Accès directs |

Témoignage de Delphine, responsable de groupe ayant accueilli Amaury, jeune trisomique

Groupe de Saint-Jacques du Val LyonnaisLes Scouts et Guides de France s’engagent à lancer des projets ouverts et accessibles à tous. L’accueil de jeunes porteurs de handicap dans les groupes Scouts et Guides de France est une des priorités de l’association. Découvrez le témoignage de Delphine Paul-Dauphin, responsable du groupe Saint Jacques du Val Lyonnais qui accueille Amaury, un jeune trisomique.

Comment se sont passés l’accueil et l’intégration d’Amaury dans le groupe ?

« Amaury, qui a aujourd’hui 16 ans, est arrivé dans notre groupe il y a 6 ans chez les louveteaux-jeannettes (enfants de 8 à 11 ans). Aujourd’hui, il fait partie de la tranche d’âge scouts-guides (jeunes de 11 à 14 ans). Son intégration s’est très bien passée : Amaury est apprécié de tous. La vie en unité lui a permis de gagner en sociabilité et les chefs sont toujours là pour lui consacrer un moment privilégié quand il en a besoin. Amaury est si bien intégré que lorsqu’il n’est pas là, il manque à la tribu ! »

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté?

« J’ai toujours su qu’accueillir un jeune en situation de handicap au sein des Scouts et Guides de France était possible. Cette expérience m’a confortée dans cette idée et c’est une grande chance pour les jeunes et les adultes du groupe d’accueillir cette différence. C’est un projet qu’il faut prendre avec sérénité et simplicité.

C’est une vraie réussite quand vous entendez les autres enfants parler naturellement et librement avec Amaury, comme ils le feraient avec n’importe quel autre jeune. Et quand ils disent : « Il est où Amaury ? Il nous manque ! », nous avons la preuve qu’une relation saine et sincère s’est installée.
Vivre une telle expérience vous fait ressortir plus fort et meilleur, elle vaut vraiment la peine d’être vécue.»

Quels conseils donneriez-vous aux autres groupes qui souhaitent accueillir un jeune en situation de handicap?

« La communication avec les parents est essentielle. Si elle n’est pas franche et transparente, l’intégration ne peut pas se passer correctement. Les parents d’Amaury ont donc joué un rôle très important dans cette intégration.
Ensuite, au sein du groupe, il faut savoir fixer des limites. Amaury reste un ado et il faut trouver l’équilibre entre l’indulgence et ce qui n’est pas permis. Ces limites et une analyse continue de la façon dont se passe l’accueil, sont indispensables pour éviter un sentiment d’injustice chez les autres jeunes.
Lorsque les chefs et cheftaines rencontrent des difficultés avec le comportement d’Amaury, un dialogue s’ouvre immédiatement avec lui, et avec ses camarades. Et ils peuvent se tourner vers les responsables de groupe pour avoir du soutien et des conseils. Les échanges avec le jeune, et l’accompagnement des équipes encadrantes sont très importants.
C’est un projet de groupe qui s’appuie sur de bonnes relations et une bonne communication entre les parents et l’équipe d’encadrement. Il faut être honnête et ne jamais juger. Ces éléments ont été les clés de la bonne intégration d’Amaury. »

Propos recueillis par Estel Benga