Accès directs |

FOIRE AUX QUESTIONS CAMPS

A destination des chefs, cheftaines et cadres du mouvement

Découvrez les réponses aux questions que vous vous posez sur le protocole sanitaire SGDF pour les camps d'été 2020.

Télécharger le protocole sanitaire pour la tenue des camps d'été 2020 >
Télécharger la FAQ >
Voir ou revoir le webinaire de présentation du protocole sanitaire SGDF >
Support de présentation du webinaire >

 

Avant le camp

 A prevoir en amontA prévoir en amont

Le protocole sanitaire doit être présenté aux parents.
La décision d’envoyer leur enfant en camp dans ces conditions leur revient et ils prennent cette responsabilité, conscients des risques éventuels. Ils ne peuvent exiger plus de précautions que celles recommandées par l’État et l’association.

En amont des camps et pour limiter encore le risque, il est demandé aux parents de ne pas envoyer leur enfant en camp s’il présente des symptômes de Covid :
• Les responsables légaux du mineur seront invités à prendre sa température avant le départ pour le camp. En cas de symptômes ou de fièvre (38°C), l’enfant ne doit pas prendre part au séjour et ne pourra y être accueilli ;
• En revanche aucun certificat médical ne peut être exigé attestant de l’absence de risque de portage sain.

Des masques, du savon et du gel hydroalcoolique en quantité suffisante pour le nombre de participants et la durée du camp. Les masques jetables sont à privilégier. 
Il n'y a pas de changement dans la composition de la trousse à pharmacie, simplement vérifier que le thermomètre fonctionne.

Si vous êtes un peu plus de chefs que nécessaire ou que des jeunes de ton unité ne partiront pas cet été, vous avez sûrement la capacité d'accueillir ! Et si tu offrais la chance à des jeunes éloignés du scoutisme de le découvrir ? Pour t'aider, différents outils sont à ta disposition sur l'espace Brownsea


ResponsabilitéResponsabilité

un animateur attrape le coronavirus pendant le camp ?

Pour les accueils collectifs de mineurs, l’obligation de résultat pour les directeurs et les organisateurs d'ACM est limitée à l’alimentation et aux transports.
Pour tous les autres cas, c’est l’obligation de moyen qui prévaut, le risque zéro n’existant pas. Si le présent protocole est respecté, la responsabilité civile de la maîtrise ne peut être engagée en cas de Covid avéré lors du camp.

En résumé, les maîtrises sont tenues d’appliquer le protocole, pas de garantir que personne ne sera malade.

Pour en savoir plus >

la maîtrise sur les consignes sanitaires Covid-19 ?

La connaissance du protocole sanitaire SGDF est suffisante. Un webinaire, visionnable en replay, expliquant comment mettre en place le protocole sanitaire sera diffusé le vendredi 19 juin. 

La lecture des protocoles Accueils collectifs de mineurs avec hébergement et Accueils de scoutisme peut également vous aider à vous repérer si nécessaire. En cas de doute sur l’interprétation, consultez le protocole sanitaire SGDF.

différent cette année ?

Sous l’autorité du directeur du camp, l’assistant sanitaire est désigné référent “prévention covid-19".

Il est chargé :
• de formaliser l’information aux parents en lien avec le directeur du camp ;
• du lien avec le médecin de proximité, en amont et pendant le camp
• de coordonner la mise en place des mesures présentées dans ce document (matériel disponible sur le camp, organisation du camp, couchage, lavage de mains, affichage...) ;
• du rappel régulier des gestes protecteurs pendant le camp ;
• du respect du protocole en cas de suspicion de cas de covid dans le camp, avec le directeur de camp.

Le référent prévention covid-19 doit s’appuyer sur un responsable jeune par équipe et assurer ainsi une bonne circulation de l’information dans chaque équipe et dans l’ensemble de l’unité pendant le camp. Vous pouvez pour cela utiliser les rôles déjà présents dans les pédagogies de branche (coach chez les Scouts/Guides, responsable d’équipe chez les Pionniers et Caravelles, etc).

Le jeu des conseils permet de faire un point régulier sur le bon respect des gestes protecteurs tout au long du camp.

DeclarationDéclaration

supplémentaire pour la déclaration de camp ?

Oui. Les DDCS ont reçu la consigne de rester souple sur les délais de déclarations de camp. Si vous rencontrez des problèmes dans ces déclarations, vous pouvez le faire remonter via vos délégués territoriaux.

et d’autres qui veulent découvrir le scoutisme, est-il possible d’ajouter des jeunes à la déclaration de camps quelques jours avant le départ ?

Oui, c’est toujours possible, dans le respect des taux d’encadrement. Pour t’aider à accueillir, tu pourras trouver des outils sur l'espace Défi Brownsea.

Le camp est un moment important dans la vie d’une unité et très attendu par les jeunes qui nous sont confiés. C’est une décision qui doit donc se faire en concertation avec ton responsable de groupe. Il peut aussi t’aider à mettre en place ce protocole. L’équipe territoriale peut aussi t’aider à trouver de nouvelles idées pour permettre un départ selon votre situation locale. Les jeunes sont les principaux concernés par cette décision, et il est judicieux de les y associer.

Si vous décidez d’annuler votre camp, il peut être intéressant de proposer aux jeunes d’autres activités, chez soi ou sur un temps plus court, pour qu’ils puissent garder un lien entre eux et avec le scoutisme. Pour les activités en journée, le protocole sanitaire relatif aux accueils sans hébergement est à appliquer.

Comment faire pour garder un lien avec eux ?

Pour garder contact avec les jeunes qui n’ont pas pu venir alors qu’ils l’auraient voulu et s’ils sont d’accord, voici quelques idées.
Vous pourrez ainsi les maintenir dans l’unité malgré la distance, et, en continuant de les faire grandir, leur donner d’autant plus envie de revenir à la rentrée.

 

Composition du groupeComposition du groupe

 peuvent partir ensemble en camp ?

Le nombre de jeunes maximum en camp est celle prévue par la réglementation habituelle.
Cependant, le protocole nous demande de fonctionner en sous-groupes de 15 jeunes maximum (encadrement non compris) pour les activités afin de limiter les risques de circulation du virus. Chez les Scouts et Guides de France, la taille des équipes est largement inférieure à cette limite et ne pose donc pas de problème.

Pour les camps accompagnés, les camps nationaux, l’organisation sur le même lieu d’accueil de plusieurs camps est possible, les groupes ne doivent pas avoir d’interaction entre eux.

Que doit-on prévoir pour eux ?

Les enfants présentant des problèmes de santé connus doivent être identifiés en amont. Pour identifier les enfants à risque, vous pouvez vous appuyer sur les éléments du ministère de la santé.

Si besoin, un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) peut être fourni par les parents qui prennent la responsabilité d’envoyer leurs enfants en camp malgré les risques éventuels. Ce PAI doit être rempli avec le médecin traitant de l’enfant (généraliste, pédiatre ou spécialiste). Ils ne peuvent exiger plus de précautions que celles recommandées par l’État et l’association. Si le risque leur semble trop important, l’enfant concerné reste alors chez lui.

Comment préparer l’adaptation des règles pour les jeunes porteurs de handicap ?

Si besoin, les parents peuvent fournir un Projet d’Accueil Individualisé (PAI).
En étant dans la discussion avec les familles et le jeune lui-même, vous pourrez trouver les meilleures solutions pour adapter les activités. Pour vous aider, vous pouvez vous appuyer sur les outils dédiés.

 

Pendant le camp

TransportsTransport

Oui, il n’y a pas de contrainte géographique sur le territoire national, à l'exception de la Guyane et de Mayotte.

Les transports privés (voiture personnelle) et privatisés (autocar) sont à privilégier.
L’objectif est de minimiser le risque de contamination et de limiter les contacts avec des personnes extérieures (conducteurs de l’autocar, usagers du transport en commun, public sur les aires de repos, etc.).

Durant les transports, y compris le covoiturage :

• dans la mesure du possible, on veillera à la distanciation physique entre les groupes de 15 mineurs voyageant ensemble ;

• le port du masque pour les adultes et enfants de plus de 11 ans est obligatoire dès lors que la distanciation physique (1m) ne peut pas être respectée.

Le transport sera soumis aux règles sanitaires de la société de transport (SNCF, RATP, etc.) en vigueur le jour du départ.


consignes sanitairesConsignes sanitaires

Comment mettre en place les “gestes protecteurs” pendant le camp ?

La distanciation physique (1 mètre) est la règle principale : ainsi, il faut éviter tout contact prolongé des participants au camp entre eux. Lorsque ça n’est pas possible, il faudra porter un masque à partir de 11 ans.

Les gestes protecteurs sont connus pour limiter les risques de transmission des virus respiratoires tels que le coronavirus :
- Se laver les mains très régulièrement
- Tousser ou éternuer dans son coude
- Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter immédiatement
- Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades.

Ces gestes protecteurs correspondent à des mesures d’hygiène élémentaires et sont applicables en camp. Des affiches sont disponibles en téléchargement (à venir) pour votre camp et doivent être affichées. 

Les jeunes et les adultes doivent-ils porter un masque ?

 La plupart du temps, le port du masque n’est pas nécessaire sur le lieu de camp. Le port du masque n’est indiqué qu’en cas d’activité ne permettant pas de respecter la distanciation physique ou pendant la distribution des repas.

Il doit également être porté par les adultes et les jeunes dès 11 ans dans toutes les situations à risque de contact :
- pour aller faire les courses ;
- pour aller chez le médecin, à la pharmacie, chez le dentiste, etc ;
- en cas d’utilisation de transport en commun ;
- en cas de rencontre avec des personnes extérieures au camp (propriétaire, gendarme, DDCS, etc.) ;
- lors de soins.

Le masque est indispensable en cas de symptômes suspects de covid (fièvre et/ou toux) et avant tout avis médical, y compris pour les jeunes de moins de 11 ans.

Les masques à usage unique sont à privilégier, ils doivent être intégrés au matériel de camp.

Les masques à usage unique sont jetés après usage dans une poubelle qui se ferme hermétiquement. Les masques en tissus sont mis de côté, lavés avec précaution, séchés à l’air libre dans un endroit où les jeunes ne circulent pas, avant réutilisation.

Il doit être bien porté pour être efficace et être changé régulièrement, idéalement toutes les 4h pour rester efficace.

(aumônier, RG ou DT, propriétaire du terrain...)

Les adultes invités sur le camp doivent respecter les mêmes règles que les autres adultes, ils appliquent les gestes barrières. Si la distanciation physique n’est pas possible ils doivent porter un masque.
Comme en temps normal, ils doivent être déclarés sur la déclaration DDCS.

CouchageCOUCHAGE

Comment mettre en œuvre la distanciation physique dans les tentes ?

L’installation dans une tente doit permettre de maintenir une distance physique entre les personnes. Il est recommandé un couchage tête-bêche et de ne pas utiliser les tentes à leur capacité maximale. Quelques dispositions vous sont proposés dans le protocole.

La maîtrise veille tous les jours à ce que les tentes soient bien rangées, les affaires de chacun dans les sacs. Les tentes sont aérées quotidiennement.

Config tente 1

 

Config tente 2

 

picto intendanceINTENDANCE

Quelles consignes pour la préparation des repas ?

 

Elle respecte les préconisations habituelles en termes de cuisine collective et cuisine en plein air avec une vigilance particulière aux points suivants :
• Les mains sont lavées après le rangement des denrées alimentaires, après avoir débarrassé les denrées de leurs emballages inutiles (boîte, sachet), après le rinçage et l’épluchage des fruits et légumes, avant et après la préparation des repas, avant et après le service.
• Les surfaces servant à la préparation des repas doivent être lisses et lavables, elles sont nettoyées avant et après utilisation.
• Le matériel de cuisine est soigneusement lavé à l’eau chaude après chaque utilisation, séché à l’essuie-tout ou à l’air libre et rangé à l’abri.
• Les fruits et légumes sont rincés à l’eau claire avant d’être rangés et avant d’être cuisinés. Ils devront être épluchés soigneusement.
• Les gestes protecteurs sont rappelés avant chaque repas.
• Pendant le service, l'équipe qui l'effectue doit obligatoirement porter le masque.

Oui, il faudra respecter quelques consignes :
• L’usage du masque pendant le service est obligatoire.
• L’équipe chargée de la préparation du repas sera également chargée du service pour ne pas multiplier les risques de contact avec l’alimentation.
• Chaque personne dispose avant le repas de son propre matériel (assiette, couvert, quart, serviette), il n’y a pas d’échange ou de partage possible pendant le repas.
• L’installation des tables permet la distanciation physique.

Vie en équipe
• Chaque participant dispose de sa gourde personnelle.
• Chaque équipe dispose du matériel nécessaire pour se laver les mains et d’une poubelle.

Dois-je prévoir des éléments spécifiques dans ma trousse à pharmacie ?

La trousse à pharmacie doit être composée normalement.
La maitrise doit s’assurer que le thermomètre fonctionne correctement.

activitesActivités

Y a-t-il des points de la méthode scoute qui sont remis en question avec les consignes sanitaires du Covid-19 ?

Non, ces consignes nous invitent même à renforcer la vie en équipe.
En accentuant ce système des équipes, vous pourrez aussi favoriser la prise de responsabilité, et accompagner à l’autonomie. Certains pourront sans doute vouloir sortir de ce cadre, à vous de valoriser leur place dans l’équipe et les talents qu’ils peuvent mettre au service de leurs pairs.

Vous pouvez porter une attention particulière à la composition des équipes avant le camp, éventuellement en consultant les jeunes pour s’assurer que chacun s’y sente bien. Pendant le camp : jeu des conseils, bilan de journée, etc.

La règlementation incite à un fonctionnement en sous-groupes de 15 jeunes maximum afin de limiter les risques de circulation du virus. Chez les Scouts et Guides de France, la taille des équipes est largement inférieure à cette limite et ne pose donc pas de problème.

• L’ensemble de la vie quotidienne et l’organisation des activités devra s’appuyer largement sur un fonctionnement en équipe.
• Les équipes sont constituées dans la mesure du possible pour toute la durée du camp.
• Les temps en unité sont possibles en veillant à limiter les interactions prolongées entre les équipes.
Par ailleurs, dans chaque équipe un « référent gestes protecteurs » est désigné. Cette responsabilité en lien directe avec l’assistant sanitaire s’inscrit parfaitement dans notre méthode.

Peut-on prévoir des activités en autonomie ? 

 

Les activités en autonomie sont possibles uniquement pour les pionniers-caravelles par groupe de 8 jeunes maximum.

Les règles habituelles s’appliquent :
• 2 nuitées maximum ;
• l'itinéraire a été préalablement reconnu, le lieu de couchage des mineurs est identifié avant le début de l’activité ;
• autorisation parentale explicite pour chacun des participants de participer aux activités en autonomie.

Les jeunes devront être équipés de gel hydroalcoolique, s’assurer du respect des gestes protecteurs et les conditions de couchage devront être similaires à celles du camp. Si la distanciation physique n’est pas possible pendant tout ou partie de l’activité, les jeunes devront porter un masque.

que pouvons-nous prévoir pour remplacer les explos ?

Nous avons choisi d’interdire les explos pour la tranche d’âge Scouts/Guides cette année, malgré l’autorisation du protocole sanitaire sur les accueils de scoutisme à les mettre en œuvre à partir de 12 ans.

Nous vous proposons dans doc en stock quelques idées pour continuer à faire vivre l’autonomie chez les jeunes de 11 à 14 ans. Vous pouvez aussi demander leur avis aux jeunes, pour construire des activités avec eux.

activités prévues au regard des consignes sanitaires ?La majorité des activités sont possibles, mais nécessitent d’être adaptées ou questionnées au regard des consignes sanitaires et des principes :

1. Limiter le risque de contacts répétés et prolongés (moins de 1m pendant plus de 15min), les contacts brefs sont possibles.
2. Mettre en place les gestes protecteurs, en particulier le lavage des mains avant et après l’activité (la désinfection du matériel utilisé est réalisée quand cela est possible)
3. Limiter les interactions entre les équipes dans le cas d’activités à plus de 15.

Concrètement :
• L’équipe est la cellule de base sur laquelle on peut s’appuyer dans les activités.
• Le port du masque n’est pas nécessaire pour les activités qui ne nécessitent pas de contact prolongé : balle au prisonnier, thèque, foot…
• Des activités pour toute l’unité sont également possibles en limitant les contacts entre les équipes : jeu de piste, course d’orientation, prise de fortin, ateliers tournants…
• Pour les veillées, les temps prières et les repas les jeunes seront assis par équipe
• Le port du masque peut être nécessaire pour les jeux et activités qui nécessitent un contact prolongé à moins d’1m, par exemple un jeu de stand où l’équipe peut faire face à un animateur pendant un temps prolongé, sauf à garantir une distance de 1m entre les participants.

Les activités marines sont-elles autorisées ?

 Oui, une fiche dédiée viendra compléter ce protocole. En suivant les préconisations de la fédération française de voile, elle détaillera :
• La gestion des équipements individuels
• L'adaptation des activités
• L'entretien des bateaux

Le confinement a été une période difficile, que pouvons-nous proposer aux jeunes pour libérer la parole ?

Nos camps sont des espaces de bienveillance. Accueillir la parole de ceux qui en ont be-soin et se mettre à leur écoute peut être nécessaire. Pour les camps accompagnés, un es-pace d’accueil et d’écoute peut être organisé.
Vous pouvez trouver sur doc en stock quelques outils pour vous aider.

Comment se passent les interactions avec les personnes extérieures au camp ?

Dans le respect des gestes barrières : le lavage régulier des mains et la distanciation physique sont les règles principales. En cas d’impossibilité de tenir cette distanciation, le port du masque à partir de 11 ans est obligatoire.

picto conseilsEn cas de suspicion de cas

 suspecté pendant le camp ?

 

La covid a comme particularité de pouvoir entraîner de multiples symptômes, la plupart non spécifiques (c’est-à-dire retrouvés dans d’autres maladies). Il s’agit donc de ne pas poser un diagnostic tout seul sans avis médical.

Pour rappel les principaux symptômes devant faire suspecter un cas de Covid sont :
• une fièvre même peu élevée (<38°), mais elle peut être absente,
• une toux,
• des symptômes ORL : rhume, mal de gorge, conjonctivite, etc.,
• une perte de goût ou d’odorat SANS rhume associé.

Point de vigilance : la discrétion doit être de mise quant aux informations médicales transmises à des personnes autres que les professionnels intervenant pour des soins.

Les étapes :
• Procéder à l’isolement du jeune ou de l’adulte
• Prendre un avis médical rapidement, mais sans urgence (médecin de proximité ou à défaut le 15)
• Suivre les recommandations de l’avis médical
• Informer les parents et le responsable de groupe
• En cas de covid avéré, prendre contact avec la ligne d’urgence SGDF (01 47 07 81 62)

Dans tous les cas :
• Rester serein face à la situation
• Respecter les gestes protecteurs
• Faire porter un masque au jeune et à tout adulte s’occupant de lui
• Veiller à la désinfection des lieux et espaces contacts
• Rassurer le jeune (ou le chef) et lui expliquer ce qui va se passer
• Informer et rassurer l’unité sur la situation
• Informer les parents du jeune et le responsable de groupe régulièrement
• Rester à l’écoute des consignes de l’autorité sanitaire

Points d’attention
• Si un adulte doit quitter définitivement le camp, veiller au respect du taux d’encadrement et en informer la DDCS et le RG le cas échéant
• La ligne d’urgence interne aux SGDF reste une ressource possible, les chefs doivent savoir où trouver son numéro qui est aussi affiché en évidence sur le lieu de camp. Elle pourra notamment aider le directeur à identifier si la situation nécessite de réaliser une déclaration d’incident grave auprès de la DDCS. 

Tu peux d’abord appeler ton responsable de groupe, qui pourra t’aider à évaluer la situation et à trouver des solutions. En fonction de la situation, vous pourrez faire appel à des équipiers territoriaux pour vous soutenir.

La ligne d’urgence interne aux SGDF reste une ressource possible, les chefs doivent savoir où trouver son numéro qui est aussi affiché en évidence sur le lieu de camp. Il ne s’agit pas d’un service d’urgence et ne remplace pas les services de secours (SAMU - 15, Police - 17, Pompiers - 18).
C’est en revanche un service interne de soutien et de ressources dans le cas de situations complexes. Elle pourra notamment aider le directeur à identifier si la situation nécessite de réaliser une déclaration d’évènement grave auprès de la DDCS.

 

Après le camp

L’autorité sanitaire se chargera du suivi des cas contacts. La liste des participants lui sera fournie. Par ailleurs, le RG peut prévenir les familles concernées et les encadrants en cas d'un test positif au Covid d'un participant au camp (aucun nom ne doit en revanche être communiqué aux autres familles).

 

Situations spécifiques

internationalInternational

La situation évolue très rapidement, tu peux prendre contact directement avec le département international : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

L’organisation d’accueils avec hébergement provenant de l’étranger est autorisée sur le territoire national, sous réserve des règles de circulation internationales applicables.

vent du largeVent du Large

Les activités des adultes Vent Du Large sont-elles maintenues ?

• Les activités Vent du large ne dépendent pas de ce protocole spécifique aux mineurs et ont leur propre protocole.
• Les activités Vent du large avec hébergement sont fortement déconseillées, mais les activités à la journée restent possibles.

Retrouvez la session 1 et la session 2 du webinaire d'information sur le protocole sanitaire pour les camps d'été Vent du large ainsi que le support de présentation

L’équipe nationale Vent du Large travaille sur des activités que vous pourrez proposer. Nous mettrons le lien sur cette FAQ dès qu’elles seront disponibles.
Pour toutes questions, vous pouvez contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

picto compasCompagnons

Les compagnons doivent respecter le même protocole sanitaire. Leurs camps peuvent bien sûr se faire en autonomie, à moins de 7 mineurs.
Les camps à l’étranger sont évalués au regard de l’ouverture des frontières (françaises et du pays de destination). Dans tous les cas, vous devez prendre contact avec le département international : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

farfadetsFARFADETS

Non, ils doivent respecter le même protocole pour leur camp que pour les autres tranches d’âge.

 

Télécharger la FAQ >