Accès directs |

Mondiaux handisport : un camp pas comme les autres

1-handibasket-initiation-village-mondiaux-handisport-SGDF-hdUn camp scout en pleine ville ? Voilà qui a de quoi étonner ! Et pourtant, c'est au cœur du stade de Parilly, en banlieue de Lyon, que 400 Scouts et Guides de France ont posé leur toile de tente. Installations en bois, tentes animées et réchauds se fondent dans le décor des Championnats du Monde d'Athlétisme Handisport.

2-initiation-langue-des-signes-village-animations-mondiaux-handisport-SGDF-hdA deux pas du grand stade, les jeunes pionniers-caravelles (14-17 ans) et compagnons (17-21 ans) sont aux premières loges pour suivre les épreuves des mondiaux d’athlétisme handisport. 
Musiques et annonces de records du monde résonnent jusqu'au camp qui se trouve imprégné de cette ambiance de compétition et de fête. A quelques mètres, le village d’animation  a ouvert ses portes pour la durée de l’événement. De nombreuses familles viennent s’essayer à divers jeux, animés par les jeunes Scouts et Guides de France : sensibilisation au handicap, initiation au handibasket, parcours en fauteuil, vélos adaptés ou encore initiation à la langue des signes y sont proposés.

Un séjour au service des autres
Tout au long de ce séjour, les jeunes sont sensibilisés au handicap. Lors des treks (période de quelques jours en autonomie), la plupart des équipes en profitent pour expérimenter ce qu’ils ont appris. En partenariat avec jaccede.com, qui recense les lieux accessibles aux personnes à mobilité réduite, les compagnons de Fourmis ont testé des lieux et boutiques en fauteuils roulants dans le centre de Lyon. Une occasion de se mettre dans la peau d'une personne à mobilité réduite. C'est plein d'émotions qu'ils sont revenus de cette aventure : de l'étonnement mais surtout une prise de conscience des difficultés que rencontrent ces personnes.
« Une chance »,  voilà le mot employé par les jeunes lorsqu’ils parlent de ce camp.
Un lieu « propice à la rencontre et à l'ouverture aux autres ». Florent, de Metz, nous explique que ce camp « rentre exactement dans la pédagogie scoute, on y exploite au maximum nos capacités », et qu'il se sent ici « à [sa] place, heureux de [se] mettre au service des autres ».
Aujourd'hui, il souhaiterait partager avec tous ceux qui n'ont pas pu être présents « les valeurs du sport, du scoutisme et du handisport ».

Une proximité avec les athlètes
3-service-restauration-mondiaux-handisport-mondiaux-handisport-SGDF-hdUne réelle proximité s'est installée entre les jeunes et les athlètes. Témoignages et anecdotes de ces rencontres se multiplient. Les premiers échanges ont eu lieu lors de la cérémonie d'ouverture des Championnats le 19 juillet dernier.
Alors que la pluie tombait sur le stade lors du défilé, des k-ways ont étés distribués aux athlètes par les jeunes scouts qui eux n'y avaient pas droit. Un jeune nous raconte : « j'ai vu un athlète qui a enlevé le sien pour me le donner. J'ai refusé, mais après ils voulaient tous que je puisse me protéger aussi. Ils étaient prêt à être trempés pour moi alors que c'est moi, normalement, qui devait prendre soin d'eux ». C'est plein d'admiration que les jeunes vont à leur rencontre, « les athlètes handisport n'ont rien à envier aux athlètes valides ».
 

Cette proximité fait partie de la vie de ce camp pas comme les autres, les jeunes sont au contact des athlètes lors des différents services qu'ils effectuent : sécurité, accueil des athlètes, missions de protocole pour la remise des médailles ... Durant le déjeuner, ils partagent leurs repas avec les sportifs de haut niveau : un moment privilégié pour discuter avec eux en toute simplicité. Certains jeunes ont saisi l'occasion pour inviter des athlètes à visiter le lieu de camp et partager leur repas sur place. Espérons qu'ils répondront à l'invitation !
Certains ont déjà franchi l’entrée comme Gwendal Peizerat, patineur médaillé olympique, des joueuses de l'équipe de France de basket-fauteuil et notamment Kathy Laurent, le lanceur disque Eric Etienne de l'équipe de France…

 

6-rencontre-_joueuses-equipe-France-handibasket-sgdf-hd

 

 

Emilia Zaki, 
Volontaire en service civique et chargée de communication sur l'événement