Accès directs |

Actualités

Pour un service national universel au service de l'intérêt général

21793

La nouvelle majorité politique a été élue avec dans son programme un projet de service obligatoire pour la jeunesse. Le Gouvernement a lancé début septembre une mission inter-inspections au sujet du projet de « Service National Universel ».
Au vu de l’importance du sujet pour l’ensemble des jeunes (600 000 à 800 000 jeunes concernés chaque année), de notre culture de l’engagement, les Scouts et guides de France ont fait le choix de contribuer au débat.

Sœur Valentine Delafon : “Ce ne sont pas les individus qui ont besoin d’être changés, mais nos rapports, nos manières de vivre ensemble”

soeur delafon 1Religieuse salésienne dans un quartier populaire au sud de Lille, Sœur Valentine Delafon œuvre pour l’association Valdocco. Elle travaille en faveur de l’éducation et l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers défavorisés. « Chaque fois que l’on permet à un enfant de mettre des couleurs ou des sons sur des mots, on fait reculer la violence », disait Don Bosco, fondateur de l’ordre salésien, des mots qui sont devenus sa philosophie. Elle intervenait en novembre dernier lors d’une table-ronde au “Pélerinage de la rencontre” à l’abbaye de Marmoutier. Extraits choisis.

Jamboree Mondial 2019 : à la découverte du « monde nouveau »

Jamboree logo 2À l’été 2019, le 24ème Jamboree mondial rassemblera près de 40 000 participants venus du monde entier. Organisé par les Scouts Canada, l’Asociación de Scouts de México et les Boys Scouts of America, il se tiendra aux Etats-Unis du 22 juillet au 2 août 2019, dans un site naturel renommé de Virginie occidentale : le Summit Bechtel Family National Scout Reserve.

Deux poules et une bonne dose d’anticipation

Photo 1Couv

L’été dernier, les pionniers et caravelles du groupe Don Bosco d’Ambert (63) se sont lancés dans l’aventure du “zéro-déchet”. Accompagné de leurs chefs, ce groupe d’adolescents des Scouts et Guides de France a tenté l’expérience pendant leur camp estival de quinze jours dans le nord de l’Ardèche. Une démarche qui s’inscrit dans l’engagement des Scouts et Guides de France à atteindre les 17 Objectifs du Développement Durable. Recette pour réduire ses déchets en camp.

Le Pèlerinage 2017 : c'est ton Tours !

Pélé de Tours visuel principal
Les 3, 4 et 5 novembre dernier, près de 500 compagnons, chefs et cheftaines, responsables de groupe, cadres des Scouts et Guides de France se sont retrouvés à l'Abbaye de Marmoutier pour vivre le « Pèlerinage de la Rencontre ». Retour sur trois jours intenses entre conférences, chants, temps pour soi, prières et rencontres avec des pèlerins venus de toutes les régions.

Lucie, une cheftaine engagée


Lucie 2Lucie est cheftaine Scouts et Guides à Châtellerault. Il y a quelques années, elle a prononcé son engagement. Au cours de cette cérémonie, un chef ou une cheftaine exprime son adhésion aux valeurs du scoutisme et du guidisme. Pour elle, tout est allé très vite, de son arrivée dans le mouvement en tant que cheftaine jusqu'à son souhait de de s'engager.

Hommage à Laura

bougieC'est une bien triste nouvelle que nous vous partageons : l'une des victimes de l'attentat de dimanche 1er octobre à Marseille, Laura, était cheftaine Louveteaux-Jeannettes dans le territoire de Saône au Léman. Elle était également engagée auprès d’une tribu de Drôme-Ardèche. Elle faisait partie de ces nombreux bénévoles qui ont rejoint notre mouvement sans avoir été eux-mêmes scouts ou guides, convaincus par la pertinence éducative du mouvement. Elle avait rejoint notre mouvement il y a 3 ans.

Nous vous invitons à nous unir par la prière pour elle, pour sa cousine, et à soutenir leurs familles et leurs proches. Qu’elles sachent que la communauté éducative des Scouts et Guides de France fera de son mieux pour être à leurs côtés.

Hervé, le responsable du groupe de Rilleux dit d’elle que c’était un modèle d’engagement, qu’elle partageait le bonheur autour d’elle. Elle était fière de la mixité sociale et culturelle de son groupe. Œuvrer pour la paix et le vivre-ensemble était le moteur de son engagement, avec les Scouts et Guides de France mais aussi dans ses études.

Nous savons qu'il nous faut vivre désormais avec ces évènements, nous ne voulons céder ni à la peur quotidienne ni à la haine. Nous continuerons de défendre les valeurs fondamentales de notre mouvement, ces valeurs qu'elle partageait avec toute l'énergie de son engagement. Nous nous rappelons la loi scoute : nous affrontons les difficultés avec optimisme et nous construisons un monde de justice et de paix.

L’éducation est la meilleure réponse de long terme face aux violences. Ce nouveau drame renforce nos convictions. 

Le sujet des attentats n’est pas récent et nous avons mis en place un groupe de travail avec des pédopsychiatres, des éducateurs, pour apporter une meilleure réponse éducative possible en cas de besoin. Nous aurions aimé ne jamais avoir à utiliser ces outils mais les travaux de ce groupe seront bien utiles pour aider les groupes à accompagner aux mieux les enfants et les jeunes.

Nous renouvelons à sa famille et à ses proches nos plus profondes condoléances et notre soutien le plus ferme.

 

Pour les chefs et cheftaines, nous avons à disposition cette page avec des outils pour parler des attentats avec les jeunes :
https://www.sgdf.fr/actualites-chefs-cadres/toute-l-actualites-chefs-cadres/les-actualites/attentats-comment-en-parler-avec-les-jeunes-et-entre-responsables

 

Sarah, représentante SGDF au Forum des Jeunes : « Nous pouvons construire le monde que nous habitons »

20769992 1433541263397999 6615998689400377211 n
La délégation de la Fédération française lors de la conférence du scoutisme mondial en Azerbaijan

« Tu n’as pas assez d’expérience », « Tu es trop idéaliste ! », « Les jeunes, vous êtes trop naïfs, vous n’êtes pas capables de saisir les enjeux complexes ! ». Toi aussi, tu as déjà entendu ce genre de discours ? Toi aussi, on te fait croire, parce que tu es trop jeune, que tu n’as pas tout ce qu’il faut pour mener jusqu’au bout tes rêves et tes projets?

Le Forum des Jeunes et la Conférence mondiale de l’OMMS en Azerbaïdjan qui ont eu lieu du 6 au 20 août m’ont prouvé le contraire ! 273 scouts âgés de 18 à 26 ans, venus de 164 pays à travers le monde ont influencé et pris des décisions concernant les directives des trois prochaines années au sein du mouvement. Parmi eux, nous étions six jeunes, issus des six mouvements du Scoutisme Français. Avec cette rencontre, l’OMMS souhaitait ainsi donner toute leur place aux nouvelles générations qui incarnent le scoutisme d’aujourd’hui et de demain.

Lors du Forum et de la conférence, nous avons débattu et avancé sur de gros enjeux. En particulier la « vision 2023 », et l’objectif ambitieux d’atteindre 100 millions d’adhérents et de devenir le principal mouvement éducatif pour les jeunes dans le monde ! Les projets d’amendements étaient construits par des équipes internationales (entre six et dix personnes), ce qui a permis d’ouvrir nos modes de pensées et nos horizons sur d’autres pratiques du scoutisme et sur les différences culturelles.

Bien sûr, les thèmes que nous avons abordés concernaient le scoutisme. Mais au-delà de ma découverte de l’OMMS, j’ai vécu et compris ce qu’est le respect, la tolérance, la vraie, l’authentique. Le Scoutisme m’a appris que la paix se construit à travers le dialogue interculturel et l’appréhension de la différence tout autant que de la ressemblance. Car c’est ensemble que nous pouvons agir pour un changement positif.

C’est vrai : se lever pour ce que l’on défend, porter un projet un peu improbable, comprendre tout ce qui nous entoure, n’est pas simple. C’est même un challenge ! Il m’est arrivé de me sentir perdue, de douter, de ne plus vouloir prendre la parole par crainte de ne pas être à la hauteur. Mais apprendre à dépasser ses peurs, accepter de sortir de sa zone de confort, c’est grandir, c’est accéder aux clés d’un avenir de citoyenneté active et de messager de paix. C’est ce qui a rendu, pour moi, le forum et la conférence si uniques !

Cet été, le Scoutisme m’a permis de m'affirmer dans ce que je suis et ce que je veux être. Il m’a appris à rêver, croire et agir. Il m’a autorisé à être idéaliste, à vouloir changer les choses, à créer un monde meilleur et à en être fière.  Il m’a confirmé que ce n’est pas parce qu’on rêve qu’on n’est pas capable d’avoir les pieds sur terre, que le scoutisme nous apprend à être acteurs de nos projets et de notre vie.

Parce que oui, grâce à tes actions, tes paroles, tes gestes, tu peux avoir un impact sur ton environnement,  sur ton entourage et tu comptes parmi tous les autres.

Si nous l’avons fait, pourquoi pas toi ?
 
Sarah, représentante des Scouts et Guides de France au forum des jeunes et à la conférence mondiale.

> Retrouvez un aperçu en images de l’évènement



Créer un groupe Scouts et Guides France, une aventure à vivre !

groupe

En cette rentrée, des projets de création de groupes locaux Scouts et Guides de France sont en cours de démarrage un peu partout en France. Ceux-ci peuvent s’implanter aussi bien dans de grandes ou petites villes, dans des territoires ruraux ou dans des quartiers défavorisés, comme par exemple en ce moment à Metz, Vannes, Marseille ou en région parisienne.

Une trentaine de groupes locaux ont été nouvellement créés dans le courant de l’année passée. Chacun de ces projets contribue à offrir la possibilité de vivre le scoutisme à des jeunes qui n’y avaient pas accès jusque-là. En 2016-2017, ces nouveaux groupes ont permis à plus de 700 jeunes de découvrir la vie dans la nature, de partir camper parfois pour la première fois, d’apprendre à bâtir des projets en équipe, de devenir des citoyens encore plus actifs. Auprès d’eux, 250 adultes et jeunes adultes ont fait le choix de s’engager dans ces structures locales en création, en y devenant bénévoles. Accompagnés par les équipes de l’association, ils ont accepté de prendre des responsabilités, alors même que beaucoup découvraient le scoutisme pour la première fois.

De nombreux jeunes habitent des zones où aucun groupe SGDF n’existe encore à proximité. Ailleurs, la création de groupes supplémentaires est rendue nécessaire par la forte demande des familles locales. Pour implanter de nouvelles structures, certaines ressources sont nécessaires : humaines, pour encadrer les enfants et gérer la vie associative ; matérielles, pour proposer des activités de qualité dans la nature ; financières, pour former les nouveaux bénévoles à leur mission et permettre d’accueillir chaque famille, quelles que soient ses ressources.

Créer un groupe local, c’est avant tout une aventure humaine. C’est bâtir une communauté locale ouverte sur son environnement et visant à faire grandir des enfants et des jeunes, aux côtés des familles, pour les aider à devenir des citoyens heureux, actifs et artisans de paix. Quel que soit son âge, son lieu de résidence, son expérience, sa disponibilité, chacun peut apporter sa pierre à cet édifice.

Sur les modalités de création d’un groupe local ou découvrir les projets en cours, rendez-vous ici

Pour toute question : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

5 questions à Mariana, 19 ans, cheftaine dans les Hauts-de-Seine

mariana

Mariana a 19 ans. Elle est cheftaine Louveteaux-Jeannettes dans le groupe de Saint-Pierre Saint-Paul à Rueil-Malmaison. Elle a découvert le scoutisme il y a un an et a vécu son premier camp l’été dernier, à Jambville.

« Etre cheftaine, c’est déjà apprendre soi-même à être autonome »

Pourquoi as-tu décidé d’être cheftaine ?

Il y avait quelques besoins en chefs à Rueil. Je n’habite pas cette ville mais on m’a demandé de devenir cheftaine en me disant que c’était vraiment bien. J’ai décidé de me lancer !

Concrètement, c’est quoi être cheftaine pour toi ?

Etre cheftaine, c’est déjà apprendre soi-même à être autonome et à savoir gérer un groupe dans la nature. Souvent on part un peu dans des lieux où on doit se débrouiller seul, sans être accompagné par une équipe. C’est le cas pour notre camp. Etre cheftaine, c’est aussi éduquer les enfants, essayer de les élever.

Qu’est-ce que le scoutisme t’apporte dans ta vie de tous les jours ?

L’humilité ! J’étais assez centrée sur le confort : mon lit, mon petit déjeuner. On arrive ici, on dort sous la tente : c’est cool ! On va se lever en se disant que peut-être il va pleuvoir, qu’il y aura des imprévus. Ça m’apprend une autonomie et une responsabilité.

Qu’est-ce que tu ignorais du scoutisme et que tu as appris ?

J’ignorais presque tout. Je savais juste qu’on dormait sous tente. J’ai appris pleins de choses : monter une tente, cuisiner avec du feu, avec rien du tout. Maintenant j’arrive à me débrouiller sans avoir tout ce confort de la vie quotidienne.

Si tu devais conseiller le scoutisme à quelqu’un qui ne connaît pas ?

C’est vraiment bien, c’est une autre forme de vie pendant une semaine ou un week-end. Savoir se détacher de tout ce qu’on a pour aller vivre d’autres aventures : c’est super cool !

 

Le Pélé de la rencontre...C'est ton Tours!

21370948 10155598338230050 7493021125945170409 n

C'est ton Tours... de t'inscrire !
Labélisé Scouts et Guides de France, goûté et approuvé par Cleophas, le pèlerinage national sera une occasion unique de se retrouver le temps d'un week-end intense dans un cadre superbe. Au programme : grand jeu, conférences de haut niveau, échanges, débats et concert de rock chrétien.

« Nous signalons de la fumée en KD40H4.4 »

Protection de la forêt - Depuis 37 ans, chaque été, des pionniers et caravelles participent aux camps Nature Environnement à côté de Marseille. Cet été, ils sont prêts de 900 à s’être mobilisés pour la prévention des incendies. A Luminy, les pionniers et caravelles se relaient pour gérer le Poste de Coordination en lien avec les pompiers, assurer des patrouilles de prévention et des vigies de surveillance. Ce jour-là, le risque d’un départ d’incendie est particulièrement élevé…

Sonia, volontaire en service civique au Bureau Scout Mondial à Bruxelles

En avril, Sonia est arrivée à Bruxelles pour faire un volontariat en service civique au sein de l’équipe Centre de Soutien Europe de l’OMMS (Organisation Mondiale du Mouvement Scout). Elle est notamment en charge de l’appui à la préparation et à l’organisation de certains événements comme « Time to be welcome », qui vise à favoriser l’intégration des réfugiés en France et en Grèce. Témoignage.

IMG 7239

Une mission à Bruxelles, pour vivre une expérience internationale

« J’ai été scoute en Italie pendant 9 ans et ensuite en France pendant 3 ans avec le programme Erascout (Programme qui permet de faire du scoutisme à l’étranger). En arrivant à Bruxelles, j’ai dû m’intégrer dans une nouvelle ville étrangère. Bien sûr, ce n'est pas toujours immédiat, mais avant de commencer ma mission au sein du bureau mondial, j'ai été hyper bien accueillie par le service international des scouts belges.

J'ai aussi trouvé un super logement pas loin du centre-ville que je partage avec trois colocataires de plusieurs nationalités. Grâce à ça, je parle beaucoup anglais.

J’ai choisi de rejoindre le Centre de Soutien Europe de l’OMMS parce que je voulais découvrir comment une structure de grande taille s’organise pour permettre à beaucoup de jeunes de vivre pleinement leurs activités. C'était cohérent avec mon cursus universitaire. J’ai toujours été intéressée par le rôle des enfants et des jeunes dans la société contemporaine. Grâce à cette mission, je peux mieux comprendre la place qu’ils ont dans le monde d’aujourd’hui. »

2030

Une idée forte : l’Europe a besoin de la jeunesse, un projet phare : « Time to be Welcome »

« Depuis mon arrivée j'ai participé à plusieurs conférences. Elles avaient toutes des thèmes différents. Néanmoins, elles soulignaient toutes que l’Europe a plus que jamais besoin des jeunes.

Je contribue aussi au projet "Time to be Welcome" qui vise à apporter de l’aide aux migrants et aux réfugiés, notamment en Grèce, grâce à l'engagement volontaire des jeunes à travers le Service Volontaire Européen. Ce projet a été monté par l’OMMS en partenariat avec d'autres associations scoutes et plusieurs acteurs de la société civile et du monde humanitaire, tels que la Croix Rouge, Médecins du Monde et l'Agence des Nations Unies pour les Réfugiés. Le 20 juin, journée mondiale du réfugié, un événement de sensibilisation a marqué le lancement et le début de ce projet.»

Le volontariat : donner du souffle à ses convictions

« Personnellement, je suis persuadée que le scoutisme est utile. Notre mouvement veut aider les jeunes à acquérir progressivement de nouvelles compétences en développant leurs connaissances et leurs points forts. Il contribue à ce que les jeunes comprennent la valeur de leurs actions, en leur donnant les moyens pour construire et vivre leur vie selon leur souhait. Le scoutisme aide chacun à exprimer son potentiel et à le mettre en valeur grâce à un environnement d’apprentissage non formel qui incite la personne à se dépasser. En grandissant et en apprenant petit à petit, les enfants et les jeunes peuvent tester leurs limites et grandir tout en s’amusant.

En choisissant le Service Civique à l’étranger, j’espère pouvoir mettre en œuvre mes idées et partager les éléments fondamentaux des Scouts et Guides de France et du mouvement scout en général autour de moi ! C’est une autre façon pour voir de vivre mon engagement scout.»

19578529 10211460159811482 2009869363 n