Accès directs |

5 questions à Léo, chef louveteaux-jeannettes et à Cathy, fière maman d’un louveteau

int-maman-chefLJLes 5 et 6 avril, 18 000 louveteaux-jeannettes se sont rassemblés pendant « De notre mieux! ». Ce fut l’occasion de poser quelques questions à leurs chefs et cheftaines et à leurs parents. Découvrez le témoignage de Léo, chef, et Cathy, maman d’un louveteau.


Pouvez-vous vous présenter ?

Léo : « Je suis chef depuis 3 ans. Mon aventure dans le scoutisme a commencé il y a bien longtemps car cela fait 12 ans que je le pratique ! Dans la vie, je suis agent de production. »

Cathy : « Je suis la maman d’Enzo, louveteau de 8 ans. Il a commencé cette année. Je suis assistante dans une agence. »

Pourquoi inscrire son enfant chez les Scouts et Guides de France ?

Léo : «Pour ma part mes parents m’y ont inscrit sans que je le demande… Et je suis devenu accro très vite ! J’ai commencé à 7 ans et ai lié de nombreuses amitiés. Aujourd’hui, je suis chef et je travaille aussi dans des centres aérés. Je trouve que ce qu’apporte le scoutisme est différent, unique, parce qu’on travaille au sein d’une équipe très soudée. »

Cathy : « Le papa d’Enzo a été scout dans sa jeunesse. Il ne l’a pas été très longtemps mais il en garde un très bon souvenir. Enzo n’a pas de frères et sœurs, nous voulions donc qu’il pratique une activité avec d’autres enfants. Nous avons choisi le scoutisme principalement pour ses valeurs : le partage, la tolérance, la générosité, l’entre-aide… Enzo nous a d’ailleurs dit un jour : « Les louveteaux, c’est mieux que l’école car personne n’est méchant ». Cette réflexion nous a confortés dans notre choix ! »

Que vivent les louveteaux-jeannettes ? Que racontent-ils en rentrant ?

Léo : « Les louveteaux-jeannettes vivent des choses qu’ils ne vivent nulle part ailleurs. Ils sont contents de venir et tristes de partir, car c’est une super aventure humaine avec leurs camarades et ils sont fiers de ce qu’ils peuvent raconter en rentrant chez eux. Je trouve qu’aucune autre structure ne propose la même chose. »

Cathy : « Enzo ne me raconte pas tout ce qu’il vit en camp mais je sais qu’il s’amuse bien parce qu’ils font beaucoup de jeux. La dernière fois il était fier de me raconter qu’il avait fabriqué des objets durant l’après-midi. Et il apprécie beaucoup d’avoir cet espace de liberté que propose le scoutisme. »

A votre avis, que vont-ils raconter en rentrant de « De notre mieux ! » ?

Cathy : « Bonne question ! Enzo ne raconte pas beaucoup ce qu’il fait. Il faut attendre encore pour savoir s’il va vraiment accrocher avec les scouts. Je suis sûr qu’il va beaucoup chanter… Il aime chanter à la maison et chante encore plus en revenant des rencontres louveteaux-jeannettes ! Il est toujours content de jouer avec les autres.»

Léo : « Je pense que les enfants vont surtout retenir la rencontre des groupes. Mais on ne peut jamais savoir ce qu’ils vont raconter, car ils retiennent rarement ce à quoi on s’attend ! Ils vont peut-être retenir qu’ils n’avaient plus de voix plutôt qu’ils étaient des centaines ! Quand j’étais louveteau je ne disais rien à mes parents, les scouts étaient mon jardin secret, je voulais le garder pour moi.»

« De notre mieux ! », ça évoque quoi pour vous ?

Cathy : « Cette devise invite à faire ce qu’ils peuvent avec leurs moyens et à en être fiers, à aller plus loin.»

Léo : « Ca évoque l’absence de pression. Les louveteaux-jeannettes font ce qu’ils veulent faire, par eux-mêmes et se fixent leurs propres objectifs. »



Propos recueillis par Guillaume Faist,
Accompagnateur pédagogique en Haute-Bretagne