce week-end a permis de bien déterminer les besoins et objectifs et d’être au plus proche des groupes. 

Le conseil que nous pourrions donner, en cette période de crise sanitaire, serait de ne pas hésiter à se lancer dans l’aventure : le respect des gestes barrières et les normes sanitaires peuvent tout à fait s’accorder avec le scoutisme et permettre aux jeunes de retrouver leurs activités.

Christophe Huret, responsable de groupe de Cormeilles-en-Parisis

Nous avons eu un été très positif car toutes nos unités sont parties en camp. Cette campagne de camp était presque normale, nous avons respecté à la lettre le protocole sanitaire. Ces camps étaient très importants pour les enfants qui ont pu réapprendre à vivre en communauté et se réhabituer à la vie collective avant la rentrée scolaire.

Au niveau de la rentrée, nous suivons les mêmes normes sanitaires que celles sur les camps d’été avec, en plus, le port du masque en extérieur. Nous avons appris à vivre et à nous organiser avec le protocole ; par exemple les familles qui venaient partager le déjeuner du dimanche après-midi, viennent seulement l’après-midi désormais, afin d’assister aux activités. J’ai remarqué que les jeunes ont bien intégrer le protocole sanitaire et comprennent tout l’enjeu de continuer les activités de scoutisme en se protégeant et en protégeant les autres. Il y a une véritable importance de maintenir du lien social à travers ces activités, surtout que l’on va devoir apprendre à vivre avec ce virus. Je crois sincèrement aussi qu’il faut faire confiance aux jeunes et ne pas créer un climat anxiogène.

Le meilleur conseil que je puisse donner, en tant que responsable de groupe, est de maximiser les temps en équipe, les temps forts en extérieur afin de respecter au mieux la distanciation physique et d’appliquer à la lettre le protocole sanitaire. En suivant toutes ces règles, le scoutisme pourra perdurer malgré ce contexte un peu particulier.