Accès directs |

Être volontaire avec la Délégation Catholique pour la Coopération

Mettre ses compétences au service d’un projet de développement, c’est ce que propose la DCC. Avec 500 volontaires envoyés par an dans 50 pays, elle propose une formation et un accompagnement de qualité pour vivre une expérience de solidarité internationale longue, de 3 mois à 2 ans.

Le partenariat SGDF/DCC permet de renforcer des liens déjà forts dans les domaines de la solidarité internationale, de la rencontre interculturelle et de formation au départ. Le volontariat, comme le scoutisme, répond à nos aspirations d’être en relation avec les autres, la nature, le monde qui nous entoure. 

Découvrez les témoignages de scouts ou anciens scouts SGDF ayant fait une misison de volontariat avec la DCC :

Vivien : « Je veux sensibiliser les gens à la surdité ! »

Vivien chef pionnier2Ancien chef pionnier, Vivien est aussi un ancien volontaire de la Délégation Catholique pour la Coopération (DCC). Pendant un an, il était en mission au Sénégal dans un collège en tant qu’animateur socio-éducatif. Sourd, il développe aujourd’hui un projet original pour mieux faire comprendre et accepter le handicap dans l’entreprise.

Peux-tu nous présenter ton projet « Vivien – Apprendre à écouter »?

Mon projet consiste à faire de la sensibilisation aux handicaps dans les entreprises en utilisant le théâtre comme médiation. Je brise les préjugés par l’humour, j’apporte des pistes de réflexions pour ouvrir les entreprises à la diversité et à la compensation du handicap dans le travail. Et tout cela avec beaucoup d’autodérision pour aborder autrement le thème de la surdité en entreprise!

Quel est ton objectif avec cette nouvelle démarche ?

J’avais lancé un blog et une chaîne YouTube sur le monde de la surdité il y a quelques années. Par la suite, j’ai souhaité créer mon entreprise car j’ai eu la volonté de faire le lien entre le monde du handicap et le monde des valides par le biais d’une médiation originale. Mon objectif, c'est de pouvoir faire évoluer le regard sur les handicaps invisibles et de présenter les aménagements de poste comme bénéfiques pour tout le monde. C'est aussi changer de perspective sur le handicap et le voir de façon plus positive et constructive.

 

Concrètement, que proposes-tu aux entreprises ?

Je leur propose de venir informer et sensibiliser leurs équipes, sous forme de spectacle. Dans ma première partie d'intervention, je fais une conférence-théâtralisée, seul sur scène comme «Au secours, j'ai un collègue sourd» qui dure 20 minutes, avec humour et sur un ton décalé. Ensuite, il y a un temps d'échanges en petits groupes. J'apporte plusieurs regards à travers des personnages, des témoignages et des solutions qui peuvent être apportées pour mieux accueillir une personne en situation de handicap.

Vivien pendant une conférence théâtralisée

Quel lien fais-tu entre ce projet, ton engagement chez les scouts et ton volontariat ?

Dans ces trois situations, l'ouverture à la différence est la clé ! Elle permet de s'adapter, de rencontrer l’autre et d'innover. Il y a également un changement de perspective pour aborder autrement une situation qui peut nous sembler compliquée.